Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Syndrome de l'intestin court

Par Atenodoro R. Ruiz, Jr., MD, Consultant, Section of Gastroenterology, and Head, Colon Cancer Screening Task Force, The Medical City, Pasig City, Metro-Manila, Philippines

Le syndrome de l’intestin court est une affection qui provoque de la diarrhée et une mauvaise absorption des nutriments (malabsorption), qui survient souvent après l’ablation chirurgicale d’une grande partie de l’intestin grêle.

  • On observe souvent ce trouble après avoir retiré une grande partie de l’intestin grêle (généralement plus des deux tiers de sa longueur).

  • La diarrhée en est le principal symptôme.

  • Après l’intervention chirurgicale, les patients sont nourris et hydratés par voie intraveineuse.

  • Certains patients doivent continuer d’être alimentés par intraveineuse à vie.

  • Les médicaments comme le lopéramide et la cholestyramine peuvent aider à réduire les diarrhées.

Parmi les raisons fréquentes justifiant l’ablation d’une grande partie de l’intestin grêle figurent la maladie de Crohn, l’occlusion d’une artère approvisionnant en sang une grande partie de l’intestin (infarctus mésentérique), l’inflammation de l’intestin suite à une radiothérapie (entérite radique), le cancer, la torsion d’une anse de l’intestin (volvulus) et les malformations congénitales.

La digestion et l’absorption des aliments ont lieu en majeure partie dans l’intestin grêle. Les conséquences de l’ablation d’une partie de l’intestin grêle dépendent de la quantité retirée et de l’emplacement. L’intestin grêle fait environ 4 mètres de long. Si l’on retire la partie médiane (jéjunum), il arrive que la dernière partie (iléon) s’adapte et absorbe davantage de nutriments. Si l’on retire plus d’un mètre d’iléon, en général la partie restante de l’intestin grêle ne s’adapte pas. Avant qu’une adaptation se produise, le cas échéant, les intestins ont du mal à absorber de nombreux nutriments, notamment les graisses, les protéines et les vitamines. Si l’extrémité de l’iléon a été retirée, les intestins ne peuvent pas non plus absorber les acides biliaires sécrétés par le foie, qui contribuent à la digestion.

La malabsorption provoque des diarrhées, qui débutent généralement juste après l’intervention. Par la suite, les patients développent une dénutrition et des carences en vitamines.

Le diagnostic du syndrome de l’intestin court se base sur les résultats de l’évaluation de la personne avant la chirurgie, les symptômes et les résultats de l’examen par le médecin.

Traitement

  • Nutrition parentérale totale (NPT)

  • Parfois médicaments antidiarrhéiques, suppléments nutritionnels et inhibiteurs de la pompe à protons

Immédiatement après la chirurgie, lorsque la diarrhée est généralement sévère, les médecins administrent des liquides par voie intraveineuse pour compenser les pertes hydriques et électrolytiques et alimentent généralement le patient par voie intraveineuse. Ces alimentations, appelées NPT, contiennent tous les nutriments nécessaires, notamment protéines, lipides, glucides, vitamines et minéraux. À mesure que les patients récupèrent et produisent moins de selles, on leur administre progressivement des liquides par voie orale.

Les personnes à qui l’on a retiré une partie importante de l’intestin grêle (comme celles à qui il reste moins d’un mètre environ de jéjunum) et celles qui continuent à présenter d’importantes pertes hydriques et d’autres pertes en nutriments nécessitent une NPT à vie. D’autres finissent par tolérer une alimentation par voie orale. Le régime alimentaire recommandé contient généralement davantage de graisses et de protéines que de glucides. Il est préférable de faire des petits repas fractionnés que de manger moins souvent, mais copieusement.

Les personnes qui souffrent de diarrhée après le repas doivent prendre des antidiarrhéiques comme le lopéramide 1 heure avant de manger. La cholestyramine peut se prendre au cours du repas pour réduire les diarrhées causées par une malabsorption de l’acide biliaire. La plupart des personnes doivent prendre des compléments de vitamines, de calcium et de magnésium. Étant donné que les personnes qui souffrent du syndrome de l’intestin court présentent souvent un excès d’acide gastrique, la plupart prennent également un médicament qui bloque l’acide, comme un inhibiteur de la pompe à protons. Certains patients ont besoin d’injections mensuelles de vitamine B12.

La greffe de l’intestin grêle est une alternative pour les patients dont l’organisme ne s’adapte pas au raccourcissement de l’intestin et qui ne tolèrent pas la NPT à long terme.