Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Vitiligo

Par Peter C. Schalock, MD, Harvard Medical School;Massachusetts General Hospital

Le vitiligo est une perte de mélanocytes qui provoque une décoloration de plaques de peau.

  • Les plaques de peau décolorée sont réparties sur diverses zones du corps.

  • Le médecin appuie généralement son diagnostic sur l’aspect de la peau.

  • Les crèmes contenant des corticoïdes, d’autres médicaments ou une photothérapie associée à des médicaments sensibilisants à la lumière peuvent permettre de repigmenter la peau. Des greffes de peau peuvent également être effectuées.

Le vitiligo touche jusqu’à 2 % de la population.

La cause du vitiligo est inconnue, mais elle peut implique une attaque des cellules par le système immunitaire, qui produit la mélanine cutanée (mélanocytes). Le vitiligo est souvent héréditaire. Parfois, les personnes développent spontanément un vitiligo. Le vitiligo peut être associé à d’autres maladies. Il est associé aux pathologies auto-immunes (lorsque le corps attache ses propres tissus), la maladie thyroïdienne étant la plus fréquente. Il est associé, le plus souvent, à une thyroïde hyperactive (hyperthyroïdie, en particulier, due à une maladie de Basedow) et à une thyroïde hypoactive (hypothyroïdie, en particulier, due à une thyroïdite de Hashimoto). Les personnes atteintes de diabète, d’une maladie d’Addison ou d’une anémie pernicieuse (anémie de Biermer) sont également prédisposées au vitiligo. Néanmoins, le rapport entre ces pathologies et le vitiligo n’est pas clair et peut être une coïncidence.

Parfois, le vitiligo apparaît après une lésion cutanée, en réponse à une brûlure chimique ou un coup de soleil, par exemple. Certaines personnes peuvent également s’apercevoir qu’un vitiligo est déclenché par un épisode de stress émotionnel.

Même si le vitiligo ne peut être considéré comme une véritable maladie d’un point de vue médical, il peut néanmoins être source de troubles psychiques considérables.

Symptômes

Chez certaines personnes, une ou deux plaques de vitiligo bien définies peuvent apparaître. Chez d’autres personnes, les plaques apparaissent sur une zone étendue du corps. Plus rarement, le vitiligo recouvre la majeure partie de la surface cutanée. Ces zones dépigmentées sont plus évidentes sur une peau foncée. Les zones le plus fréquemment touchées sont le visage, les doigts et les orteils, les poignets, les coudes, les genoux, les mains, les tibias, les chevilles, les aisselles, l’anus et la région génitale, le nombril, et les mamelons. La peau affectée est extrêmement sensible aux coups de soleil. Les zones cutanées recouvertes de poils et touchées par le vitiligo se caractérisent également par une pilosité de couleur blanche en raison de l’absence de mélanine dans les follicules pileux.

Diagnostic

Le vitiligo présente un aspect caractéristique aisément reconnaissable. On effectue souvent un examen à la lumière noire pour distinguer le vitiligo d’autres causes de décoloration cutanée (voir Lumière de Wood). D’autres examens, y compris des biopsies cutanées, peuvent être nécessaires dans de rares cas.

Traitement

Aucun traitement curatif du vitiligo n’existe, même si une recoloration spontanée de la peau est possible. Le traitement peut être utile. Les taches de petite taille brunissent parfois après application de crèmes à base de corticoïdes puissants. Les médicaments comme le tacrolimus ou le pimécrolimus doivent être appliqués sur le visage, où des crèmes à base de corticoïdes puissants peuvent avoir des effets secondaires. Certaines personnes se contentent d’utiliser des produits bronzants, des crèmes teintées ou des cosmétiques pour brunir la zone touchée. De nombreuses personnes ont encore quelques mélanocytes dans les taches de vitiligo, c’est pourquoi l’exposition aux ultraviolets (UV) dans un cabinet médical (photothérapie) permet de restimuler la production de pigment chez plus de la moitié des personnes (voir Photothérapie). En particulier, le psoralène (un médicament qui sensibilise la peau à la lumière) associé aux UVA (PUVA) ou une photothérapie à UVB à bande étroite sans psoralène peuvent être administrés. Cependant, la photothérapie n’est efficace qu’après plusieurs mois de traitement, et elle doit parfois être poursuivie de façon permanente. Le médecin utilise rarement les lasers sur les personnes présentant de petites taches, qui ne répondent pas aux crèmes à base de corticoïdes.

Les zones résistantes à la photothérapie peuvent être traitées par différentes techniques de greffe cutanée, ou faire l’objet d’une transplantation de mélanocytes prélevés au niveau d’une zone indemne chez la personne elle-même. Le tatouage est particulièrement utile pour les régions dans lesquelles il est difficile de restimuler la production de pigment (comme les mamelons, les lèvres et le bout des doigts). Toutes les zones cutanées touchées doivent être protégées du soleil par des vêtements et des crèmes solaires.

Certaines personnes qui présentent des zones de vitiligo très larges préfèrent parfois blanchir (dépigmenter) les zones non atteintes pour obtenir une couleur uniforme. Le blanchiment est obtenu par des applications répétées de crème à base d’hydroquinone et ce, sur des périodes allant de quelques semaines à plusieurs années. La crème peut être extrêmement irritante. Les effets de la décoloration (comme la perte permanente de pigmentation) sont irréversibles.

Ressources dans cet article