Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Généralités sur l’assistance nutritionnelle

Par David R. Thomas, MD

Beaucoup de personnes dénutries ( Dénutrition) ont besoin d’une nutrition supplémentaire (assistance nutritionnelle). Habituellement, les personnes dénutries ont besoin de consommer plus de calories et plus de nutriments comme des vitamines et des minéraux. L’assistance nutritionnelle vise à accroître la quantité de tissu musculaire (masse musculaire).

Les nutriments sont administrés par voie orale quand cela est possible, idéalement comme des aliments usuels. On peut avoir recours à plusieurs stratégies si les personnes sont réticentes à manger.

  • Les encourager activement à manger

  • Les encourager à manger de petites quantités et à manger souvent

  • Chauffer ou assaisonner les aliments

  • Fournir des aliments préférés ou ayant un goût marqué

  • Accorder la priorité aux horaires de repas dans la planification des activités quotidiennes

  • Les aider à manger en cas de besoin

Cependant, ces stratégies ne sont pas suffisantes pour certaines personnes. Par exemple, ces stratégies ne sont d’aucune aide pour les personnes qui ne peuvent pas manger à cause de blessures ou d’autres problèmes physiques (comme des difficultés à avaler), ou qui ont des difficultés à absorber les nutriments. De telles personnes peuvent avoir besoin d’une assistance nutritionnelle (parfois appelée alimentation artificielle parce qu’elle utilise des mélanges nutritifs du commerce plutôt que des aliments). Les nutriments peuvent être administrés par un tube (alimentation par sonde, Alimentation par sonde), généralement inséré dans le nez, ou par un cathéter inséré dans une veine (nutrition parentérale, Alimentation par intraveineuse). Lors de l’alimentation par sonde, les nutriments vont directement dans l’estomac ou dans l’intestin grêle.

Si les personnes sont mourantes ou ont une démence avancée, il n’est généralement pas recommandé de pratiquer une alimentation artificielle ( Soutien nutritionnel pour les personnes mourantes ou atteintes de démence sévère).

Détermination des besoins nutritionnels

Avant d’initier une assistance nutritionnelle, les médecins doivent d’abord déterminer la quantité et la combinaison de nutriments dont les personnes ont besoin. Les personnes ont besoin de certaines quantités de nutriments pour leur production d’énergie, mesurée en calories. Le nombre de calories dont les personnes ont besoin varie en fonction de leur poids, de leur niveau d’activité et des besoins générés par les maladies. La combinaison de nutriments inclut typiquement des glucides, des protéines, des lipides, des vitamines, des minéraux, des fibres et des liquides. Généralement, les médecins estiment les besoins des personnes au moyen d’équations faisant intervenir le poids, la taille, l’âge, le sexe et le niveau d’activité. Les médecins ajustent les quantités requises si les personnes sont dans un état qui augmente leur besoin de calories, comme une maladie grave, une insuffisance rénale, une infection, une blessure ou une chirurgie récente. Certains centres utilisent une technique spéciale pour obtenir une estimation plus précise. Cette technique mesure la quantité d’oxygène inhalé et la quantité de dioxyde de carbone exhalé – une indication de la quantité d’énergie utilisée par l’organisme.

Le saviez-vous ?

  • Certaines circonstances comme des maladies graves, une insuffisance rénale, des infections, des blessures et des chirurgies, peuvent augmenter le besoin de nutriments.

Surveillance de l’assistance nutritionnelle

Les professionnels de la santé doivent gérer soigneusement les méthodes d’alimentation artificielle de manière à s’assurer que les personnes reçoivent bien les nutriments dont elles ont besoin et à prévenir la survenue de problèmes tels que des infections. Afin de déterminer si l’assistance nutritionnelle est appropriée et efficace, les médecins contrôlent périodiquement certains facteurs, dont les suivants :

  • L’indice de masse corporelle (IMC – calculé en divisant le poids en kilogrammes par la taille en mètres élevée au carré)

  • La composition corporelle (la quantité de graisse et de muscle – Masse grasse et masse maigre : composition corporelle)

  • Les substances dans le sang, l’urine et les selles qui indiquent l’état nutritionnel

  • La force musculaire (par exemple, en mesurant la force de la poignée de main)

Une augmentation de la force musculaire indique une augmentation de la masse musculaire et par conséquent un meilleur état nutritionnel.

Ressources dans cet article