Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fissure anale

(fissure dans l’anus, ulcère anal)

Par Parswa Ansari, MD, Department of Surgery, Lenox Hill Hospital, New York

Une fissure anale est une déchirure ou un ulcère de la muqueuse de l’anus.

Les fissures anales peuvent être dues à une lésion liée à une défécation difficile ou de taille importante ou à des selles molles récurrentes. Plus rarement, elles peuvent également être provoquées par une pénétration de l’anus lors d’une sodomie. Les fissures entraînent un spasme du sphincter anal, qui aggrave la douleur et empêche la cicatrisation.

Symptômes

Les fissures entraînent des douleurs et des hémorragies, en général pendant ou peu après une défécation. La douleur se poursuit pendant plusieurs minutes, voire des heures, pour ensuite s’apaiser jusqu’à la défécation suivante.

Diagnostic

  • Un examen médical du médecin

Le médecin diagnostique la fissure en inspectant délicatement l’anus.

Traitement

  • Émollients fécaux

  • Pommades de protection et bains de siège

  • Injection de toxine botulique et pommade à la nitroglycérine ou inhibiteurs calciques

Un émollient fécal, du psyllium ou un régime alimentaire plus riche en fibres peut réduire le risque de nouvelles lésions par le passage de selles dures ou volumineuses. La cicatrisation est parfois facilitée par l’utilisation de pommades protectrices à base d’oxyde de zinc ou de suppositoires neutres (par exemple, de glycérine) qui lubrifient la partie inférieure du rectum et ramollissent les selles.

Des anesthésiques topiques appliqués sur l’anus (notamment benzocaïne ou lidocaïne) et un bain de siège chaud pendant 10 à 15 minutes après chaque défécation diminuent l’inconfort et contribuent à augmenter le flux sanguin, ce qui accélère la cicatrisation. Ce dernier peut être réalisé en s’asseyant dans une baignoire ou un bidet partiellement remplis, ou en utilisant un récipient rempli d’eau chaude, placé sur les toilettes.

Parmi les traitements visant à limiter le spasme sphinctérien et à favoriser la cicatrisation des fissures figurent l’injection de toxine botulique dans le sphincter et l’application, dans la région de la fissure, de pommades à base de nitroglycérine ou d’inhibiteurs calciques (comme une crème à base de nifédipine ou un gel à base de diltiazem).

Si ces mesures ne fonctionnent pas, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire. Le spasme du sphincter peut être soulagé par la section d’une partie du sphincter interne (sphinctérotomie anale interne). Le canal de l’anus peut également être étiré (dilatation anale contrôlée).