Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Syndrome d’enfermement

Par Kenneth Maiese, MD, Cancer Institute of New Jersey, New Jersey Health Sciences University

Test promo title tinh test

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed ac nisl congue, blandit urna sit amet, congue lectus. Nulla facilisi. Etiam volutpat leo vitae nibh elementum blandit. Donec id nisl vulputate, tincidunt ligula a, pharetra tortor. Praesent et velit lacus. Curabitur elementum molestie neque, non porta ipsum consectetur at. Interdum et malesuada fames ac ante ipsum primis in faucibus. Interdum et malesuada fames ac ante ipsum primis in faucibus. Sed dictum, ligula eleifend consequat tincidunt, nisl dui scelerisque mi, egestas iaculis quam nisl eget lorem. Ut ex sapien, aliquam in leo ac, finibus ornare ante. Nulla vitae nisl eros. Integer congue eros in lacus auctor, non sollicitudin felis convallis. Morbi a finibus turpis. Morbi erat turpis, pharetra a cursus et, egestas eu mi.

Mauris sed venenatis enim. Maecenas ac aliquet turpis. Aenean a efficitur lorem. Ut tempus quis orci vitae ullamcorper. Donec rutrum eget enim a tincidunt. Nullam tempus diam erat, et gravida purus consectetur sit amet. Phasellus sodales ante sit amet dolor aliquet dignissim. Phasellus erat ante, ultricies non justo in, semper suscipit justo. Pellentesque non molestie lorem, vel facilisis quam. Integer facilisis ultrices odio egestas maximus. Nulla quis enim ac leo consectetur elementum. Etiam quis aliquet risus. Phasellus id sodales ipsum.

Etiam nec tempor ante. Duis molestie pretium ultricies. Aenean euismod aliquam fringilla. Curabitur eleifend lectus sem, eget volutpat mi bibendum ut. Aenean in sagittis nisi. Integer tincidunt est lectus, ut gravida mauris auctor in. Morbi eget bibendum nunc, nec blandit diam. Nunc libero velit, volutpat eget tempus id, ornare sed felis.

Vestibulum rhoncus vehicula lorem nec vestibulum. Praesent aliquam venenatis varius. Phasellus sed dolor a sapien commodo pretium. Sed aliquam malesuada risus in sagittis. Proin odio nisl, vulputate sit amet arcu eu, dictum accumsan enim. Maecenas gravida at purus a pellentesque. Integer sollicitudin sem enim, in posuere ligula egestas quis. Sed lobortis tempus malesuada. Cras non porttitor eros. Etiam libero sem, scelerisque in diam eu, viverra dignissim nunc. Mauris mollis ipsum a lorem vehicula, vel suscipit quam placerat. Nunc pulvinar massa at convallis tempor. Sed ac dictum ex, ut viverra massa. Sed consequat odio vel varius scelerisque.

Phasellus ultricies enim nisl, vel fringilla velit aliquet eget. Praesent scelerisque, lacus et sollicitudin vehicula, lorem massa cursus leo, id molestie erat odio a sapien. Cras blandit consectetur nulla, in facilisis leo vehicula eget. In dapibus lectus in lacus semper, blandit fermentum elit placerat. Etiam ac vestibulum nunc, ut mattis leo. Proin at neque ex. Integer vitae sagittis tellus, et cursus ligula.

Le syndrome d’enfermement consiste en une paralysie presque complète. La conscience et la fonction cognitive ne sont pas affectées. Les personnes ne peuvent pas s’exprimer avec le visage, ne peuvent pas bouger, parler ou communiquer toutes seules, mais elles peuvent bouger les yeux vers le haut et le bas et cligner.

Le syndrome d’enfermement peut provenir :

  • De tout trouble (presque toujours un AVC) qui détruit la partie intermédiaire du tronc cérébral, mais ne touche pas les parties du cerveau qui contrôlent la conscience et la fonction cognitive (la partie supérieure du tronc cérébral et le cerveau, la partie la plus large du cerveau).

  • Dans de rares cas, d’une paralysie complète des nerfs et des muscles périphériques, pouvant être induite par un syndrome de Guillain-Barré sévère ou par un cancer touchant la partie centrale du tronc cérébral ou la zone autour

Les personnes présentant un syndrome d’enfermement ne peuvent pas bouger le bas du visage, mâcher, avaler, parler, bouger les lèvres ou bouger les yeux d’un côté à l’autre. Elles peuvent avoir des difficultés à respirer. Le trouble ressemble à un état de stupeur ou à un coma, car les personnes n’ont aucune façon évidente de répondre même si elles sont totalement conscientes. Cependant, la plupart d’entre elles peuvent bouger les yeux vers le haut et le bas. Si les soignants ne remarquent aucun mouvement des yeux, on peut penser par erreur que les personnes atteintes d’un syndrome d’enfermement ne sont pas conscientes de leur entourage et sont incapables de penser ou de communiquer. Les personnes atteintes du syndrome d’enfermement peuvent apprendre à communiquer en ouvrant et en fermant les yeux pour répondre aux questions.

La récupération des personnes dépend de la cause et de sa gravité. Par exemple, si la cause est un petit AVC et les personnes ne sont pas complètement paralysées, les personnes récupèrent assez pour accomplir les tâches quotidiennes, comme manger et parler, toutes seules. Si l’AVC est important, la plupart des personnes nécessitent des soins infirmiers à plein temps. Si un syndrome de Guillain-Barré est en cause, les personnes peuvent voir leur état s’améliorer sur plusieurs mois, mais la récupération est rarement complète. Si un trouble évolutif est en cause, comme un cancer, le décès est généralement inéluctable.

Le saviez-vous ?

  • Les personnes en état d’enfermement peuvent penser normalement, mais semblent sans réaction, car elles ne peuvent bouger aucune partie de leur corps sauf les yeux.

Diagnostic

Étant donné que ce syndrome peut être confondu avec un état de stupeur ou un coma, les médecins testent les personnes qui ne bougent pas et semblent sans réaction en leur demandant d’ouvrir et de fermer les yeux.

Les tests d’imagerie du cerveau, comme l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomodensitométrie (TDM), sont réalisés pour déterminer la cause, particulièrement pour vérifier tout trouble traitable qui peut contribuer au problème. Si le diagnostic est incertain, les médecins peuvent effectuer d’autres examens d’imagerie—tomographie par émission de positons (TEP), tomographie d’émission monophotonique (SPECT— Scintigraphie radio-isotopique) ou IRM fonctionnelle ( IRM fonctionnelle).

Traitement

Un traitement précoce implique de corriger toute condition qui peut contribuer au syndrome. Les soins à long terme sont les mêmes que pour les personnes dans le coma ( Soins à long terme), notamment les mesures visant à prévenir les problèmes liés à l’immobilisation, comme les escarres et les raideurs musculaires permanentes (contractures, Soins à long terme). Les personnes qui ont des difficultés à respirer peuvent avoir besoin d’une assistance respiratoire, comme une ventilation mécanique.

Les personnes présentant un syndrome d’enfermement peuvent apprendre à communiquer en utilisant des périphériques d’entrée pour ordinateur contrôlés par les mouvements des yeux. D’autres dispositifs sont capables de détecter si les personnes reniflent légèrement. Ces dispositifs peuvent également être connectés à un ordinateur et utilisés pour communiquer. Les orthophonistes peuvent aider les personnes à développer un code de communication basé sur le clignement des yeux ou le reniflement. Si elles ne récupèrent pas l’usage d’une autre partie de l’organisme (comme un pouce ou le cou), elles peuvent communiquer par d’autres façons. Cependant, ces méthodes sont fatigantes et lentes. D’autres méthodes sont donc développées, impliquant l’utilisation d’électrodes reliées au cuir chevelu ou implantées dans le cerveau. Les électrodes peuvent détecter les signaux électriques produits par les neurones. Ces signaux sont envoyés à un ordinateur et traités. Ils peuvent être utilisés pour déplacer des curseurs sur un écran d’ordinateur, faire marcher un bras robotique et produire un langage informatisé.

La communication pouvant être en général établie, les personnes affectées doivent prendre leurs propres décisions concernant les soins de santé. Cependant, les personnes affectées sont souvent très dépressives et peuvent avoir besoin d’être conseillées par un professionnel de la santé mentale empathique, en particulier lorsqu’elles envisagent de futures interventions médicales et des mesures de réanimation.

Le cas échéant, la dépression est traitée.

Ressources dans cet article