Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Thiamine

(vitamine B1 ; thiamine)

Par Larry E. Johnson, MD, PhD, University of Arkansas for Medical Sciences;Central Arkansas Veterans Healthcare System

La thiamine (vitamine B1) est largement disponible dans les aliments. Elle est nécessaire au métabolisme des glucides (pour produire de l’énergie) et aux fonctions nerveuses et cardiaques normales. La thiamine n’est pas toxique.

Carence en thiamine

(Béribéri)
  • Un régime qui consiste principalement en farine blanche, sucre blanc et autres glucides hautement transformés peut entraîner une carence en thiamine.

  • Au début, l’on peut éprouver de vagues symptômes comme de la fatigue et de l’irritabilité, mais une carence grave (béribéri) peut avoir des effets sur les nerfs, les muscles, le cœur et le cerveau.

  • Le diagnostic est basé sur les symptômes.

  • On peut remédier à cette carence en prenant des suppléments de thiamine, habituellement par voie orale.

Une carence en thiamine s’accompagne souvent d’autres carences en vitaminies. Elle peut découler d’une carence dans l’alimentation, comme cela peut se produire chez de jeunes adultes gravement anorexiques ou chez des personnes dont le régime est principalement composé de glucides hautement transformés (comme le riz blanc poli, la farine blanche et le sucre blanc). Lorsque le riz est poli, presque toutes ses vitamines sont perdues.

Les alcooliques, qui substituent souvent l’alcool aux aliments et par conséquent ne consomment pas assez de thiamine, courent un risque élevé de développer cette carence. De plus, l’alcool peut interférer avec l’absorption et le métabolisme de cette vitamine.

Une carence en thiamine peut aussi découler de troubles ou de facteurs qui augmentent les besoins de l’organisme en thiamine. Des exemples en sont les troubles thyroïdiens, la grossesse, l’allaitement, les activités physiques intensives et la fièvre. Les troubles hépatiques peuvent perturber le métabolisme de cette vitamine. Une diarrhée persistante pendant une période prolongée peut empêcher l’absorption de la thiamine, entraînant ainsi une carence.

Symptômes

Les premiers symptômes sont flous. Ils comprennent une fatigue, une irritabilité, une mauvaise mémoire, une perte de l’appétit, des troubles du sommeil, une gêne abdominale et une perte de poids. Finalement, une importante carence en thiamine (béribéri) peut se développer, caractérisée par une atteinte nerveuse, cardiaque et cérébrale. Différentes formes de béribéri causent différents symptômes.

Béribéri sec

Des anomalies nerveuses et musculaires se développent. Les symptômes comprennent une sensation de piqûre (épingles ou aiguilles) au niveau des doigts de pieds ; une sensation de brûlure des pieds particulièrement pénible pendant la nuit, ainsi que des crampes et des douleurs dans les jambes. Les muscles peuvent devenir faibles et s’atrophier.

Béribéri humide

Des anomalies cardiaques se développent. Le cœur pompe plus de sang et bat plus rapidement. Les vaisseaux sanguins se dilatent, rendant la peau chaude et humide. Comme le cœur ne peut pas continuer à ce niveau d’activité, une insuffisance cardiaque finit par se développer. Il en résulte une accumulation de liquide dans les jambes (œdème) et dans les poumons (congestion), et la tension artérielle peut chuter, provoquant un choc et la mort.

Anomalies cérébrales

Une carence en thiamine peut causer des anomalies cérébrales, surtout chez les alcooliques. Des anomalies cérébrales peuvent être présentes sans causer de symptômes jusqu’à ce qu’un événement se produise pour aggraver la carence en thiamine, telle qu’une alcoolisation massive. Des anomalies cérébrales peuvent aussi causer des symptômes suite à l’administration de glucides par voie intraveineuse à un alcoolique. Les symptômes apparaissent parce que ces glucides supplémentaires augmentent encore les besoins en thiamine. Ces anomalies cérébrales sont appelées syndrome de Wernicke-Korsakoff ( Syndrome de Wernicke-Korsakoff), qui a deux manifestations :

  • L’encéphalopathie de Wernicke ( Encéphalopathie de Wernicke) entraîne de la confusion, des difficultés à marcher et des problèmes oculaires, notamment des mouvements involontaires des yeux (nystagmus) et une paralysie partielle des yeux. Si l’encéphalopathie de Wernicke n’est pas traitée rapidement, les symptômes peuvent s’aggraver et aboutir à un coma, voire au décès de la personne.

  • La psychose de Korsakoff ( Syndrome de Korsakoff) provoque une amnésie des événements récents, de la confusion et une tendance à inventer des faits pour combler les déficiences de mémoire (affabulation).

Béribéri infantile

Cette forme est rencontrée chez les nourrissons (généralement vers 3 à 4 semaines) qui sont allaités par une mère carencée en thiamine. Une insuffisance cardiaque peut survenir soudainement chez ces nourrissons. Ils peuvent perdre la voix (aphonie) jusqu’à un certain point, et manquer de certains réflexes.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Soulagement des symptômes lors de la prise de suppléments de thiamine

Le diagnostic est basé sur les symptômes. Il n’existe pas encore d’examen confirmant le diagnostic. On effectue généralement des analyses sanguines pour mesurer les niveaux d’électrolytes afin d’exclure d’autres causes possibles. Le diagnostic est confirmé si des suppléments de thiamine soulagent les symptômes.

Traitement

  • Supplémentation en thiamine

Toutes les formes de la carence sont traitées par une supplémentation en thiamine. Celle-ci est généralement administrée par voie orale. Elle peut être administrée par voie intraveineuse si les symptômes sont graves. Comme la carence en thiamine s’accompagne souvent d’autres carences en vitamines du groupe B, on donne généralement des multivitamines pendant plusieurs semaines. Les personnes carencées sont encouragées à s’alimenter sainement et incitées à consommer une à deux fois l’apport quotidien recommandé en vitamines. Elles ne doivent pas boire d’alcool.

Le syndrome de Wernicke-Korsakoff est une urgence médicale et se traite en administrant de la thiamine à hautes doses par voie intraveineuse ou intramusculaire, pendant plusieurs jours. Il faut arrêter la consommation d’alcool. Lorsque des personnes suspectées d’alcoolisme doivent être alimentées par voie intraveineuse, il faut d’abord leur donner des suppléments de thiamine parce qu’elles peuvent être carencées en cette vitamine. En leur donnant de la thiamine, on peut prévenir le développement ou l’aggravation d’un syndrome de Wernicke-Korsakoff.

Avec un traitement approprié, la plupart des personnes guérissent complètement. Chez certaines personnes ayant le syndrome de Wernicke-Korsakoff, des lésions cérébrales peuvent être permanentes. Les symptômes du béribéri peuvent réapparaître quelques années après une guérison apparente.