Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Syndrome du QT long et tachycardie ventriculaire à torsades de pointes

Par L. Brent Mitchell, MD, Libin Cardiovascular Institute of Alberta

La tachycardie ventriculaire à torsades de pointes est un type particulier de tachycardie ventriculaire qui se produit chez les personnes présentant un trouble particulier de l’activité électrique du cœur appelé syndrome du QT long.

Certaines personnes présentent un syndrome du QT long à la naissance. Chez d’autres, le trouble est causé par de faibles taux de potassium sériques, un rythme cardiaque très lent ou un médicament. Les médicaments anti-arythmiques causent souvent un syndrome du QT long, mais certains antidépresseurs et certains médicaments antiviraux et anti-fongiques peuvent aussi le causer.

Les personnes atteintes d’un syndrome du QT long peuvent développer une tachycardie ventriculaire à torsades de pointes et parfois une fibrillation ventriculaire. Il arrive que l’exercice physique provoque des symptômes.

Les personnes atteintes d’un syndrome du QT long peuvent avoir des palpitations (perception des battements cardiaques) si une tachycardie ventriculaire se développe. Elles peuvent aussi avoir la tête légère ou s’évanouir. La fibrillation ventriculaire cause un arrêt cardiaque et un effondrement soudain.

Un ECG permet de détecter le syndrome du QT long.

Le saviez-vous ?

  • Le terme « QT long » désigne un schéma anormal d’activité électrique visible sur un électrocardiogramme (ECG).

Comme certaines formes du syndrome du QT long sont héréditaires, les personnes qui ont des antécédents familiaux de la maladie ou dont certains proches ont succombé de manière inattendue à un trouble cardiaque peuvent être testées pour le syndrome du QT long.

Une cardioversion est nécessaire en cas de fibrillation ventriculaire. Les médecins administrent parfois du sulfate de magnésium.

Si un médicament en est la cause, il est arrêté.

Les patients doivent parfois limiter leur activité physique pour éviter une récidive. Ils doivent aussi parfois prendre des bêta-bloquants ou se faire implanter un stimulateur cardiaque ou un cardio-défibrillateur.

Ressources dans cet article