Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Syndromes du défilé thoracique

Par Michael Rubin, MDCM, Professor of Clinical Neurology;Attending Neurologist and Director, Neuromuscular Service and EMG Laboratory, Weill Cornell Medical College;New York Presbyterian Hospital-Cornell Medical Center

Les syndromes du défilé thoracique sont un groupe de troubles dus à une pression exercée sur les nerfs qui passent entre le cou et le thorax. Ces troubles entraînent des douleurs et des sensations de picotements (paresthésies) au niveau de la main, de l’épaule ou du bras.

  • Les nerfs et les vaisseaux sanguins peuvent être comprimés au niveau du petit passage entre le cou et le thorax.

  • Des douleurs et des sensations de picotements peuvent se présenter dans le cou et l’épaule, puis s’étendre le long du bras.

  • Divers examens complémentaires sont effectués pour rechercher les causes éventuelles, mais aucune analyse ne peut confirmer le diagnostic.

  • La kinésithérapie, l’exercice physique et les analgésiques soulagent généralement les symptômes, mais une intervention chirurgicale peut parfois être nécessaire.

Le défilé thoracique est une voie de passage entre le cou et le thorax, à travers laquelle passent les principaux vaisseaux sanguins et de nombreux nerfs allant dans le bras. Cette voie de passage étant très « bondée », les vaisseaux ou les nerfs à destination du bras peuvent être comprimés entre des structures (comme une côte, la clavicule, ou un muscle surjacent), entraînant des problèmes. Néanmoins, la cause exacte de ces troubles du défilé thoracique reste souvent inconnue. Très rarement, la cause est une particularité anatomique, comme une petite côte surnuméraire dans la région du cou (côte cervicale), qui comprime une artère, une côte anormale dans le thorax, une fracture de la clavicule qui a mal guéri ou une obstruction de l’une des artères sous-clavières. (Ces dernières sont situées sous la clavicule et transportent le sang aux bras.)

Les syndromes du défilé thoracique sont plus fréquents chez les femmes et apparaissent en général entre 35 et 55 ans.

Symptômes

Des douleurs et des sensations de picotements peuvent se présenter dans le cou et l’épaule, puis s’étendre le long de surface interne du bras et jusqu’à la main, et parfois même le long du côté du torse.

Si l’une des artères sous-clavières est comprimée, les mains, les bras et les épaules du côté touché peuvent gonfler et la peau sus-jacente peut devenir bleutée à cause de la mauvaise circulation, entraînant un apport insuffisant en oxygène (ce qu’on appelle une cyanose). Parfois, la compression est tellement grave qu’elle induit un syndrome de Raynaud, dans lequel les doigts deviennent pâles ou bleus lors de l’exposition au froid.

Diagnostic

  • Évaluation du médecin

  • Généralement, études de conduction nerveuse et électromyographie

  • Radiographie du cou

  • Parfois, angiographie ou IRM

Le médecin fonde le diagnostic sur les symptômes et les résultats de l’examen clinique et de plusieurs examens complémentaires. Les études de la conduction nerveuse et l’électromyographie ( Tests à la recherche de troubles du cerveau, de la moelle épinière et du système nerveux : Électromyographie et études de conduction nerveuse) permettent de détecter les lésions caractéristiques du syndrome du défilé thoracique. À l’aide d’un stéthoscope placé sur la clavicule ou à proximité de l’aisselle, on peut entendre des bruits anormaux témoignant d’anomalies du flux sanguin (bruits) au niveau de l’artère comprimée par les structures avoisinantes. Sinon, les médecins peuvent effectuer une radiographie du cou à la recherche d’une côte supplémentaire dans la partie de la colonne qui se prolonge jusqu’au cou.

Il peut être utile d’effectuer une angiographie des artères du membre supérieur (artères brachiales) pour mettre en évidence l’anomalie de circulation sanguine. Dans cet examen, des radiographies après injection intraveineuse d’un produit de contraste radio-opaque sont réalisées. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) peut être réalisée pour rechercher des anomalies anatomiques. Cependant, aucun de ces examens ne peut confirmer de façon définitive, ou récuser formellement, le diagnostic de syndrome du défilé thoracique.

Traitement

  • Kinésithérapie et exercice physique

  • Parfois, anti-inflammatoires non stéroïdiens et antidépresseurs

  • Parfois, chirurgie

Chez la plupart des sujets qui ont un syndrome du défilé thoracique, la kinésithérapie et l’exercice physique permettent une amélioration de la symptomatologie. Des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et des antidépresseurs administrés à faibles doses peuvent aussi être utiles.

Une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire si une anomalie anatomique ou une obstruction de l’artère sous-clavière est confirmée ou si les symptômes continuent à s’aggraver. Toutefois, le diagnostic définitif étant difficile à établir et les symptômes persistant souvent après l’intervention chirurgicale, les médecins ont pour habitude de consulter un spécialiste qui peut les aider à déterminer si une intervention chirurgicale est nécessaire. La plupart des médecins essaient d’éviter la chirurgie.

Ressources dans cet article