Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Dysfonctionnement cérébral en fonction de la localisation

Par Juebin Huang, MD, PhD, Assistant Professor, Department of Neurology, Memory Impairment and Neurodegenerative Dementia (MIND) Center, University of Mississippi Medical Center

Comme différentes aires cérébrales contrôlent des fonctions spécifiques, la localisation de l’atteinte cérébrale détermine le type de dysfonctionnement qui en résulte.

Parties du cerveau

Il est également important de distinguer quel est l’hémisphère cérébral atteint, car les fonctions des deux hémisphères cérébraux ne sont pas identiques. Certaines fonctions cérébrales sont réalisées exclusivement par l’un des deux hémisphères. Par exemple, le mouvement et la sensation perçus sur un côté du corps sont contrôlés par l’hémisphère du côté opposé. D’autres fonctions sont principalement réalisées principalement par un hémisphère, qui est qualifié de dominant pour cette fonction. Par exemple, l’hémisphère gauche contrôle principalement le langage chez la plupart des personnes. Cette caractéristique est appelée la prédominance hémisphérique gauche pour le langage. Les lésions d’un seul de ces hémisphères cérébraux peuvent entraîner la perte complète de ces fonctions.

Cependant, la plupart des fonctions (comme la mémoire) exigent une coordination de plusieurs aires des deux hémisphères. Pour que ces fonctions soient totalement perdues, les deux hémisphères doivent être lésés.

Les schémas spécifiques du dysfonctionnement peuvent être liés à la zone du cerveau qui a été lésée.

Lésions du lobe frontal

En général, les lésions des lobes frontaux sont associées à une incapacité à résoudre les problèmes, à planifier et à accomplir des actes, tels que traverser la rue ou répondre à une question complexe (parfois, appelées fonctions exécutives). Mais certaines altérations spécifiques varient selon la partie du lobe frontal qui est lésée.

En cas de lésion de la partie postérieure du lobe frontal (qui contrôle les mouvements volontaires), une faiblesse ou une paralysie peuvent se produire. Chacun des hémisphères cérébraux contrôle les mouvements du côté opposé du corps, la lésion de l’hémisphère gauche entraîne donc une faiblesse (hyposthénie) du côté droit de l’organisme et inversement.

Si la partie centrale est lésée, les personnes peuvent devenir apathiques, inattentives et sans motivation. Leur pensée se ralentit. Si la partie postérieure centrale du lobe frontal gauche (aire de Broca) est lésée, les personnes peuvent avoir des difficultés à s’exprimer par les mots, une altération appelée aphasie (expressive) de Broca.

Si la partie antérieure est lésée, cela induit :

  • Une difficulté à traiter et retenir les nouvelles informations

  • Un flux de parole réduit

  • Une apathie (absence d’émotion et d’intérêt et indifférence)

  • Une inattention

  • Des réponses tardives aux questions

  • Un manque frappant d’inhibition, y compris un comportement socialement inapproprié.

Les personnes désinhibées peuvent être anormalement euphoriques ou déprimées, exagérément actives ou passives et vulgaires. Ces personnes peuvent se moquer des conséquences de leur comportement. Elles peuvent aussi répéter leurs propres paroles. Certaines personnes développent des symptômes similaires lorsqu’elles vieillissent ou en cas de démence. Ces symptômes peuvent être dus à une dégénérescence du lobe frontal.

Lésion du lobe pariétal

Une lésion de la partie antérieuredu lobe pariétal d’un côté entraîne un engourdissement et diminue la sensibilité du côté opposé du corps. Les personnes qui présentent ce type de lésion ont des difficultés à identifier le siège et le type d’une sensation (comme la douleur, le chaud, le froid ou les vibrations). Les personnes peuvent avoir des difficultés à reconnaître les objets par le toucher (c’est-à-dire par la texture et la forme).

Si la partie centrale est lésée, les personnes ne peuvent pas différencier la droite de la gauche (appelée désorientation droite-gauche) et ont des problèmes pour calculer et écrire. Elles peuvent avoir des problèmes à détecter où se trouvent des parties de leur organisme (une sensation appelée proprioception).

En cas de lésion du lobe pariétal droit, les personnes ne peuvent pas accomplir des tâches simples, comme coiffer leurs cheveux ou s’habiller, une affection appelée apraxie. Elles peuvent également avoir des problèmes pour comprendre la relation des objets entre eux dans l’espace. Par conséquent, elles peuvent avoir des difficultés à dessiner et à construire des choses, et peuvent être perdues dans leur propre voisinage.

En cas de lésion soudaine du lobe pariétal, les personnes sont en général confuses. Elles peuvent ignorer la nature grave de leur trouble ou nier son existence. Elles peuvent négliger le côté de l’organisme opposé à la lésion. Ces personnes pourraient être incapables de s’habiller toutes seules ou d’accomplir des tâches quotidiennes.

Lésions du lobe temporal

Chez la plupart des personnes, une partie du lobe temporal gauche contrôle la compréhension du langage. En cas de lésion de cette partie, la mémoire des mots peut être considérablement altérée, comme l’incapacité à comprendre le langage, une altération appelée aphasie (réceptive) de Wernicke ( Examen d’une personne atteinte d’aphasie).

Si certaines zones du lobe temporal droit sont lésées, la mémoire des sons et de la musique peut être altérée. Par conséquent, les personnes peuvent avoir des difficultés à chanter.

Si la lésion d’une partie du lobe temporal entraîne des convulsions, les personnes peuvent avoir du mal à contrôler leurs sentiments et à réfléchir. Elles peuvent sentir de mauvaises odeurs qui n’existent pas (un type d’hallucination). Parfois, ces convulsions entraînent des modifications de la personnalité, telles que manque d’humour, extrême religiosité et obsessions. Les personnes peuvent avoir un besoin irrésistible d’écrire.

Lésions du lobe occipital

Le lobe occipital renferme l’aire visuelle primaire interprétant les informations visuelles.

Si les deux côtés du lobe occipital sont lésés, les personnes ne peuvent pas voir, même si les yeux eux-mêmes fonctionnent normalement. Ce trouble est appelé cécité corticale. Certaines personnes qui souffrent de cécité corticale n’ont pas conscience de cette cécité.

Si la partie postérieure du lobe occipital est lésée, les personnes peuvent avoir des difficultés à reconnaître des objets et des visages familiers et à interpréter précisément ce qu’elles voient. Elles n’ont généralement pas conscience de leur problème et décrivent souvent des situations imaginaires (confabulation). Cette situation est connue sous le nom de syndrome d’Anton-Babinski.

Les convulsions qui impliquent le lobe occipital peuvent provoquer des hallucinations impliquant la vision. Par exemple, les personnes peuvent voir des lignes de couleur lorsqu’elles regardent dans une certaine direction.

Ressources dans cet article