Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation de la maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI)

Par Aaron E. Walfish, MD, Clinical Assistant Professor, Mount Sinai Medical Center ; Rafael Antonio Ching Companioni, MD, Icahn School of Medicine, Elmhurst Hospital Center

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin entraînent des douleurs abdominales sous forme de crampes et de diarrhées récidivantes.

Les deux grands types de maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) sont

Ces deux maladies présentent de nombreuses similitudes dans leur présentation, et il est parfois difficile de les distinguer. Il existe cependant quelques différences. Par exemple, la maladie de Crohn peut toucher la totalité du tube digestif, alors que la rectocolite hémorragique concerne presque toujours le recto-côlon.

On ne connaît pas la cause de la maladie inflammatoire chronique de l’intestin, mais elle pourrait impliquer une anomalie de la réaction immunitaire aux bactéries de l’intestin normales chez les personnes qui ont une prédisposition génétique.

La maladie inflammatoire chronique de l’intestin touche des personnes de tout âge, mais apparaît en général avant l’âge de 30 ans, le plus souvent entre 14 et 24 ans. Quelques personnes ont leur première attaque entre 50 et 70 ans. La MICI est plus fréquente chez les personnes originaires d’Europe du Nord et les Anglo-Saxons et est 2 à 4 fois plus fréquente chez les juifs ashkénazes que chez les personnes blanches non juives vivant dans la même région. Les deux sexes sont pareillement concernés par la MICI. Les parents au premier degré (mère, père, sœur ou frère) des personnes atteintes de MICI ont 4 à 20 fois plus de risque de développer une MICI. La tendance héréditaire est beaucoup plus élevée dans la maladie de Crohn que dans la rectocolite hémorragique.

Symptômes

Les symptômes de la maladie inflammatoire chronique de l’intestin sont variables en fonction de la région intestinale touchée et selon que la personne présente une maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique. Les personnes atteintes de la maladie de Crohn présentent généralement une diarrhée et des douleurs abdominales chroniques. Les personnes atteintes de rectocolite hémorragique présentent en général des épisodes intermittents de crampes abdominales et de diarrhées sanglantes. Dans les deux maladies, les personnes atteintes de diarhée de longue durée peuvent perdre du poids et se trouver en situation de malnutrition.

Parfois, la MICI provoque une inflammation d’autres parties du corps, comme les articulations, les yeux, la bouche, le foie, la vessie et la peau. La MICI accroît également le risque de cancer dans les zones de l’intestin qui sont touchées.

Diagnostic

  • Examens de selles et de sang

  • Biopsie tissulaire

Avant de poser un diagnostic de maladie inflammatoire chronique de l’intestin, il convient d’éliminer les autres causes d’inflammation digestive, comme une infection parasitaire ou bactérienne. Plusieurs examens doivent donc être réalisés.

Des échantillons de selles sont analysés afin de déceler une éventuelle infection bactérienne ou parasitaire (acquise pendant un voyage par exemple), y compris un type d’infection bactérienne (infection à Clostridium difficile) qui peut résulter d’un traitement antibiotique.

Le médecin effectue également un dépistage des maladies sexuellement transmissibles du rectum, comme la gonorrhée, l’infection à herpès virus et l’infection à Chlamydia.

Des échantillons de tissu peuvent être prélevés sur la muqueuse rectale au cours d’une sigmoïdoscopie (examen du côlon sigmoïde au moyen d’une sonde à fibres optiques) et être examinés sous microscope pour déceler tout signe d’autres causes d’inflammation colique (colite). Cette ablation et cet examen de tissu sont appelés biopsie.

Parmi les autres causes possibles de symptômes abdominaux similaires que le médecin tente d’écarter figure le syndrome de l’intestin irritable, la colite ischémique (qui survient le plus souvent chez les plus de 50 ans), le syndrome de malabsorption, certains troubles gynécologiques chez la femme et la maladie cœliaque. Le médecin peut réaliser des études d’imagerie, tels que des radiographies, une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) de l’abdomen, afin d’écarther d’autres affections. Le médecin peut réaliser une endoscopie par capsule vidéo afin d’évaluer les intestins de personnes atteintes de la maladie de Crohn.

Traitement

  • Médicaments

  • Parfois, chirurgie

  • Alimentation et gestion du stress

Bien qu’il n’existe pas de guérison de la MICI, de nombreux médicaments ( Médicaments qui réduisent l’inflammation intestinale causée par la maladie de Crohn et Médicaments qui réduisent l’inflammation intestinale causée par la rectocolite hémorragique), y compris les aminosalicylates, les corticostéroïdes, les médicaments immunomodulateurs, les agents biologiques et les antibiotiques, peuvent contribuer à réduire l’inflammation et à soulager les symptômes de la MICI.

Les patients qui sont très sévèrement touchés ont parfois besoin d’être opérés.

Alimentation et gestion du stress

La plupart des patients et leurs familles s’intéressent à l’alimentation et à la gestion du stress. Même si certains patients affirment que des régimes alimentaires spécifiques ont contribué à améliorer leur MICI, notamment les régimes stricts à faible teneur en glucides, ces affirmations n’ont pas été confirmées dans le cadre d’études cliniques. Il arrive que les médecins recommandent des techniques de relaxation pour aider les patients à gérer le stress lié au fait d’avoir une maladie chronique.

Informations supplémentaires