Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Introduction à la méningite

Par John E. Greenlee, MD, Professor and Executive Vice Chair, Department of Neurology, University of Utah School of Medicine

La méningite est une inflammation des différentes couches tissulaires qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière (les méninges) et de l’espace contenant un liquide situé entre les méninges (l’espace sous-arachnoïdien).

  • La méningite peut être provoquée par des bactéries, des virus ou des champignons, par des troubles qui ne sont pas des infections ou par des médicaments.

  • Les symptômes de la méningite comprennent de la fièvre, des maux de tête et une raideur de la nuque qui entraîne l’impossibilité ou la difficulté pour le menton de toucher la poitrine, même si les nourrissons ne présentent pas de raideur de la nuque et si les symptômes peuvent être différents chez les personnes très âgées et chez les personnes qui prennent des médicaments qui inhibent le système immunitaire.

  • On peut réaliser une ponction lombaire pour prélever un échantillon de liquide céphalorachidien afin de l’analyser.

  • Le traitement de la méningite dépend de sa cause (par exemple, les antibiotiques pour les méningites bactériennes) et comprend des médicaments pour soulager les symptômes.

Le cerveau et la moelle épinière sont recouverts par trois membranes appelées les méninges. Ces membranes sont

  • la dure-mère (à l’extérieur)

  • la membrane arachnoïde (au milieu)

  • la pie mère (à l’intérieur)

Entre la membrane arachnoïde et la pie mère, il y a l’espace sous-arachnoïdien. Cet espace renferme le liquide céphalorachidien, qui circule entre les méninges, remplit les espaces situés dans le cerveau, et amortit les chocs au niveau du cerveau et de la moelle épinière.

Tissus recouvrant le cerveau

À l’intérieur de la boîte crânienne, le cerveau est recouvert de trois couches de tissus appelés méninges :

  • la dure-mère (membrane externe)

  • la membrane arachnoïde (membrane du milieu)

  • la pie mère (membrane interne)

Entre la membrane arachnoïde et la pie mère, il y a l’espace sous-arachnoïdien. Cet espace renferme le liquide céphalorachidien, qui circule entre les méninges, remplit les espaces situés dans le cerveau, et amortit les chocs au niveau du cerveau et de la moelle épinière.

Le plus souvent, la méningite est provoquée par

  • une infection par des micro-organismes tels que les bactéries, les virus ou les champignons.

Cependant, certains médicaments et certaines pathologies qui ne sont pas d’origine infectieuse peuvent être responsables de méningite (appelée méningites non infectieuses). Ces troubles comprennent notamment :

La méningite apparaît souvent brutalement (c’est ce que l’on appelle une méningite aiguë). Parfois, elle se développe sur plusieurs jours à plusieurs semaines (c’est la méningite subaiguë). Si elle persiste 4 semaines ou plus, on la considère comme une méningite chronique. Elle peut récidiver alors que l’on croyait qu’elle avait disparu (c’est une méningite récurrente).

La classification des méningites peut se faire selon son origine (bactérienne, virale, ou autre) ou sa vitesse d’apparition (aiguë, subaiguë ou chronique). Mais généralement, on les classe de la façon suivante :

Le terme de méningite aseptique, souvent utilisé pour désigner les méningites virales, désigne en réalité les méningites qui ne sont pas provoquées par des bactéries, micro-organismes généralement responsables de méningite aiguë bactérienne. Par conséquent, les méningites aseptiques peuvent désigner les méningites d’origine virale ou dues à d’autres organismes (tels que la bactérie responsable de la maladie de Lyme ou de la syphilis), dues à des troubles qui ne sont pas infectieux (p. ex., la sarcoïdose) ou d’origine médicamenteuse.

Symptômes de la méningite

Les différents types de méningites peuvent être à l’origine de différents symptômes. De plus, les symptômes diffèrent en fonction de leur gravité et de leur rapidité d’apparition. Cependant, tous les symptômes suivants sont communs à tous les types :

  • Raideur douloureuse de la nuque, qui empêche totalement le menton de toucher la poitrine ou rend ce mouvement difficile

  • Maux de tête

  • Fièvre

La raideur de la nuque est souvent absente chez le nourrisson. En outre, la raideur de la nuque ou la fièvre peuvent être absentes chez les personnes très âgées ou chez les personnes qui prennent des médicaments qui inhibent le système immunitaire (immunosuppresseurs).

Les patients peuvent aussi être léthargiques ou ne plus répondre à des stimuli.

Diagnostic de la méningite

  • Ponction lombaire et analyse du liquide céphalorachidien

Une suspicion de méningite se fait à la vue des symptômes. Mais des analyses sont effectuées parce que la méningite peut être grave.

Si le médecin suspecte une méningite bactérienne, il commence par prélever un échantillon de sang pour effectuer des analyses et le mettre en culture (pour que les micro-organismes se multiplient). La méningite bactérienne ne peut cependant pas être diagnostiquée par des analyses de sang.

Pour tous les types de méningite, le médecin fait une ponction lombaire pour confirmer le diagnostic et identifier la cause. L’échantillon de liquide céphalorachidien prélevé est envoyé au laboratoire pour être examiné, analysé et mis en culture.

Cependant, en cas de suspicion d’une très forte augmentation de la pression intracrânienne (par exemple, due à un abcès, une tumeur, ou à une autre masse intracérébrale), il est nécessaire de faire avant un scanner ou une IRM (imagerie par résonance magnétique) pour vérifier la présence de telles masses. Il peut être en effet dangereux de pratiquer une ponction lombaire quand la pression intracrânienne est augmentée.

Traitement de la méningite

  • Dans le cas d’une méningite due à une infection, médicaments antimicrobiens

  • Mesures générales et médicaments pour soulager les symptômes

Le traitement de la méningite dépend de sa cause. Si la méningite est causée par une infection, des médicaments antimicrobiens adaptés (tels que des antibiotiques, antiviraux ou antifongiques) sont utilisés.

En cas de suspicion de méningite bactérienne ou si la personne paraît très malade, le traitement antibiotique est initié immédiatement, car la méningite bactérienne évolue rapidement et peut menacer le pronostic vital. Les personnes affectées peuvent également recevoir des corticoïdes pour réduire le gonflement du cerveau.

Des mesures générales peuvent aider à soulager les symptômes lorsque la méningite est due à un virus ou à une réaction médicamenteuse. En cas de méningite légère, le fait de boire beaucoup, le repos, et l’administration de médicaments en vente libre (médicaments OTC, over-the-counter) peuvent aider à soulager la fièvre et la douleur.

En cas de méningite sévère, les patients sont hospitalisés pour être traités.

Ressources dans cet article