Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des tumeurs malignes de la peau

Par Gregory L. Wells, MD, Dartmouth Medical School and Dartmouth-Hitchcock Medical Center

Les tumeurs malignes de la peau sont les cancers les plus fréquents. Tous les ans, plus de 3,5 millions de nouveaux cas de cancer cutané sont diagnostiqués chez plus de 2 millions de personnes aux États-Unis. Les trois principaux types de cancer de la peau, le carcinome basocellulaire, le carcinome spinocellulaire (malpighien) et le mélanome, sont provoqués, au moins en partie, par une exposition prolongée au soleil. Les lymphomes peuvent également se développer au niveau cutané ( Présentation des lymphomes). Le cancer de la peau est très fréquent chez les personnes qui travaillent ou font du sport en extérieur et chez les adeptes du bain de soleil. Les personnes à la peau claire sont particulièrement sensibles à la plupart des formes de cancer cutané, car elles produisent moins de mélanine. La mélanine, le pigment protecteur de la couche supérieure de la peau (épiderme), permet de protéger la peau de la lumière ultraviolette (UV). Cependant, le cancer de la peau peut aussi se développer chez des personnes à peau mate ou qui ne se sont pas exposés au soleil de façon importante. Les cancers de la peau peuvent également se développer plusieurs années après une radiothérapie ou une exposition à des substances provoquant un cancer (par exemple, ingestion d’arsenic).

Dans la grande majorité des cas la guérison est possible, surtout si le traitement est débuté précocement. Au stade précoce, les cancers de la peau sont asymptomatiques. Il est donc souhaitable de faire examiner par un spécialiste toute tuméfaction cutanée qui grossit ou persiste plus de quelques semaines.

La plupart des cancers de la peau sont traités par une exérèse chirurgicale. En général, la cicatrice provoquée par l’intervention chirurgicale est petite. Une tumeur plus grande ou plus invasive peut nécessiter une excision plus importante de peau, qui doit être réparée par une greffe cutanée ou un lambeau cutané (voir La peau). Avec une greffe, un morceau de peau est prélevé sur le corps de la personne, généralement dans une zone où la peau est souple. La peau prélevée est suturée sur la zone d’où a été excisée la tumeur. Avec un lambeau, le médecin transfère un lambeau de peau d’une zone adjacente pour remplacer la zone d’où a été excisée la tumeur. Avec un lambeau, à l’inverse d’une greffe, la peau transférée n’est pas complètement excisée et conserve donc sa propre circulation sanguine. Par ailleurs, un lambeau est généralement plus épais qu’une greffe.

Dépistage

Les personnes doivent informer leur médecin de toute marque inhabituelle ou différente, mais les médecins ne savent pas si des examens cutanés annuels systématiques pour dépister le cancer de la peau pourraient réduire le nombre de décès liés au cancer de la peau.

Prévention

De nombreux cancers de la peau pourraient être liés à l’exposition aux UV, c’est pourquoi les médecins recommandent différentes mesures pour limiter l’exposition aux UV.

  • Éviter le soleil : Par exemple, se mettre à l’ombre, limiter les activités à l’extérieur entre 10 h et 16 h (lorsque les rayons du soleil sont les plus puissants) et éviter de prendre le soleil et d’utiliser des solariums.

  • Porter des vêtements anti-UV : Par exemple, des t-shirts à manches longues, des pantalons et des chapeaux à large bord

  • Appliquer des écrans solaires : Une protection minimale ayant un indice de protection solaire (SPF) de 30 avec une protection anti-UVA, réappliquée toutes les 2 heures et après être sorti de l’eau, mais pas utilisée pour prolonger l’exposition au soleil

Le saviez-vous ?

  • La plupart des cancers de la peau sont provoqués, du moins en partie, par une exposition prolongée au soleil.

Cependant, on ne dispose pas de preuves suffisantes pour déterminer si ces mesures réduisent les risques de développer un mélanome ou d’en mourir. Chez les personnes ayant des antécédents de cancers cutanés (hors mélanomes), à savoir des carcinomes basocellulaires ou des carcinomes malpighiens, une protection contre le soleil réduit le risque de nouveaux cancers.

Ressources dans cet article