Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Spasme œsophagien

(Pseudodiverticulose spastique ; Œsophage en chapelet ou en tire-bouchon  ; Spasme œsophagien diffus symptomatique)

Par Michael C. DiMarino, MD, Division of Gastroenterology and Hepatology, Department of Medicine, Thomas Jefferson University

Le spasme œsophagien est un trouble des mouvements propulsifs (péristaltisme) de l’œsophage.

Dans cette affection, les contractions péristaltiques normales, qui propulsent les aliments tout au long de l’œsophage, sont remplacées périodiquement par des contractions non propulsives ou par des contractions musculaires excessives (hyperdynamie), ou la pression du sphincter œsophagien inférieur est augmentée. Chez 30 % des personnes atteintes de cette affection, le sphincter œsophagien inférieur s’ouvre et se ferme de façon anormale. La cause exacte reste inconnue, mais serait liée à un dysfonctionnement neurologique.

Symptômes

Les spasmes musculaires tout au long de l’œsophage sont en général ressentis comme une douleur thoracique sous le sternum, associée à une difficulté à avaler (dysphagie, Difficultés à avaler) des liquides (en particulier très chauds ou très froids) et des matières solides. La douleur se manifeste également la nuit et peut être suffisamment intense pour réveiller la personne. Le spasme œsophagien peut également provoquer une douleur sévère sans difficulté à la déglutition associée. Cette douleur, souvent décrite comme une oppression rétrosternale, peut apparaître pendant les efforts ou l’activité physique, rendant son origine difficile à distinguer de l’angine de poitrine (douleur thoracique liée à un trouble cardiaque). Après plusieurs années, cette affection peut aboutir à une achalasie ( Achalasie), dans laquelle les contractions rythmiques de l’œsophage sont fortement diminuées. Certaines personnes présentent des symptômes associant ceux de l’achalasie et du spasme œsophagien. Ce recoupement de symptômes est appelé achalasie vigoureuse. Il comprend une rétention d’aliments dans l’œsophage, ce qui peut provoquer l’ingestion de petites quantités d’aliments dans les poumons (aspiration), ainsi qu’une douleur thoracique sévère provoquée par des spasmes œsophagiens.

Diagnostic

Les radiographies réalisées pendant la déglutition de baryum (déglutition barytée, Examens radiologiques) montrent que le baryum liquide ne descend pas normalement dans l’œsophage, que les contractions de la paroi œsophagienne ne sont pas coordonnées et ne propulsent pas correctement le baryum. La mesure des pressions par manométrie (examen qui mesure la pression des contractions grâce à une sonde placée dans l’œsophage, Manométrie) permet l’analyse la plus sensible et détaillée des spasmes.

Traitement

Le spasme œsophagien est souvent difficile à traiter. Les inhibiteurs calciques comme la nifédipine peuvent soulager les symptômes en relâchant les muscles de l’œsophage. Parfois, l’injection de toxine botulique dans le sphincter œsophagien inférieur est utile. D’autres médicaments comme la trinitrine, les nitrates à action prolongée et les médicaments ayant des effets anticholinergiques (comme la dicyclomine) sont moins efficaces. Parfois, des analgésiques puissants (antalgiques) sont nécessaires. Certaines personnes présentent des symptômes très difficiles à traiter. Dans ce cas, l’œsophage peut être dilaté en y gonflant un ballon ou en y insérant des instruments émoussés de taille croissante (bougies). Le chirurgien peut, dans de rares cas, sectionner la couche musculaire sur toute la longueur de l’œsophage (myotomie chirurgicale).