Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fer

Par Larry E. Johnson, MD, PhD, Associate Professor of Geriatrics and Family and Preventive Medicine;Medical Director, University of Arkansas for Medical Sciences;Central Arkansas Veterans Healthcare System

Une grande partie du fer de l’organisme se trouve dans l’hémoglobine. L’hémoglobine est le constituant des globules rouges qui leur permet de transporter et diffuser l’oxygène aux tissus de l’organisme. Le fer est aussi un constituant important des cellules musculaires et il est nécessaire à la formation de nombreuses enzymes dans l’organisme.

L’organisme recycle le fer. Lorsque les globules rouges meurent, le fer qu’ils contiennent retourne dans la moelle osseuse qui l’utilise pour produire de nouveaux globules rouges. Un peu de fer est perdu chaque jour, principalement en raison de la perte des cellules au niveau de la muqueuse intestinale. Cette quantité est en général remplacée par les 1 à 2 milligrammes de fer absorbés dans la nourriture chaque jour. Les femmes perdent plus de fer lors de leurs menstruations et parfois, la quantité perdue n’est pas entièrement remplacée par le fer absorbé dans les aliments.

Les aliments contiennent deux types de fer :

  • Fer héminique : Les produits d’origine animale contiennent du fer héminique. Il est bien mieux absorbé que le fer non héminique.

  • Fer non héminique : La plupart des aliments et des suppléments de fer contiennent du fer non héminique. Il représente plus de 85 % du fer dans un régime moyen. Cependant, l’organisme absorbe moins de 20 % du fer non héminique consommé. Le fer non héminique est mieux absorbé s’il est consommé en association avec des protéines animales et de la vitamine C.

Carence en fer

  • La carence en fer provient généralement d’une perte de sang chez les adultes (y compris des saignements pendant les règles) mais, chez les enfants et les femmes enceintes, elle peut provenir d’une alimentation inadéquate.

  • Une anémie se développe, causant de la pâleur et des sensations de faiblesse et de fatigue.

  • Le diagnostic médical est basé sur les symptômes et les résultats d’analyses sanguines.

  • Les médecins recherchent une source de saignement et si une telle source est identifiée, elle est traitée.

  • Il est souvent nécessaire de prendre des suppléments de fer, habituellement par voie orale.

La carence en fer est l’une des carences minérales les plus répandues dans le monde. Elle entraîne l’anémie chez les hommes, les femmes et les enfants.

Causes

Chez les adultes, la carence en fer est provoquée dans un grand nombre de cas par

  • Des pertes sanguines

Chez les femmes en âge de procréer, le saignement menstruel peut être à l’origine de cette carence. Chez les femmes ménopausées et les hommes, la carence en fer est généralement un signe d’hémorragie du tube digestif, provenant par exemple d’ulcères hémorragiques ou de polypes du côlon. Un saignement chronique dû au cancer du côlon est une cause grave de carence en fer chez les personnes d’âge moyen et les personnes âgées.

Les troubles qui perturbent l’absorption par l’intestin ( Présentation de la malabsorption), tels que la maladie cœliaque, peuvent aussi être à l’origine d’une carence en fer.

La carence en fer peut résulter d’un régime inadapté, en particulier chez les nourrissons et chez les jeunes enfants, qui ont besoin d’une plus grande quantité de fer en période de croissance. Les adolescentes qui ne mangent pas de viande risquent de développer une carence en fer, car elles sont en croissance et commencent à avoir leurs règles.

Les femmes enceintes présentent un risque élevé de développer cette carence, car le fœtus exige de grandes quantités de fer pour se développer.

Symptômes

Quand les réserves en fer de l’organisme sont épuisées, l’anémie se développe ( Anémie ferriprive). L’anémie entraîne une pâleur, une faiblesse et une asthénie. Les personnes ne remarquent pas habituellement à quel point elles sont pâles parce que cela arrive si graduellement. La concentration et les capacités d’apprentissage peuvent être altérées. Lorsqu’elle est sévère, l’anémie peut causer une dyspnée (gêne respiratoire), des vertiges et une augmentation de la fréquence cardiaque. Parfois, l’anémie sévère provoque une douleur thoracique et une insuffisance cardiaque. Une aménorrhée peut se manifester.

En dehors de l’anémie, la carence en fer peut provoquer le pica (désir irrépressible d’absorber des produits non comestibles comme la glace, la terre ou l’amidon pur), des ongles en cuillère (ongles des doigts minces et concaves) et le syndrome des jambes sans repos (un besoin irrésistible de mouvoir ses jambes en position assise ou allongée, Trouble du mouvement périodique des membres (MPM) et syndrome des jambes sans repos (SJR)).

Rarement, la carence en fer induit la formation d’une fine membrane dans l’œsophage qui gêne la déglutition.

Diagnostic

  • Évaluation par un médecin

  • Analyses de sang

  • Parfois examen de la moelle osseuse

Le diagnostic d’une carence en fer est basé sur les symptômes et sur les résultats d’analyses de sang. Les résultats comprennent un taux d’hémoglobine (qui contient du fer) bas, un hématocrite (proportion entre globules rouges et volume total de sang) bas et un nombre réduit de globules rouges. De tels résultats indiquent une anémie. Les médecins ont cependant besoin de plus d’informations pour distinguer entre une anémie provenant d’une carence en fer et une anémie découlant d’autres causes, car les traitements sont très différents. Dans l’anémie due à une carence en fer, les globules rouges sont anormalement petits.

Les analyses sanguines incluent également les mesures suivantes :

  • Transferrine : La transferrine est la protéine qui transporte le fer dans le sang lorsqu’il n’est pas contenu dans les globules rouges. Si le pourcentage de fer dans la transferrine est inférieur à 10 %, une carence en fer est probable.

  • Ferritine : La ferritine est une protéine qui stocke le fer. La carence en fer est confirmée si le taux de ferritine est bas.

Cependant, le taux de ferritine peut être normal ou élevé même en présence d’une carence en fer si les personnes ont une inflammation, une infection, un cancer ou une atteinte hépatique.

Pour établir le diagnostic, il est parfois nécessaire de pratiquer un prélèvement de moelle osseuse. Un échantillon de moelle osseuse est prélevé, généralement de l’os iliaque, et examiné au microscope pour déterminer son contenu en fer.

Traitement

  • Contrôle des saignements

  • Suppléments alimentaires contenant du fer

  • Rarement, le fer est administré par injection

La cause la plus fréquente de carence en fer chez l’adulte est le saignement excessif, les médecins doivent donc en premier lieu rechercher un saignement. Si la source est un saignement menstruel excessif, des médicaments tels que des contraceptifs oraux (pilule contraceptive) peuvent être nécessaires pour contrôler les saignements. Il peut être utile de recourir à une chirurgie pour traiter les ulcères sanglants ou pour enlever des polypes du côlon. Une transfusion sanguine peut être nécessaire si l’anémie est grave.

Un régime normal peut ne pas être suffisant pour remplacer les pertes en fer (parce que dans un régime normal, moins de 20 % du fer est absorbé par l’organisme). La plupart des personnes carencées en fer doivent donc prendre des suppléments de fer par voie orale, habituellement une ou deux fois par jour. Le fer est mieux absorbé si le complément alimentaire est pris lorsque l’estomac est vide, soit 30 minutes avant ou 2 heures après les repas, en particulier si le repas comprend des aliments qui diminuent l’absorption du fer, comme des fibres végétales, des aliments contenant des phytates (dont du pain complet, des haricots, du son, du soja et des noix), du café et du thé. Cependant, la prise de suppléments en fer lorsque l’estomac est vide peut entraîner des troubles dyspeptiques et de la constipation. Ainsi certaines personnes doivent-elles prendre les suppléments pendant les repas. Les antiacides et les suppléments alimentaires en calcium peuvent également réduire l’absorption du fer. La consommation de vitamine C dans des jus ou sous forme de suppléments augmente l’absorption du fer, ainsi que le fait de manger de petites quantités de viande, qui contient la forme de fer la plus facilement absorbée (le fer héminique). La prise de suppléments alimentaires en fer est toujours accompagnée d’émission de selles noires, un effet secondaire inoffensif.

Rarement, le fer est administré par voie intraveineuse. Les injections sont nécessaires chez les personnes qui ne tolèrent pas les comprimés ou chez les rares personnes qui ne peuvent pas absorber suffisamment de fer par voie digestive.

L’anémie par carence en fer est en général corrigée en quelques semaines à deux mois, même si le saignement est arrêté. Une fois l’anémie corrigée, un supplément alimentaire en fer doit être administré pendant 6 mois pour reconstituer les réserves de l’organisme. Des bilans sanguins sont d’ordinaire effectués périodiquement pour déterminer si les personnes reçoivent une quantité de fer suffisante et pour vérifier que l’hémorragie ne persiste pas.

Les femmes qui n’ont pas de règles et les hommes ne doivent pas prendre de suppléments alimentaires en fer ou de complexes multivitaminés contenant du fer sans instructions médicales précises. La prise de ces suppléments alimentaires peut rendre difficile le diagnostic de saignements intestinaux. De tels saignements peuvent être provoqués par des troubles graves comme le cancer du côlon.

Parce que les fœtus en croissance ont besoin de fer, les suppléments alimentaires contenant du fer sont généralement recommandés chez la plupart des femmes enceintes. La plupart des nouveau-nés, en particulier les prématurés et ceux de petit poids à la naissance, ont besoin de suppléments en fer. Ceux-ci sont administrés sous forme de lait artificiel enrichi ou, chez les enfants nourris au sein, d’un supplément liquide pris à part.

Excès de fer

Le fer en excès peut s’accumuler dans l’organisme.

Les causes comprennent :

  • Transfusions sanguines répétées

  • Supplémentation en fer en trop grande quantité ou pendant trop longtemps

  • Alcoolisme chronique

  • Surdose de fer

  • Maladie héréditaire appelée hémochromatose ( Hémochromatose)

Le fer consommé en excès ponctuellement entraîne des vomissements, la diarrhée et des lésions aux intestins et à d’autres organes. Du fer pris en excès pendant une longue période peut léser les artères coronaires.

Souvent, on administre de la déféroxamine par voie intraveineuse. Ce médicament se lie au fer et l’élimine de l’organisme dans l’urine. L’hémochromatose se traite par phlébotomie.