Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Douleur neuropathique

Par John Markman, MD, Associate Professor, Department of Neurosurgery and Neurology , University of Rochester School of Medicine and Dentistry ; Sri Kamesh Narasimhan, PhD, Assistant Professor, Sciences, University of Rochester

La douleur neuropathique est provoquée par une lésion ou un dysfonctionnement des nerfs, de la moelle épinière ou du cerveau.

La douleur neuropathique peut être due à

  • La compression d’un nerf, par exemple par une tumeur, un disque intervertébral rompu, ou dans le cadre d’un syndrome du canal carpien

  • Une lésion nerveuse, telle qu’observée dans les pathologies affectant l’ensemble du corps (telles que le diabète) ou une seule ou quelques régions du corps (telles que le zona)

  • Traitement anormal ou perturbé des signaux de la douleur par le cerveau et la moelle épinière

Le traitement de la douleur est anormal dans la douleur du membre fantôme, la névralgie post-zostérienne et dans le syndrome douloureux régional complexe.

La douleur neuropathique peut contribuer à l’anxiété et/ou la dépression. L’anxiété et la dépression peuvent également aggraver la douleur.

La douleur neuropathique peut également apparaître après une intervention chirurgicale, telle qu’une ablation du sein (mastectomie) ou une opération du poumon (thoracotomie).

La douleur neuropathique peut être perçue comme une sensation de brûlure ou de picotements, ou, parfois, comme une hypersensibilité au toucher ou au froid. Parfois, la douleur est profonde et intense. Les personnes peuvent devenir très sensibles au toucher. Un contact léger peut être douloureux.

Si le mouvement est douloureux, les personnes peuvent être réticentes à bouger les zones douloureuses de leur corps. Dans ce type de cas, les muscles qui contrôlent la zone douloureuse peuvent s’atrophier, et le mouvement peut en être réduit.

Les personnes continuent à ressentir la douleur longtemps après résolution de la cause, car les structures du système nerveux ont été modifiées, ce qui les rend plus sensibles à la douleur.

Diagnostic

  • Évaluation du médecin

  • Parfois, tests pour exclure d’autres maladies

Les médecins appuient leur diagnostic de douleur neuropathique sur les éléments suivants :

  • Symptômes

  • Probabilité d’une lésion nerveuse

  • Résultats de l’examen

Selon les symptômes, les médecins peuvent réaliser des examens destinés à détecter des pathologies potentiellement responsables de la douleur. Ces examens peuvent inclure l’imagerie à résonance magnétique (IRM) et des analyses de sang.

Traitement

  • Médicaments (tels qu’antidouleurs, antidépresseurs et anticonvulsivants)

  • Kinésithérapie et/ou ergothérapie

  • Chirurgie si nécessaire

  • Bloc analgésique

Comprendre la nature de la douleur neuropathique et savoir à quoi s’attendre aide souvent les personnes à se sentir maîtres de la situation et capables de gérer leur douleur.

Le traitement de la douleur neuropathique peut varier en fonction de l’affection spécifique qui en est à l’origine. À titre d’exemple, si la cause est le diabète, un meilleur contrôle de la glycémie peut permettre de ralentir la progression des lésions nerveuses responsables de la douleur. Le traitement commence souvent par des médicaments.

Des antidouleurs (antalgiques) peuvent être administrés pour soulager la douleur. Les antidouleurs incluent les suivants :

  • Les antalgiques adjuvants sont des médicaments qui modifient la manière dont les nerfs traitent la douleur, et ont donc un effet sur l’intensité de la douleur. Bon nombre de ces médicaments sont généralement utilisés pour traiter d’autres problèmes (tels que les convulsions), mais s’avèrent efficaces pour soulager la douleur, notamment la douleur neuropathique. Ces médicaments incluent les antidépresseurs et les anticonvulsivants.

  • Les antalgiques opioïdes soulagent partiellement la douleur neuropathique chez certaines personnes.

  • Les médicaments appliqués sur la peau (médicaments topiques), tels que la crème à la capsaïcine ou un patch contenant de la lidocaïne (un anesthésique local), peuvent être efficaces.

Les facteurs psychologiques pouvant contribuer à la douleur, tels que l’anxiété et la dépression, le cas échéant, sont traités.

Cependant, les médicaments apportent souvent un soulagement partiel et, généralement, chez moins de la moitié des personnes atteintes de douleur neuropathique.

La kinésithérapie et/ou l’ergothérapie aident les personnes à :

  • Continuer à bouger la zone douloureuse et prévenir ainsi l’atrophie musculaire

  • Améliorer ou maintenir l’amplitude de mouvement dans les articulations

  • Mieux fonctionner

  • Diminuer la sensibilité à la douleur de la zone concernée

Une intervention chirurgicale peut être nécessaire si la douleur est due à une lésion imprimant une pression sur un nerf.

La stimulation électrique (à l’aide d’électrodes placées sur le rachis ou dans d’autres zones) est utile pour certains types de douleurs neuropathiques chroniques.

Les blocs analgésiques sont utilisés pour perturber une voie nerveuse qui transmet ou améliore les signaux de la douleur. Les blocs analgésiques peuvent être utilisés chez les personnes présentant une douleur sévère persistante, lorsque les médicaments ne soulagent pas la douleur. Plusieurs techniques peuvent être utilisées :

  • Injection d’un anesthésique local dans la région entourant les nerfs pour empêcher les nerfs d’envoyer des signaux de douleur (les médecins utilisent généralement l’échographie pour leur permettre de localiser les nerfs à traiter)

  • Injection dans la zone entourant les amas de cellules nerveuses (ganglion) pour permettre de réguler la transmission des signaux de douleur

  • Injection d’une substance caustique (telle qu’un phénol) dans un nerf pour le détruire

  • Refroidissement d’un nerf (appelé cryothérapie)

  • Ablation d’un nerf à l’aide d’une électrode à radiofréquence

Douleur du membre fantôme

Dans la douleur du membre fantôme, la douleur semble être ressentie dans une partie amputée de l’organisme, en général un membre. Elle diffère de la sensation du membre fantôme, c’est-à-dire la sensation que le membre amputé est toujours présent, qui est beaucoup plus fréquente.

La douleur du membre fantôme ne peut pas être provoquée par un problème dans le membre. Elle doit plutôt être provoquée par une modification du système nerveux au-dessus du site où le membre a été amputé. Mais le cerveau interprète de manière erronée les signaux nerveux comme s’ils provenaient du membre amputé. En général, la douleur est ressentie au niveau des orteils, des chevilles, du pied d’une jambe amputée, ou bien au niveau des doigts et de la main quand il s’agit d’un bras amputé. La douleur peut ressembler à une sensation de serrement, de brûlure ou d’écrasement, mais elle est souvent très différente de toute autre sensation déjà ressentie. Chez certaines personnes, la douleur du membre fantôme a tendance à diminuer au fil du temps, mais peut persister dans d’autres cas.

Traitement

  • Massage

  • Parfois, des médicaments

  • Thérapie par le miroir

Les massages peuvent apporter un soulagement, mais les médicaments sont souvent nécessaires.

La thérapie par le miroir est un traitement relativement nouveau. Un professionnel de la santé apprend aux personnes comment utiliser cette thérapie. Les personnes s’assoient, un grand miroir reflétant leur jambe non lésée. Le miroir reflète l’image de ce membre intact, ce qui donne aux personnes l’impression de disposer de deux membres normaux. Les personnes doivent ensuite bouger le membre intact tout en observant le reflet de son image. Elles ont ainsi l’impression de bouger deux membres normaux. Si elles font cet exercice pendant 30 minutes par jour, pendant 4 semaines, la douleur peut être nettement réduite. Cette thérapie modifie les voies cérébrales qui interprètent les signaux de douleur dans l’organisme.

Névralgie post-zostérienne

La névralgie post-zostérienne est une douleur induite par le zona (l’herpès zoster, qui provoque une inflammation du tissu nerveux), mais survient uniquement une fois le zona résolu.

Le zona est provoqué par la réactivation du virus varicelle-zona, le virus responsable de la varicelle.

La cause de la névralgie post-zostérienne est inconnue. Mais elle est plus susceptible de se développer si l’éruption liée au zona est sévère ou si les personnes sont âgées lorsque le zona apparaît.

La douleur est perçue comme une sensation de douleur profonde, constante et brûlante, ou intense et intermittente, ou comme une hypersensibilité au toucher ou au froid. Elle peut être très invalidante.

La vaccination contre le zona (herpès zoster) peut permettre de réduire le risque de zona et de névralgie post-zostérienne. Une personne atteinte d’un zona puis d’une névralgie post-zostérienne, le vaccin peut permettre de réduire la gravité des symptômes.

Les antidouleurs et d’autres médicaments peuvent être nécessaires, mais aucun traitement n’est systématiquement efficace.