Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Algie vasculaire de la face

Par Stephen D. Silberstein, MD, Professor of Neurology and Director, Headache Center, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University

L’algie vasculaire de la face se caractérise par une douleur aiguë de la tempe ou autour de l’œil, d’un seul côté de la tête, de courte durée (en général de 30 minutes à 1 heure). Les céphalées surviennent en général sur une période de 1 à 3 mois, suivie d’une période de plusieurs mois ou années sans céphalée.

  • Des douleurs insoutenables se produisent sur un côté de la tête, provoquant un écoulement de la narine et de l’œil du même côté.

  • Les personnes sont souvent agitées et déambulent.

  • Le diagnostic est basé sur les symptômes.

  • De l’oxygène, administré par un masque facial, ou des médicaments sont nécessaires pour traiter les céphalées.

L’algie vasculaire de la face est relativement rare et affecte 4 personnes sur 1 000 environ aux États-Unis. L’algie vasculaire de la face est plus fréquente chez les hommes. Elle commence en général entre 20 et 40 ans. La consommation d’alcool peut déclencher les crises.

Symptômes

Une crise survient toujours spontanément. Elle peut débuter par un sécrétion aqueuse d’une narine. Ces symptômes sont suivis d’une douleur intense, du même côté de la tête, qui s’étend autour de l’œil. La douleur atteint un pic en intensité en quelques minutes et dure en général de 30 minutes à 1 heure. La douleur peut se manifester pendant le sommeil et réveiller la personne. Les personnes souffrant d’algie vasculaire de la face, contrairement à celles souffrant de migraine, ne peuvent pas s’allonger. Elles déambulent fréquemment et parfois se cognent la tête contre les murs.

Après la crise, la paupière du côté de la céphalée peut s’abaisser (ptosis) et la pupille peut se contracter (myosis). La région en dessous de l’œil peut gonfler et l’œil peut suinter. Le visage peut rougir. Des nausées peuvent accompagner les céphalées.

Des crises peuvent se produire plusieurs fois par jour. Elles surviennent en général régulièrement sur une période de 1 à 3 mois (ou occasionnellement plus longtemps) – appelée période de crises ou accès, qui est suivie d’une période sans céphalées de plusieurs mois voire de plusieurs années avant la reprise des crises. Souvent, elles surviennent au même moment du jour ou de la nuit. Certaines personnes n’ont pas de période sans céphalée. Elles ont des algies vasculaires de la face chroniques.

Diagnostic

  • Évaluation du médecin

  • Parfois, imagerie par résonance magnétique

Le diagnostic repose sur la description par la personne des céphalées et des signes accompagnateurs.

Si la nature des symptômes change, une imagerie par résonance magnétique (IRM) de la tête peut être réalisée.

Traitement

  • Oxygène ou médicament pour bloquer le début ou l’aggravation des céphalées

  • Médicaments visant à prévenir les céphalées

La plupart des personnes qui souffrent d’algie vasculaire de la face doivent prendre des médicaments pour prévenir les accès douloureux.

Ce qui suit peut être utilisé pour arrêter une algie vasculaire de la face dès qu’elle apparaît ou pour stopper sa progression :

Étant donné l’intensité, la fréquence et le caractère invalidant de l’algie vasculaire de la face, toutes les personnes qui en souffrent se voient administrer des médicaments pour prévenir son apparition :

  • De la prednisone, un corticoïde administré par voie orale

  • Un anesthésique local plus un corticostéroïde administrés par injection à l’arrière de la tête (une procédure appelée bloc nerveux)

  • Des médicaments utilisés pour prévenir les migraines (comme le divalproex, le topiramate, le valproate et le vérapamil, Migraines : Prévention)

  • Lithium

La prednisone ou un bloc nerveux peuvent être utilisés en première intention, car ils ont un effet plus rapide. Ensuite, un des autres médicaments est utilisé pour une prévention à long terme. Des injections d’un anesthésique local et un corticostéroïde doivent être administrées dans un cabinet médical. Les autres traitements peuvent être pris à domicile.