Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Myiase cutanée

Par James G. H. Dinulos, MD, Clinical Associate Professor of Surgery (Dermatology Section);Clinical Assistant Professor of Dermatology, Geisel School of Medicine at Dartmouth;University of Connecticut

La myiase cutanée est l’infestation cutanée par les larves (vers) de certaines espèces de mouches.

Il existe trois principaux types d’infestation cutanée par des larves de mouches :

  • Myiase furonculaire (présence d’un furoncle ou d’un abcès)

  • Myiase cavitaire

  • Myiase intestinale

Les troubles varient en fonction de l’espèce de mouche impliquée. Ces infestations sont surtout présentes dans les pays tropicaux. Les habitants des États-Unis présentant des myases arrivent généralement ou ont été visiter un pays tropical.

Myiase furonculaire

De nombreuses mouches provoquant une myiase furonculaire sont couramment appelées « œstres ». Les espèces les plus connues de mouches responsables des myiases furonculaires viennent d’Amérique du Sud, d’Amérique centrale et d’Afrique sub-saharienne et tropicale. D’autres espèces viennent d’Amérique du Nord, d’Europe et du Pakistan. Bon nombre de mouches ne pondent pas d’œufs sur l’homme. Elles pondent sur d’autres insectes (comme les moustiques) ou sur des objets (comme le linge sale) qui peuvent entrer en contact avec la peau.

Les œufs éclosent, deviennent des larves, qui creusent des sillons dans la peau et évoluent en larves matures. Les larves matures font 1,3 à 2,5 centimètres de long, selon les espèces. Si les personnes ne sont pas traitées, les larves finissent par sortir de la peau et tomber au sol pour continuer leur cycle de vie.

Les symptômes typiques de la myiase furonculaire sont le prurit, une sensation de mouvement et parfois une douleur lancinante aiguë. Les personnes ont d’abord une petite papule rouge pouvant ressembler à une piqûre d’insecte commune ou au début d’un furoncle. Ensuite, la papule grossit, et une petite ouverture est visible en son centre. L’ouverture peut laisser s’écouler un liquide jaunâtre, transparent et laisser apparaître l’extrémité de la larve.

Celle-ci a besoin d’oxygène : obstruer la peau peut l’inciter à sortir ou à se rapprocher de la surface cutanée. Lorsqu’elle se trouve juste à la surface, il est plus facile de l’extraire. Pour obstruer l’orifice cutané, certaines personnes appliquent de la vaseline, du vernis à ongles, voire du bacon ou une pâte de tabac. Les larves qui meurent avant d’être extraites sont plus difficiles à extraire et provoquent souvent une réaction inflammatoire intense. Parfois, les médecins injectent un anesthésiant par voie sous-cutanée, font une petite incision et extraient la larve à l’aide d’une pince. L’ivermectine, un médicament oral ou cutané, peut également tuer la larve ou provoquer son extraction.

Myiase cavitaire

Les plaies ouvertes, généralement présentes chez les sans-abris, les alcooliques et d’autres personnes vivant dans de mauvaises conditions, peuvent être infestées par des larves de mouches. Les tissus qui tapissent la bouche, le nez ou les yeux (muqueuses) peuvent également être infestés. Les mouches les plus courantes sont les mouches à viande vertes ou noires. Contrairement aux larves (vers) des mouches domestiques, la plupart des larves responsables d’une myiase cavitaire envahissent les tissus sains tout comme les tissus nécrosés. Les médecins retirent les larves en rinçant les plaies et en extrayant les larves. Ils retirent également les tissus nécrosés.

Myiase intestinale

Les sources les plus communes sont les mouches qui infestent habituellement les chevaux et le bétail. Les personnes peuvent être infestées si elles sont en contact avec des animaux infestés. Plus rarement, les mouches pondent directement sur les personnes. Les larves ne restent pas au même endroit. Elles creusent des sillons sous la peau, provoquant des lésions prurigineuses qui peuvent être confondues avec une larva migrans cutanée. Le traitement de la myiase migratoire est le même que pour la myiase furonculaire.