Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Paralysie du troisième nerf crânien (nerf oculomoteur)

Par Michael Rubin, MDCM, Weill Cornell Medical College;New York Presbyterian Hospital-Cornell Medical Center

Une paralysie du 3e nerf crânien peut altérer les mouvements oculaires, la réponse des pupilles à la lumière, ou les deux.

  • Ces paralysies peuvent survenir lorsqu’une pression est exercée sur le nerf ou lorsque le nerf n’est pas suffisamment irrigué.

  • Les personnes développent une vision double lorsqu’elles regardent dans certaines directions, la paupière s’affaisse et la pupille peut s’élargir (se dilater).

  • Les médecins effectuent un examen neurologique et une imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une tomodensitométrie (TDM) du cerveau.

  • Le traitement dépend de la cause.

Les causes les plus fréquentes de cette paralysie sont :

  • Une pression exercée sur le nerf (ou une compression du nerf)

  • Un apport inadéquat de sang au nerf

La compression a tendance à résulter de graves maladies, comme :

L’engagement survient lorsque le cerveau est repoussé vers le bas via une petite ouverture naturelle dans les couches de tissu qui séparent le cerveau en compartiments. L’engagement peut résulter d’une hémorragie (parfois causée par une blessure à la tête, Généralités sur les traumatismes crâniens), d’une tumeur ou d’une autre masse dans le cerveau.

L’apport inadéquat de sang est plus fréquent et généralement moins grave. Il résulte typiquement d’un(e)/de :

  • Diabète

  • Pression artérielle élevée (hypertension)

  • Autres maladies affectant les vaisseaux sanguins

Symptômes

L’œil atteint s’oriente vers l’extérieur lorsque l’œil sain regarde droit devant, provoquant une diplopie (vision double). L’œil atteint peut seulement s’orienter vers le milieu quand le regard se porte vers l’intérieur et ne peut pas regarder vers le haut ou le bas. Du fait que le 3e nerf crânien relève également les paupières et contrôle les pupilles, la paupière s’affaisse et la pupille peut s’élargir (se dilater) ou peut ne plus se rétrécir (contracter) en réaction à la lumière. La pupille est souvent affectée lorsque la cause est une compression du nerf.

Le trouble à l’origine de la paralysie peut s’aggraver, entraînant une affection grave menaçant le pronostic vital. Par exemple, de violentes céphalées peuvent soudainement survenir, ou une personne peut devenir de plus en plus somnolente ou moins réactive. Dans ces cas, la cause peut être une rupture d’anévrysme rompu, qui commence à saigner. Le coma peut s’ensuivre. Chez ces personnes, la dilatation des deux pupilles et un manque de réponse à la lumière (fixation) des deux pupilles indiquent un coma profond, et peut-être même une mort cérébrale ( Mort cérébrale).

Diagnostic

  • Examen neurologique

  • Imagerie par résonance magnétique ou tomodensitométrie

  • Parfois, d’autres examens

Le diagnostic repose sur les résultats de l’examen neurologique ( Examen clinique) et sur ceux de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ou de la tomodensitométrie (TDM) du cerveau.

Si la pupille est atteinte ou si les symptômes suggèrent un trouble sous-jacent grave, une IRM ou une TDM du cerveau est immédiatement effectuée.

Si une rupture d’anévrysme est suspectée et si l’IRM ou la TDM ne détecte pas de sang, une ponction lombaire ( Réalisation d’une ponction lombaire), une angiographie par résonance magnétique ( Angio-IRM (ARM)), une angiographie par TDM ( Angiographie par TDM) ou une angiographie cérébrale ( Angiographie) est effectuée.

Traitement

  • Traitement de la cause

Le traitement dépend de la cause. Un traitement en urgence est nécessaire en cas d’affection potentiellement mortelle.