Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Pilosité

(Hirstutisme ; hypertrichose)

Par Wendy S. Levinbook, MD, Private Practice, Hartford Dermatology Associates

Chez les hommes, la quantité de poils sur le corps varie énormément, mais rares sont les hommes qui consultent les médecins pour une pilosité excessive. Chez les femmes, la quantité de poils considérée comme excessive varie en fonction de l’origine ethnique et de la culture. Généralement, la pilosité excessive est un simple problème esthétique et psychologique. Cependant, l’étiologie peut être un trouble hormonal grave, en particulier chez les femmes qui développent des caractéristiques masculines.

La pilosité peut être classée comme suit :

L’hirsutisme est une croissance excessive de poils épais ou foncés chez les femmes, dans des zones plutôt typiques de la croissance des poils chez les hommes. Ces zones sont le visage (lèvre supérieure, menton ou « favoris »), le torse (autour des mamelons ou sur la poitrine, sur le bas-ventre ou dans le dos) et les membres (sur les épaules ou l’intérieur de la cuisse).

L’hirsutisme est généralement dû à des taux élevés d’hormones masculines (androgènes, comme la testostérone) ou à une sensibilité accrue aux taux normaux d’hormones masculines dans l’organisme. La testostérone stimule la croissance des poils du pubis et des aisselles. La dihydrotestostérone stimule celle des poils de la barbe.

La virilisation est le développement d’autres caractéristiques masculines en plus de l’hirsutisme. Par exemple,

  • La voix devient plus grave.

  • La musculature augmente.

  • Une calvitie apparaît.

  • Le clitoris (le petit organe féminin qui correspond au pénis) se développe.

  • Les règles deviennent irrégulières ou s’arrêtent.

  • Une acné peut également se développer.

L’hypertrichose est une augmentation de la quantité de poils n’importe où sur le corps, chez les hommes ou les femmes. Les poils poussent partout sur le corps ou uniquement dans des zones spécifiques. Les poils peuvent être fins, clairs et ras, ou épais, foncés et longs. Ce trouble peut être congénital ou se développer après la naissance.

Causes de la pilosité

La pousse des poils dépend de l’équilibre entre les hormones mâles et les hormones femelles. Les androgènes stimulent la croissance des poils foncés épais. Les hormones féminines (comme les œstrogènes) ralentissent la pousse des poils ou rendent les poils plus fins et plus clairs. Les femmes produisent de petites quantités d’androgènes et les hommes de petites quantités d’hormones féminines.

Hirsutisme

Des pathologies qui font pencher la balance hormonale du côté des androgènes peuvent provoquer un hirsutisme. L’équilibre peut être rompu par une production excessive d’androgènes. Cependant, si l’hirsutisme est fréquent dans une famille (hirsutisme familial), les follicules pileux des femmes semblent plus sensibles aux taux normaux d’androgènes.

La cause la plus fréquente d’hirsutisme est

Il y a de nombreuses causes moins fréquentes d’hirsutisme ( Causes et caractéristiques de l’hirsutisme) :

  • Troubles des glandes pituitaires, ovariennes ou surrénales entraînant une surproduction d’androgènes

  • Tumeurs produisant des androgènes (dont certaines tumeurs des ovaires, des glandes surrénales, des poumons ou des voies digestives)

  • Utilisation de certains médicaments, comme les stéroïdes anabolisants, le danazol ou la pilule contraceptive (contraceptifs oraux) contenant une dose élevée de progestérone

  • Caractéristique familiale touchant le plus souvent les populations ayant des origines méditerranéennes, du Moyen-Orient ou du sud de l’Asie

Hypertrichose

L’hypertrichose est, le plus souvent, provoquée par :

  • Certaines complications du cancer (syndromes paranéoplasiques)

  • Utilisation de certains médicaments, surtout le minoxidil, la phénytoïne, la ciclosporine ou les prostaglandines en collyre bimatoprost ou latanoprost

  • Un trouble systémique grave, tel que le SIDA, les troubles ou lésions cérébraux, la malnutrition (notamment les troubles alimentaires, comme l’anorexie mentale et la boulimie), la dermatomyosite et la porphyrie

  • Une lésion répétée et/ou une friction ou une inflammation de certaines régions cutanées (par exemple, une augmentation de la pilosité remarquée après le retrait d’un plâtre posé suite à une fracture d’un bras ou d’une jambe)

Dans de rares cas, l’hypertrichose est due à une mutation génétique. Dans ces cas, elle est généralement présente dès la naissance.

Évaluation de la pilosité

Les médecins doivent déterminer si la pilosité excessive est due à un trouble ou s’il s’agit d’un simple problème esthétique.

Signes avant-coureurs

Chez les femmes présentant une pilosité excessive, certains symptômes doivent alerter :

  • Développement de caractéristiques masculines (virilisation), comme une voix plus grave, une augmentation de la musculature, une alopécie, la diminution ou l’arrêt des règles et de l’acné

  • Apparition soudaine et croissance rapide de poils en excès (pendant des semaines voire des mois)

  • Excroissance dans l’abdomen ou le bassin

L’apparition soudaine d’une pilosité excessive peut suggérer un cancer.

Quand consulter un médecin

Si des signes avant-coureurs sont présents, les personnes doivent consulter rapidement un médecin. Si une pilosité excessive apparaît progressivement sans signes avant-coureurs, les personnes doivent consulter un médecin, mais la visite n’a pas un caractère aussi urgent.

En général, les femmes qui ne présentent pas de signes avant-coureurs n’ont pas besoin de consulter un médecin en cas de pilosité excessive, si elles se sentent bien, si leurs règles sont régulières et si elles ne présentent aucune autre caractéristique masculine, et si des membres de leur famille ont également une pilosité excessive. Ces femmes ont une pilosité excessive d’origine familiale.

Que fait le médecin

Les médecins posent d’abord des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux des personnes. Le médecin réalise ensuite un examen clinique. Ce qu’ils trouvent au cours de l’examen des antécédents et de l’examen clinique suggère souvent une étiologie et les analyses qui doivent être effectuées ( Causes et caractéristiques de l’hirsutisme).

Les femmes doivent indiquer quand les poils ont commencé à se développer de manière excessive et où ils sont localisés, si elles ont leurs règles, et, le cas échéant, si celles-ci sont régulières. Les médecins demandent également aux femmes si elles ont eu du mal à concevoir un enfant et si des membres de leur famille ont une pilosité excessive.

Les médecins demandent aux personnes les médicaments qu’elles prennent, en particulier si elles prennent des stéroïdes anabolisants et d’autres médicaments connus pour augmenter la pilosité.

Pendant l’examen clinique, les médecins notent le schéma de la croissance pileuse et cherchent d’autres caractéristiques masculines ainsi que d’autres signes indiquant une étiologie. Par exemple, une grosseur palpée lors de l’examen pelvien suggère une tumeur de l’ovaire.

Causes et caractéristiques de l’hirsutisme

Cause

Caractéristiques fréquentes*

Examens

Troubles des glandes surrénales

Développement de caractéristiques masculines (virilisation) provoqué par une hyperplasie (hypertrophie des glandes surrénales produisant des quantités anormalement élevées d’androgènes)

La présence de caractéristiques masculines, comme une voix plus grave, une alopécie, une hypertrophie du clitoris, une augmentation de la musculature, des règles irrégulières ou une absence de règles et de l’acné

Lorsqu’une hyperplasie surrénale est présente à la naissance, organes génitaux externes qui ne sont pas nettement masculins ou féminins (ambigus)

Analyses de sang et parfois analyses d’urine pour mesurer les taux d’hormone

Un test de suppression à la dexaméthasone (dexaméthasone, par voie orale, suivie, après plusieurs heures, d’une analyse de sang pour mesurer les taux d’hormone)

Tumeurs surrénales (généralement cancéreuses)

Développement de caractéristiques masculines si une tumeur surrénale produit un excès d’androgènes (comme la testostérone), ou si la personne souffre du syndrome de Cushing (tumeur surrénale produisant un excès de cortisol [voir ci-dessous])

IRM ou TDM

Analyses de sang et analyses d’urine pour mesurer les taux d’hormone

Excès de graisse sur le torse, un coussinet adipeux entre les épaules (bosse de bison), des bras et des jambes minces, des stries violacées sur le ventre, des hématomes apparaissant facilement, un visage rond et large (faciès lunaire), une hypertension artérielle et un diabète sucré

Analyses d’urine et généralement analyses de sang pour mesurer le taux de cortisol (qui peut être élevé dans le syndrome de Cushing)

Généralement un test de suppression de la dexaméthasone

Aucun trouble présent

Hirsutisme familial

Hirsutisme chez les membres d’une famille

Pas d’autres symptômes (cycles menstruels normaux et aucune autre caractéristique masculine)

Un examen médical du médecin

Analyse de sang pour mesurer les taux d’hormones (qui sont normaux)

Troubles des ovaires

Hirsutisme commençant à la puberté

Développement de caractéristiques masculines, obésité, infertilité, règles irrégulières, acné, perte de cheveux, diminution de la sensibilité à l’insuline et peau plus foncée et plus épaisse sous les aisselles, sur la nuque et dans les plis cutanés (acanthosis nigricans)

Un examen médical du médecin

Analyses de sang pour mesurer les taux d’hormones, tels que la testostérone, l’hormone lutéinisante et l’hormone folliculostimulante

Généralement échographie

Tumeurs

Parfois, un ou plusieurs des symptômes suivants, qui apparaissent soudainement :

  • Douleurs pelviennes

  • Gonflement ou ballonnement abdominal

  • Perte de poids

  • Développement d’autres caractéristiques masculines

Échographie

Parfois TDM ou IRM

Troubles de l’hypophyse

Adénome pituitaire (tumeur non cancéreuse) sécrétant de la prolactine

Écoulement de lait chez les femmes en dehors de l’allaitement (galactorrhée)

Absence de règles

Parfois, troubles de la vision

Analyses de sang pour mesurer le taux de prolactine

IRM du cerveau

Trouble de l’hypophyse à l’origine d’un syndrome de Cushing (comme une tumeur pituitaire)

Voir « syndrome de Cushing », ci-dessus

Analyses de sang et parfois d’urine pour mesurer le taux de cortisol (qui peut être élevé en cas de syndrome de Cushing)

Test de suppression de la dexaméthasone

IRM du cerveau

Médicaments

Médicaments androgéniques :

  • Stéroïdes anabolisants, notamment ceux qui sont pris pour améliorer les performances athlétiques, comme la testostérone et le danazol

  • Pilules contraceptives contenant une dose élevée de progestérone

Développement de caractéristiques masculines

Utilisation de stéroïdes anabolisants (parfois dissimulée par les personnes)

Un examen médical du médecin

*Les caractéristiques sont les symptômes et les résultats de l’examen clinique. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

TDM = tomodensitométrie ; IRM = imagerie par résonance magnétique.

Examens

Des analyses de sang sont effectuées pour mesurer les taux de différentes hormones et identifier la cause, sauf si les médecins confirment que la cause est l’utilisation d’un médicament.

En cas de suspicion d’un syndrome de Cushing ou de détection d’une tumeur surrénale, des analyses d’urine sont également effectuées.

Une échographie et/ou une tomodensitométrie (TDM) du bassin sont généralement effectuées pour écarter un diagnostic de cancer, en particulier si une grosseur est palpée dans le bassin ou si les taux d’androgènes sont élevés.

Traitement de la pilosité

  • Traitement de la pathologie sous-jacente, notamment en arrêtant ou en modifiant le traitement qui entraîne la pilosité

  • Décoloration ou épilation pour une amélioration cosmétique

  • Traitement hormonal

La pathologie sous-jacente est traitée ou corrigée. Par exemple, les traitements pouvant provoquer un hirsutisme sont arrêtés ou modifiés.

Le traitement de la pilosité excessive est inutile, sauf si les femmes souhaitent réduire la pilosité ou la supprimer pour des raisons esthétiques. Si la pilosité excessive n’est pas associée à une augmentation des taux d’androgènes, des méthodes physiques sont utilisées pour supprimer les poils. Si une augmentation des taux d’androgènes est la cause, un traitement hormonal est nécessaire en plus des méthodes physiques.

Méthodes physiques

Plusieurs méthodes sont disponibles.

La dépilation permet de retirer la partie du poil située au-dessus de la surface cutanée. Les méthodes incluent le rasage ou les crèmes dépilatoires en vente libre, qui peuvent contenir du sulfate de baryum et/ou du thioglycolate de calcium.

L’épilation implique le retrait de poils intacts, avec leur racine. Les méthodes permettant de retirer les poils temporairement incluent la pince à épiler, l’arrachage, l’épilation à la cire et les épilateurs utilisés à domicile. Certaines méthodes ont des effets plus durables, parfois permanents, mais les traitements doivent souvent être répétés. Ces méthodes sont l’électrolyse, la thermolyse et les traitements par laser.

Traitement hormonal

En général, les hormones utilisées pour traiter l’hirsutisme doivent être administrées pendant des périodes prolongées, car la plupart des troubles qui provoquent des taux d’hormones masculines élevés sont incurables. Ces hormones incluent les pilules contraceptives et les médicaments qui bloquent les effets des hormones masculines, comme le finastéride, le flutamide ou la spironolactone. Les femmes enceintes ou qui pourraient le devenir ne doivent pas prendre de médicament contenant des hormones masculines, un fœtus masculin risquant de développer des caractéristiques féminines.

La metformine, un médicament utilisé pour traiter le diabète, peut réduire les taux de testostérone, mais elle est moins efficace que d’autres médicaments. Les antagonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines (comme le leuprolide) peuvent être utilisés si les ovaires produisent des taux extrêmement élevés d’androgènes, mais l’utilisation de ces médicaments nécessite une étroite surveillance par un gynécologue ou un endocrinologue. Les corticoïdes peuvent être utilisés pour réduire les taux d’androgènes produits par les tumeurs des glandes surrénales.

Autres méthodes

La décoloration est une alternative à l’épilation. Elle est peu onéreuse et fonctionne bien chez les femmes dont la pilosité excessive n’est pas très développée. La décoloration éclaircit la couleur des poils, ce qui les rend moins visibles. Différents types de produits décolorants sont disponibles. La plupart d’entre eux contiennent du peroxyde d’hydrogène.

Une crème à base d’éflornithine appliquée deux fois par jour ralentit la croissance pileuse et, utilisée à long terme, peut augmenter le délai entre les traitements épilatoires.

Points-clés

  • L’excès de pilosité peut être héréditaire et ce qui est considéré comme excessif peut varier en fonction de l’origine ethnique et de la culture.

  • L’hirsutisme, qui apparaît uniquement chez les femmes, provoque le développement d’une pilosité excessive selon un schéma masculin et diffère de l’hypertrichose, qui est une pilosité excessive localisée n’importe où sur le corps, et qui concerne indifféremment les hommes et les femmes.

  • Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est la cause d’hirsutisme la plus fréquente.

  • Si les femmes développent également des caractéristiques masculines (comme une voix plus grave, une musculature plus développée, une alopécie, des règles irrégulières ou une absence de règles), elles présentent peut-être un trouble nécessitant rapidement une évaluation médicale.

  • Si la pilosité excessive apparaît de façon brutale et augmente rapidement, la cause peut être cancéreuse.

  • Le traitement peut inclure l’épilation et/ou le traitement hormonal.

Ressources dans cet article