Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Boule dans la gorge

(Sensation de bolus)

Par Norton J. Greenberger, MD, Clinical Professor of Medicine;Senior Physician, Harvard Medical School;Brigham and Women's Hospital

Certaines personnes ont l’impression d’avoir une boule ou une masse dans la gorge, alors que dans les faits il n’y en a pas. Si cette sensation n’a aucun lien avec la déglutition, on l’appelle sensation de bolus ou globe hystérique (ce qui ne veut pas dire que la personne est hystérique). Si les personnes éprouvent cette sensation mais constatent également des troubles de la déglutition, Troubles de la déglutition. Certaines personnes peuvent réellement sentir une boule sur le côté du cou ( Grosseur dans le cou).

Causes

Les médecins ne connaissent pas la cause exacte de la sensation de bolus. Elle pourrait impliquer une augmentation de la tension des muscles de la gorge ou juste sous la gorge et pourrait également être attribuable à un reflux gastro-œsophagien. La sensation survient parfois lorsque les personnes éprouvent certaines émotions comme le chagrin ou la fierté, bien qu’elle soit souvent sans rapport avec ce type d’émotions.

La sensation de bolus n’est pas dangereuse et n’entraîne aucune complication. Toutefois, certains troubles plus graves qui affectent l’œsophage peuvent parfois être pris pour une sensation de bolus. Parmi ces troubles figurent les membranes œsophagiennes supérieures, le spasme œsophagien, le reflux gastro-œsophagien (RGO), les troubles musculaires comme la myasthénie grave, la dystrophie myotonique ou la polymyosite, et les tumeurs situées dans le cou ou dans le haut du thorax. En général, ce type de troubles affecte la déglutition et/ou provoque d’autres symptômes en plus de la sensation de boule dans la gorge.

Évaluation

Les personnes qui ont une sensation de bolus nécessitent rarement un examen médical immédiat. Les informations suivantes peuvent aider les personnes à décider si l’évaluation d’un médecin est nécessaire et les aider à savoir à quoi s’attendre lors de l’évaluation.

Signes avant-coureurs

Chez les personnes qui présentent une sensation de bolus, certains signes et symptômes suggèrent la présence d’un autre trouble et sont préoccupants. Ceux-ci incluent

  • Douleur cervicale ou thoracique

  • Perte de poids

  • Apparence sèche après 50 ans

  • Douleur, suffocation ou troubles de la déglutition (dysphagie)

  • Reflux (régurgitation) d’aliments

  • Faiblesse musculaire

  • Masse visible ou palpable

  • Aggravation progressive des symptômes

Quand consulter un médecin

Les personnes qui présentent des signes avant-coureurs doivent consulter un médecin dans un délai de quelques jours à une semaine. Les personnes qui n’ont pas de signes avant-coureurs doivent contacter leur médecin. Suivant la sévérité et la nature de la sensation, les médecins peuvent suggérer au patient d’attendre de voir comment les symptômes évoluent ou suggérer une date qui leur convienne à tous les deux.

Que fait le médecin

Les médecins posent d’abord des questions sur les symptômes des personnes et leurs antécédents médicaux et procèdent à un examen clinique. Ce que les médecins découvrent pendant l’anamnèse et lors de l’examen clinique contribue à décider quels examens doivent être effectués le cas échéant.

Les antécédents s’attachent à opérer une distinction entre une sensation de bolus et un trouble de la déglutition, qui suggère un problème structural ou de motilité (mouvement) de la gorge ou de l’œsophage. Les médecins demandent au patient de décrire clairement ses symptômes, notamment la manière dont il appréhende la déglutition (par exemple, comme une sensation de gêne alimentaire) et les événements chargés d’émotions. Ils recherchent également tout autre signe avant-coureur.

L’examen clinique se concentre sur la bouche et le cou. Les médecins inspectent et palpent le plancher buccal et le cou à la recherche de masses. Les médecins observent le fond de la gorge à l’aide d’un endoscope à fibres optiques fin et souple conçu pour inspecter l’arrière de la gorge et le larynx. Les médecins regardent également le patient avaler de l’eau ainsi qu’un aliment solide de type biscuit.

Les signes avant-coureurs ou les anomalies détecté(e)s pendant l’examen suggèrent un trouble de la déglutition d’ordre mécanique ou lié à la motilité. Les symptômes chroniques qui surviennent au cours d’épisodes de chagrin pouvant être soulagés par des pleurs suggèrent une sensation de bolus.

Tests

Une sensation de bolus est très probable chez les patients dont les symptômes sont sans lien avec la déglutition, qui ne présentent aucun signe avant-coureur (en particulier, ni douleur ni troubles de la déglutition), et dont l’examen est normal (notamment la déglutition observée par le médecin). Ce type de patients a rarement besoin d’examens complémentaires.

Si le diagnostic est incertain, en présence de signes avant-coureurs, ou si le médecin n’arrive pas à bien visualiser la gorge, des tests de déglutition (comme ceux réalisés pour les troubles de la déglutition, Tests) seront réalisés. En général, ces tests incluent une œsophagographie, la mesure de la durée de déglutition, une radiographie pulmonaire et une manométrie ( Manométrie) de l’œsophage.

Traitement

La sensation de bolus ne nécessite aucun traitement, mais consiste à rassurer le patient et à porter une attention empathique à son problème. Parfois, le patient n’aura besoin de rien d’autre que de comprendre que la sensation de bolus se manifeste lors d’émotions spécifiques. Aucun médicament n’est utile. En revanche, si une dépression, une anxiété ou un autre trouble comportemental sous-jacent semble rendre les symptômes plus pénibles à vivre pour le patient, les médecins peuvent tenter d’administrer un antidépresseur ou d’orienter le patient vers un psychiatre.

Points-clés

  • Les symptômes de bolus ne sont pas liés à la déglutition.

  • Les patients n’ont pas besoin d’examens complémentaires, sauf si leurs symptômes sont liés à la déglutition, si leur examen clinique est anormal ou s’ils présentent des signes avant-coureurs.