Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Carcinome basocellulaire

Par Gregory L. Wells, MD, Dartmouth Medical School and Dartmouth-Hitchcock Medical Center

Le carcinome basocellulaire est une tumeur maligne qui naît des cellules de la couche supérieure de la peau (épiderme).

  • En général, une petite papule brillante apparaît sur la peau et grossit lentement.

  • Les papules peuvent se rompre et former une croûte, parfois accompagnée d’un saignement, ou s’aplatir, comme une cicatrice.

  • Même si ce cancer peut souvent être identifié par son aspect visuel, les médecins réalisent généralement une biopsie.

  • Le cancer est généralement excisé, et les personnes reçoivent parfois une chimiothérapie cutanée ou, dans d’autres cas, une radiothérapie ou un traitement médicamenteux.

Les cellules basales se trouvent dans la couche inférieure de l’épiderme (la couche supérieure de la peau). Même s’il se peut que le carcinome basocellulaire ne soit pas issu des cellules basales, il est dénommé ainsi car les cellules néoplasiques leur ressemblent. Le carcinome basocellulaire est le cancer le plus fréquent. Tous les ans, plus de 2,8 millions de personnes développent ce type de tumeur aux États-Unis. Il est plus fréquent chez les personnes à la peau claire ayant été exposées au soleil et très rare chez les personnes à la peau mate. Le carcinome basocellulaire se développe sur les surfaces cutanées exposées au soleil, habituellement au niveau de la tête ou du cou.

Les tumeurs commencent généralement sous forme de petites excroissances (nodules) en relief, brillantes, fermes, transparentes à rosées, avec des vaisseaux sanguins dilatés visibles (télangiectasies). Les tumeurs grossissent très lentement, parfois si lentement qu’elles ne sont pas détectées au stade précoce. Cependant, la vitesse de croissance est très variable d’une tumeur à l’autre, certaines grossissant de 1 centimètre par an.

L’apparence des cancers basocellulaires est très variable. Certains peuvent se présenter comme des papules, qui s’ouvrent et forment une croûte au centre. D’autres sont des lésions pâles ou rougeâtres qui ressemblent à des cicatrices. Les berges de la tumeur sont parfois épaisses et blanc perlé. La tumeur peut saigner, former une croûte et guérir, faisant croire à tort qu’il s’agit d’une plaie plutôt que d’une tumeur.

Les cancers basocellulaires se propagent (métastasent) rarement à distance dans l’organisme. Ils envahissent et détruisent lentement les tissus environnants. Lorsqu’un carcinome basocellulaire évolue près des yeux, des oreilles, de la bouche, des os ou du cerveau, les conséquences de l’envahissement peuvent être graves voire mortelles. Cependant, ces tumeurs se développent en général lentement dans la peau.

Diagnostic

Le médecin reconnaît facilement un carcinome basocellulaire en l’examinant, mais la technique standard pour confirmer le diagnostic est la biopsie (voir Biopsie).

Prévention

Le carcinome basocellulaire est souvent dû à l’exposition au soleil, il est donc possible de prévenir cette tumeur en évitant de s’exposer, en portant des vêtements protecteurs et en utilisant des filtres solaires. De plus, toute altération de la peau qui persiste pendant plus de quelques semaines doit être examinée par un médecin.

Traitement

Le médecin enlève la tumeur en ambulatoire en la curetant et en la brûlant par une aiguille électrique (curetage et électrocoagulation) ou en l’excisant avec un bistouri. Les médecins peuvent détruire le cancer par cryochirurgie. Par ailleurs, certains médicaments de chimiothérapie peuvent être appliqués sur la peau. Une technique appelée « chirurgie microscopiquement contrôlée de Mohs » peut être utilisée pour certains carcinomes basocellulaires étendus, récidivants ou localisés dans des zones particulières, près du nez ou des yeux. La radiothérapie est parfois utilisée. Les médecins peuvent également avoir recours à la thérapie photodynamique (voir Utilisation des lasers dans les traitements cutanés).

Les personnes dont le cancer a métastasé ou a diffusé aux tissus adjacents et qui ne sont pas candidats à la chirurgie ou à la radiothérapie peuvent recevoir un traitement par vismodégib par voie orale.

Le traitement est presque toujours efficace et le carcinome basocellulaire est rarement létal. Cependant, près de 25 % de la population ayant eu un carcinome basocellulaire développent un nouveau cancer basocellulaire dans les 5 ans qui suivent. Ainsi, toute personne présentant un carcinome basocellulaire doit subir un examen annuel de la peau.

Ressources dans cet article