Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Myoclonus

Par Hector A. Gonzalez-Usigli, MD, Assistant Professor in Neurology, Department of Internal Medicine, Instituto Mexicano del Seguro Social, Guadalajara ; Alberto Espay, MD, Associate Professor and Clinical Research Director of the James J. and Joan A. Gardner Center for Parkinson's Disease and Movement Disorders, University of Cincinnati

Les myoclonies sont caractérisées par des contractions rapides et brutales d’un muscle ou d’un groupe musculaire.

Ce trouble du mouvement peut ne toucher qu’une main, les muscles des membres supérieurs ou inférieurs, ou certains muscles faciaux. Il peut également toucher de nombreux muscles à la fois.

Les myoclonies peuvent se produire normalement, souvent lorsqu’une personne est en train de s’endormir. Par exemple, tandis que les personnes s’assoupissent, elles peuvent avoir des soubresauts alors qu’elles sont encore éveillées (comme si elles sursautaient), ou les muscles d’une partie du corps peuvent se contracter. Toutefois, dans certains cas, le myoclonus peut résulter d’un trouble, comme :

  • Insuffisance hépatique

  • Insuffisance rénale

  • Lésion cérébrale due à un virus ou à un arrêt cardiaque (lorsque la fonction de pompage du cœur s’arrête brusquement)

  • Troubles métaboliques (comme une hyperglycémie ou une hypoglycémie, ou encore de faibles taux de calcium, magnésium ou sodium)

  • Privation d’oxygène

  • traumatismes crâniens

  • La maladie d’Alzheimer (occasionnellement)

  • La maladie de Creutzfeldt-Jakob

  • Troubles convulsifs (comme l’épilepsie myoclonique juvénile)

Les myoclonies peuvent survenir après la prise de fortes doses de certains médicaments comme des antihistaminiques, certains antidépresseurs (comme l’amitriptyline), du bismuth, de la lévodopa (utilisée dans la maladie de Parkinson), ou des opioïdes (analgésiques narcotiques).

Symptômes

Les myoclonies peuvent être modérées ou graves. Les muscles peuvent se contracter rapidement ou lentement, rythmiquement ou pas. Les myoclonies peuvent se produire une fois de temps en temps ou fréquemment. Elles peuvent se produire spontanément ou être déclenchées par un stimulus, par exemple un bruit soudain, la lumière ou un mouvement. Par exemple, tendre la main vers un objet ou faire un pas peut provoquer des spasmes qui perturbent le mouvement. Dans la maladie de Creutzfeldt-Jacob (une maladie dégénérative rare du cerveau—Maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ)), les myoclonies deviennent plus évidentes lorsque les personnes sont prises par surprise.

Si les myoclonies sont dues à un trouble du métabolisme, elles peuvent persister et affecter les muscles de l’ensemble du corps, ce qui conduit parfois à des crises convulsives.

Le saviez-vous ?

  • Certains types de myoclonies, comme les spasmes musculaires rapides d’une personne qui s’endort, sont normales.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic repose sur les symptômes. D’autres examens peuvent être effectués pour en identifier la cause.

Si possible, la cause des myoclonies est traitée. Par exemple, les traitements qui peuvent provoquer les myoclonies sont interrompus. Un taux de glycémie bas ou élevé est corrigé, et une insuffisance rénale est traitée par hémodialyse.

Si la cause ne peut pas être corrigée, du valproate ou du lévétiracétam (anticonvulsivants, Médicaments utilisés pour traiter les crises) ou encore du clonazépam (sédatif léger) peut s’avérer bénéfique.

Ressources dans cet article