Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Spondylose cervicale

Par Michael Rubin, MDCM, Professor of Clinical Neurology;Attending Neurologist and Director, Neuromuscular Service and EMG Laboratory, Weill Cornell Medical College;New York Presbyterian Hospital-Cornell Medical Center

La spondylose cervicale est une dégénérescence des os du cou (les vertèbres) et des disques entre eux, comprimant la moelle épinière au niveau cervical.

  • L’arthrose en est la cause la plus fréquente.

  • Les premiers symptômes sont souvent une marche instable et saccadée, ainsi qu’une douleur et une perte de souplesse dans le cou.

  • L’imagerie par résonance magnétique ou la tomodensitométrie (TDM) peut confirmer le diagnostic.

  • Le traitement comprend une minerve souple, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens et parfois une intervention chirurgicale.

La spondylose cervicale touche en général les sujets d’âge moyen ou les personnes âgées. Elle est la cause la plus fréquente d’anomalie du fonctionnement de la moelle épinière chez les personnes de plus de 55 ans.

Avec l’âge, l’arthrose devient plus fréquente. Elle provoque la dégénérescence des vertèbres cervicales. Lorsqu’un os dans les vertèbres essaie de se réparer, il croît trop, produisant des excroissances d’os (ostéophytes) et un rétrécissement du canal rachidien dans le cou. (Le canal rachidien est la voie qui passe au centre du rachis et contient la moelle épinière.) Les disques intervertébraux présentent également une dégénérescence, ce qui réduit l’amortissement protégeant normalement la moelle épinière. Par conséquent, la moelle épinière peut être comprimée, provoquant un dysfonctionnement ( Compression médullaire). Le tissu étant endommagé, il est plus sensible aux lésions. Par exemple, un léger traumatisme du cou suite à une chute ou au coup de fouet cervical peut gravement endommager la moelle épinière.

Certaines personnes naissent avec un canal rachidien étroit. Pour ces personnes, la compression due à la spondylose peut être plus sévère.

Souvent, les racines nerveuses de la moelle épinière (la partie des nerfs spinaux située près de la moelle épinière— Structure du rachis) sont aussi comprimées.

Symptômes

Les symptômes peuvent provenir de la compression de la moelle épinière, des racines nerveuses rachidiennes, ou des deux.

Si la moelle épinière est comprimée, le premier signe est généralement :

  • Un changement de démarche

Le mouvement des membres inférieurs peut devenir saccadé (spastique) et la marche instable. La sensation en dessous du cou est réduite. Le cou peut être douloureux et devenir moins souple. En général, les réflexes dans les jambes deviennent exagérés, provoquant parfois des contractions musculaires involontaires (appelées spasmes). Une toux, des éternuements et d’autres mouvements du cou peuvent aggraver les symptômes. Les mains sont parfois plus touchées que les jambes et les pieds.

En cas de compression sévère, les fonctions vésicales et intestinales peuvent être altérées. Si un léger traumatisme du cou provoque de graves lésions de la moelle épinière, les quatre membres peuvent subitement développer une paralysie.

Si les racines nerveuses rachidiennes sont comprimées, le cou est habituellement douloureux, et la douleur se répand souvent au cou, aux épaules ou aux bras. Les muscles d’un bras ou des deux peuvent devenir faibles et s’atrophier, affaiblissant ainsi les bras.

Diagnostic

  • Imagerie par résonance magnétique ou tomodensitométrie

Les médecins soupçonnent la spondylose cervicale sur la base des symptômes, en particulier chez les personnes âgées ou chez les personnes atteintes d’arthrose.

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la tomodensitométrie (TDM) peut confirmer le diagnostic. L’IRM fournit bien plus d’informations, car elle montre la moelle épinière et les racines. Ce n’est pas le cas avec la TDM. Cependant, les deux examens montrent l’endroit du rétrécissement du canal rachidien, l’importance de la compression de la moelle épinière et les racines nerveuses rachidiennes qui peuvent être touchées.

Traitement

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens

  • Parfois, chirurgie

  • Pour les spasmes, un myorelaxant

En l’absence de traitement, les symptômes du dysfonctionnement de la moelle épinière dû à une spondylose cervicale peuvent parfois régresser, se stabiliser ou s’aggraver.

Au début, en particulier si seules les racines nerveuses sont comprimées, une minerve souple et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène peuvent procurer un certain soulagement. Si ceux-ci ne procurent aucun soulagement, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Si la moelle épinière est comprimée, une intervention chirurgicale est habituellement nécessaire. Une incision peut être faite à l’avant du cou (fusion cervicale antérieure) ou à l’arrière du cou (laminectomie postérieure). Une partie des vertèbres touchées est enlevée pour faire de la place pour la moelle épinière. Les épines osseuses, si elles sont présentes, sont retirées, et la colonne vertébrale peut être stabilisée en fusionnant les vertèbres ensemble. En règle générale, la chirurgie ne corrige pas les lésions nerveuses existantes, mais elle prévient des lésions nerveuses supplémentaires. Plus la chirurgie est rapide, plus les résultats sont bons.

En raison du fait que la colonne vertébrale peut être instable, les personnes peuvent devoir porter une minerve rigide pour tenir la tête en place pendant la guérison.

Si des contractures musculaires surviennent, du baclofène, un myorelaxant, peut procurer un soulagement.