Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Apraxie

Par Juebin Huang, MD, PhD, Assistant Professor, Department of Neurology, Memory Impairment and Neurodegenerative Dementia (MIND) Center, University of Mississippi Medical Center

L’apraxie est une perte de la capacité à accomplir des tâches qui exigent la mémorisation de schémas ou de séquences de mouvements.

  • Les personnes atteintes d’apraxie ne peuvent mémoriser ou accomplir une séquence de mouvements nécessaires pour réaliser des tâches simples spécialisées ou complexes, même si elles sont physiquement capables de les faire.

  • Les médecins demandent à la personne d’accomplir ou de reproduire des tâches courantes apprises, et des tests de la fonction cérébrale ainsi que des examens d’imagerie peuvent être réalisés.

  • Le travail des kinésithérapeutes et des ergothérapeutes peut aider en sécurisant l’environnement et en fournissant des dispositifs qui aideront les apraxiques à mieux fonctionner.

L’apraxie est relativement peu fréquente.

L’apraxie est en général provoquée par une lésion des lobes pariétaux ou des voies nerveuses qui relient ces lobes à d’autres parties du cerveau. Ces aires mémorisent les souvenirs des séquences apprises des mouvements. L’apraxie est moins souvent induite par une lésion d’autres aires du cerveau. Les lésions peuvent venir d’un AVC, d’une tumeur, d’une blessure ou de la démence.

Symptômes de l’apraxie

Les personnes atteintes d’apraxie ne peuvent mémoriser ou accomplir une séquence de mouvements nécessaires pour réaliser des tâches simples spécialisées ou complexes, même si elles ont la capacité physique de les faire et elles ne peuvent pas accomplir les mouvements individuels de la tâche. Par exemple, il peut être impossible d’appuyer sur un bouton, action qui se fait par étapes, même si les mains sont physiquement capables de faire ce geste. Habituellement, les personnes ne s’aperçoivent pas qu’elles ont un problème.

Les personnes qui souffrent d’apraxie verbale (parole) ne peuvent produire les sons fondamentaux du langage parce qu’elles ne parviennent pas à les initier, à les coordonner ou à effectuer les mouvements musculaires nécessaires pour parler.

Certaines formes d’apraxie n’affectent que l’exécution de certaines tâches. Par exemple, les personnes peuvent perdre la capacité de faire ce qui suit : dessiner une image, écrire une note, boutonner une veste, faire les lacets, décrocher un téléphone, ou jouer d’un instrument de musique.

Diagnostic de l’apraxie

  • Évaluation du médecin

  • Tests de la fonction cérébrale

  • Examens d’imagerie, comme une tomodensitométrie ou une imagerie par résonance magnétique

Pour diagnostiquer l’apraxie, les médecins demandent à la personne de réaliser ou d’imiter des tâches apprises fréquentes, comme utiliser une brosse à dents, des ciseaux ou un tournevis. Les médecins peuvent également réaliser un examen clinique pour déterminer si les symptômes sont provoqués par une faiblesse musculaire ou un problème musculaire ou articulaire.

Les membres de la famille ou les soignants sont interrogés sur l’accomplissement des activités quotidiennes de la personne comme manger avec des couverts, préparer les repas et écrire.

Certains examens standardisés de la fonction cognitive (test neuropsychologique) peuvent être réalisés. Ces examens peuvent impliquer des questions et/ou des demandes d’accomplir des mouvements spécifiques (comme montrer comment on utilise un marteau).

Des examens d’imagerie, comme une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM), et d’autres examens sont réalisés.

Traitement de l’apraxie

  • Traitement de la cause

Le trouble provoquant l’apraxie est si possible traité.

L’ergothérapie et la kinésithérapie peuvent être utiles en cas d’apraxie, car elle permettent d’apprendre à pallier les déficits. Mais la principale utilisation de ces thérapies est de rendre l’environnement plus sûr et d’apporter des dispositifs qui aident les personnes à mieux fonctionner.

Les orthophonistes peuvent aider les personnes atteintes d’apraxie verbale en leur demandant de s’entraîner à produire des sons encore et encore. Si l’apraxie verbale est grave, on peut enseigner à la personne à utiliser un tableau de lettres ou d’images ou un dispositif électronique de communication avec un clavier et une visualisation des messages.