Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Paralysie du sixième nerf crânien (nerf abducteur)

Par Michael Rubin, MDCM, Weill Cornell Medical College;New York Presbyterian Hospital-Cornell Medical Center

Une paralysie du 6e nerf crânien touche la capacité à tourner l’œil vers l’extérieur.

De nombreux troubles peuvent provoquer cette paralysie :

  • Traumatismes cranio-cérébraux

  • Tumeurs

  • Sclérose en plaques

  • Gonflement (anévrysme) dans une artère cérébrale

  • Des infections cérébrales, comme la méningite, un abcès cérébral ou une infection parasitaire

  • Des complications d’une infection oculaire ou de l’oreille

  • Saignement dans le cerveau

  • L’obstruction d’une artère alimentant le nerf, comme ce peut être le cas en raison d’un diabète, d’un accident vasculaire cérébral, d’un accident ischémique transitoire ou d’une vasculite (inflammation des vaisseaux sanguins)

  • L’encéphalopathie de Wernicke (souvent due à l’alcoolisme chronique)

  • Hypertension intracrânienne idiopathique (pseudotumeur cérébrale)

  • Infections respiratoires (chez les enfants)

Certains de ces troubles, comme les tumeurs et les abcès cérébraux, augmentent la pression intracrânienne et exercent une pression (ou compression) sur le nerf. D’autres affections, comme une artère obstruée, interfèrent avec l’irrigation du nerf.

Si cette paralysie survient seule (sans autres paralysies des nerfs crâniens), sa cause n’est souvent pas identifiée.

Symptômes

L’œil atteint ne peut pas s’orienter complètement vers l’extérieur et peut pivoter vers l’intérieur lorsque la personne regarde droit devant. La vision double survient lorsque la personne regarde vers le côté de l’œil atteint.

Les autres symptômes dépendent de la cause. Par exemple, les maladies qui augmentent la pression intracrânienne peuvent provoquer des céphalées sévères et venir provisoirement troubler la vision lorsque les personnes tournent brusquement la tête. De même, le visage et la bouche peuvent être engourdis, et les personnes peuvent ne plus être en mesure de bouger l’œil affecté dans d’autres directions.

Diagnostic

  • Ophtalmoscope

  • Tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique

  • Parfois, ponction lombaire

  • Parfois, analyses de sang

En général, le médecin peut identifier aisément une paralysie du 6e nerf crânien ; l’identification de la cause est en revanche plus difficile.

Un ophtalmoscope ( Qu’est-ce qu’un ophtalmoscope ?) est utilisé pour regarder dans l’œil et détecter des signes éventuels d’augmentation de la pression intracrânienne ou d’anomalies des vaisseaux sanguins. On réalise une tomodensitométrie (TDM) ou, de préférence, une imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau, afin d’exclure une tumeur ou d’autres anomalies. Si les résultats ne sont pas clairs, une ponction lombaire ( Tests à la recherche de troubles du cerveau, de la moelle épinière et du système nerveux : Ponction lombaire) peut être effectuée pour déterminer si la pression intracrânienne est augmentée et si une infection est présente.

Si les symptômes suggèrent une vasculite, du sang est prélevé pour rechercher des éléments indiquant une inflammation, comme certains anticorps anormaux (anticorps antinucléaires et facteur rhumatoïde) et une vitesse de sédimentation anormale (VS, soit la vitesse à laquelle les globules rouges se déposent au fond d’un tube à essai contenant du sang). Une fois tous les examens terminés, la cause peut rester inconnue.

Traitement

  • Traitement de la cause

Le traitement dépend de la cause. Lorsque la cause est traitée, la paralysie disparaît généralement.

Les paralysies sans cause identifiable disparaissent généralement sans traitement dans les 2 mois, ainsi que celles qui sont dues à un vaisseau sanguin obstrué.