Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Rectite

Par Parswa Ansari, MD, Department of Surgery, Lenox Hill Hospital, New York

La rectite est l’inflammation de la muqueuse du rectum (muqueuse rectale).

  • L’inflammation a de nombreuses causes, qui vont de l’infection à la radiothérapie.

  • Suivant sa cause, la rectite peut être indolore ou très douloureuse.

  • Le médecin pose le diagnostic après avoir examiné l’intérieur du rectum.

  • Les antibiotiques peuvent traiter la rectite d’origine infectieuse.

La rectite, une affection de plus en plus fréquente, peut provenir de différents facteurs. Elle peut être provoquée par la maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique. Elle peut également être due à des maladies sexuellement transmissibles (dont la gonorrhée, la syphilis, ou les infections par Chlamydia trachomatis, l’herpès simplex ou le cytomégalovirus), en particulier chez les homosexuels de sexe masculin.

Une personne dont le système immunitaire est affaibli présente un risque accru de rectite, notamment en cas d’infection par le virus herpès simplex ou par le cytomégalovirus.

La rectite peut également être provoquée par certaines bactéries qui ne se transmettent pas sexuellement, comme Salmonella, ou par l’utilisation d’un antibiotique qui détruit les bactéries normales de l’intestin, ce qui permet à d’autres bactéries de se développer à leur place (Clostridium difficile, Colite à Clostridium difficile).

Une autre cause de la rectite est la radiothérapie dirigée sur le rectum ou à proximité du rectum, que l’on utilise fréquemment pour traiter le cancer de la prostate et du rectum.

Symptômes

La rectite provoque en général un saignement indolore ou l’évacuation de mucus par le rectum. Lorsque la cause est la gonorrhée, le virus herpès simplex ou le cytomégalovirus, l’anus et le rectum peuvent être très douloureux.

Diagnostic

  • Anoscopie ou sigmoïdoscopie

  • Analyses de sang et de selles

  • Parfois coloscopie

Afin d’effectuer le diagnostic, le médecin examine le rectum avec un anoscope ou un sigmoïdoscope (sonde utilisée pour visualiser le rectum ou l’anus, Endoscopie) et prélève des échantillons par écouvillons ainsi qu’un échantillon de la muqueuse rectale pour les examiner. Le laboratoire peut ainsi identifier la bactérie, le champignon ou le virus éventuellement responsable de la rectite. Des analyses de sang pour la syphilis et des analyses de selles pour détecter la présence de Clostridium difficile sont également réalisées. Le médecin peut alors examiner d’autres zones de l’intestin par coloscopie (examen de l’ensemble du gros intestin au moyen d’un endoscope) pour rechercher une éventuelle maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique.

Traitement

  • Traitement de la cause

Les antibiotiques constituent le meilleur traitement de rectites causées par des infections bactériennes spécifiques. Si la rectite est provoquée par un traitement antibiotique détruisant les bactéries intestinales normales, le médecin peut prescrire du métronidazole ou de la vancomycine afin d’éliminer les bactéries nuisibles qui ont remplacé celles qui sont habituellement présentes.

Lorsque la cause est la radiothérapie, de la formaline peut être appliquée directement sur la zone affectée pour soulager les symptômes. Des anti-inflammatoires comme l’hydrocortisone (un corticostéroïde) ou la mésalamine sont des traitements alternatifs qui peuvent apporter un soulagement. L’hydrocortisone et la mésalazine peuvent être toutes deux administrées sous forme de lavements ou de suppositoires. Certains corticostéroïdes sont disponibles sous forme de préparations moussantes qui peuvent être appliquées localement. La mésalazine et d’autres médicaments anti-inflammatoires, comme la sulfasalazine et l’olsalazine, peuvent être administrés en parallèle à la fois par voie orale et rectale, afin d’obtenir un gain d’efficacité. Si ces formes de traitement ne réduisent pas l’inflammation, des corticostéroïdes oraux peuvent être utilisés.

Si la rectite a entraîné un saignement de la muqueuse du rectum, les médecins utilisent du plasma argon, des lasers, l’électrocoagulation et des sondes thermiques pour arrêter le saignement.