Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Eczéma de contact

Par Karen McKoy, MD, MPH, Lahey Clinic Medical Center

L’eczéma ou la dermite de contact est une inflammation cutanée provoquée par un contact direct avec une substance particulière. L’érythème est très prurigineux, limité à une zone spécifique, et a souvent des berges nettes.

Ces substances peuvent provoquer une inflammation cutanée par deux mécanismes : irritation (dermite irritative par contact) réaction allergique (eczéma allergique de contact).

Dermite irritative par contact

Ce type de dermite, qui représente 80 % de tous les cas de dermite de contact, survient lorsqu’une substance chimique provoque des lésions directe de la peau. La dermite irritative par contact est plus douloureuse que prurigineuse. Les substances irritantes les plus souvent en cause sont les acides, les agents alcalins (comme les détergents), les solvants (comme l’acétone utilisé pour retirer le vernis à ongles), les détergents et les plantes (comme le poinsettia et les piments). La peau peut aussi être irritée par des fluides corporels (comme l’urine et la salive). Certains de ces composés provoquent des troubles cutanés en quelques minutes, tandis que d’autres requièrent des expositions plus longues. La sensibilité cutanée à ces substances irritantes varie d’une personne à l’autre. Même des savons et des détergents très doux peuvent irriter la peau de certaines personnes du fait d’une exposition fréquente ou prolongée.

Dermite allergique de contact

Ce type de dermite est une réaction du système immunitaire aux substances en contact avec la peau. Une personne peut parfois être sensibilisée à une substance à laquelle elle n’a été exposée qu’une seule fois alors que dans d’autres cas la sensibilisation se manifeste après des expositions répétées. Une fois la personne sensibilisée, toute nouvelle exposition provoque une dermite prurigineuse en 4 à 24 heures. Cependant, certains personnes, principalement les personnes âgées, ne développent pas de réaction avant 3 à 4 jours.

Des milliers de substances peuvent provoquer une dermite allergique de contact. Les plus fréquentes sont les substances végétales comme le lierre vénéneux, le caoutchouc (latex), les antibiotiques, les parfums, les conservateurs et certains métaux (nickel, cobalt). Près de 10 % des femmes sont allergiques au nickel, un constituant fréquent des bijoux. Les personnes peuvent utiliser des substances (ou y être exposées) pendant des années sans trouble, puis peuvent développer brutalement une réaction allergique. Même les pommades, les crèmes et les lotions utilisées pour traiter les dermites peuvent déclencher cette réaction. Certains individus peuvent aussi développer une dermite par contact à l’une de nombreuses substances utilisées sur le lieu de travail (dermites professionnelles).

Parfois, un eczéma de contact n’est observé qu’après que la personne a touché certaines substances, a été exposée à la lumière du soleil (dermites de contact phototoxiques ou photoallergiques). Ces substances comprennent les crèmes solaires, les lotions après-rasage, certains parfums, certains antibiotiques cutanés, les goudrons et les huiles.

Symptômes

Quels qu’en soient la cause ou le type, une dermite de contact entraîne un prurit et une éruption cutanée. En général le prurit est intense s’il est d’origine allergique, mais l’éruption varie de l’érythème (rougeur) léger, de courte durée, à un œdème sévère accompagné de cloques volumineuses. Plus fréquemment, l’érythème contient de petites cloques. L’érythème apparaît uniquement dans des zones en contact avec la substance. Cependant, il peut apparaître initialement au niveau des zones de peau fine et sensible et plus tardivement au niveau de zones de peau épaisse ou moins exposée à la substance, donnant l’impression que l’éruption s’est étendue. La dermite ne se propage pas à d’autres personnes ou régions de l’organisme par contact avec les lésions ou le liquide des cloques et ne s’étend pas aux zones non exposées à la substance.

Diagnostic

Il n’est pas toujours facile de déterminer la cause d’une dermite de contact. Le métier de la personne, ses loisirs, ses tâches ménagères, ses vacances, ses vêtements, ses traitements locaux, ses cosmétiques et les activités des membres de sa famille doivent être pris en compte. La plupart des personnes n’ont aucune idée de toutes les substances avec lesquelles leur peau est en contact. Le siège de l’éruption initiale est un élément important, notamment lorsqu’elle se développe au niveau de la zone de contact avec un vêtement ou un bijou ou seulement au niveau de zones exposées à la lumière solaire. Cependant, de nombreuses substances touchées par les mains sont transférées inconsciemment au visage, où la peau plus sensible peut réagir même si aucune réaction n’est observée au niveau des mains.

Le test d’utilisation, dans lequel une substance suspectée est appliquée à distance de la zone originale de la dermite de contact (en général, sur l’avant-bras), est utile si l’on suspecte des parfums, des shampoings, ou d’autres substances utilisées chez la personne.

Lorsque l’on suspecte un eczéma de contact et que l’enquête n’en identifie pas la cause, on peut réaliser des tests épicutanés. Dans ces tests, de petits patches contenant chacun une substance connue pour être à l’origine d’un eczéma de contact sont déposés sur la peau pendant 1 à 2 jours pour évaluer une éventuelle réaction cutanée. Même si ces tests cutanés sont utiles, ils sont complexes. Les personnes peuvent être sensibles à de nombreuses substances et la substance à laquelle ils réagissent à l’occasion de ce test peut ne pas être la cause de la dermite. Le médecin choisit les substances à tester, en prenant en compte ce à quoi la personne a pu être exposée.

Prévention

L’eczéma de contact peut être prévenu en évitant le contact avec l’agent causal. En cas de contact, il convient d’éliminer les traces de l’agent causal par un lavage à l’eau et au savon. En cas d’expositions prolongées, des gants et vêtements protecteurs sont indiqués. Des crèmes barrières, qui protègent la peau du contact avec certaines substances, comme le lierre vénéneux et les résines époxys peuvent être utilisées. La désensibilisation à ces substances par des injections ou des comprimés n’évite pas le développement d’un eczéma de contact.

Traitement

Le traitement reste inefficace tant qu’il existe une exposition à la substance à l’origine de la réaction. Une fois cette exposition écartée, l’érythème disparaît en général en une semaine. Les cloques peuvent continuer à suinter et à former des croûtes, mais elles s’assèchent rapidement. Pendant quelques jours ou semaines, il peut persister une desquamation, un prurit et un épaississement transitoire de la peau.

Le prurit et les cloques peuvent être soulagés avec certains médicaments appliqués par voie cutanée ou administrés par voie orale (voir Prurit : Traitement). De plus, des tulles fins mouillés à l’eau froide ou imbibés d’acétate d’aluminium (solution de Burow) peuvent être appliqués durant une heure plusieurs fois par jour sur de petites surfaces d’eczéma pour en réduire les symptômes associés. Les zones plus étendues peuvent être traitées par des bains froids courts avec ou sans flocons d’avoine.

Un corticoïde est souvent appliqué sur la peau affectée. L’hydrocortisone vendue sans ordonnance peut être utile. Si tel n’est pas le cas, les médecins prescrivent une crème à base de corticoïdes. Si l’érythème est particulièrement grave, un corticoïde oral peut être prescrit. Si le prurit est sévère, l’hydroxyzine ou la diphénhydramine (deux antihistaminiques) par voie orale peuvent être administrés.

Ressources dans cet article