Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation du sommeil

Par Karl Doghramji, MD, Professor of Psychiatry, Neurology, and Medicine and Medical Director, Jefferson Sleep Disorders Center, Thomas Jefferson University

Le sommeil est nécessaire à la survie et au bon état de santé, mais les raisons de ce besoin et de son bénéfice pour une personne restent incomplètement comprises. L’un des bienfaits du sommeil est son effet réparateur pour les capacités de la personne à fonctionner noralement pendant la journée. Le sommeil peut être réparateur, car pendant le sommeil, l’organisme élimine du cerveau une protéine toxique appelée bêta-amyloïde (un déchet produit par l’activité normale du cerveau). Lorsque cette protéine s’accumule, elle interfère avec le fonctionnement cérébral.

Les besoins en sommeil des personnes sont très variés, en général de 6 à 10 heures par nuit. La plupart des gens dorment la nuit. Cependant, de nombreuses personnes sont contraintes de dormir pendant la journée à cause de leurs horaires de travail – une situation qui peut conduire à des troubles du sommeil.

Le saviez-vous ?

  • Personne ne sait exactement pourquoi les personnes ont besoin de dormir.

La durée du sommeil et la sensation de repos ressentie au réveil peut être influencée par de nombreux facteurs, notamment :

  • Niveau d’excitation ou de détresse émotionnelle

  • Âge

  • Régime alimentaire

  • Utilisation de médicaments

Par exemple, certains médicaments peuvent induire une somnolence alors que d’autres provoquent des difficultés d’endormissement. Certaines substances ou certains additifs, tels que la caféine, les épices ou le glutamate monosodique, peuvent également affecter le sommeil. Les personnes âgées ont tendance à s’endormir plus facilement, à se réveiller plus tôt, tolèrent moins bien les changements d’habitudes du sommeil.

Les ronflements peuvent interférer avec le sommeil (celui du ronfleur ou celui de son/sa partenaire).

Le cycle du sommeil

Tous les sommeils ne sont pas identiques. Il existe deux types principaux de sommeil :

  • Sommeil paradoxal de type REM (mouvements oculaires rapides)

  • Le sommeil non MOR (sans mouvements rapides des yeux), qui se compose de trois phases

Le cycle normal du sommeil comprend 3 stades de sommeil non MOR (stades N1 à N3), souvent suivis d’une brève phase de MOR, toutes les 90 à 120 minutes ou plusieurs fois par nuit. Pendant la nuit, les personnes se réveillent brièvement (appelé stade W), mais en général ne sont pas conscientes de leur réveil.

  • Sommeil non MOR : Le sommeil non MOR compte pour environ 75 à 80% du temps de sommeil total chez les adultes. Le sommeil se déroule du stade 1 (niveau de sommeil le plus léger pendant lequel une personne peut se réveiller facilement) au stade 3 (niveau le plus profond, au cours duquel le réveil ne peut se faire qu’avec difficulté). Au stade 3, la pression artérielle et les rythmes cardiaque et respiratoire sont à leur valeur la plus basse. Les personnes perçoivent la phase 3 comme un sommeil de très bonne qualité.

  • Sommeil MOR : Pendant le sommeil paradoxal, l’activité électrophysiologique cérébrale est en général importante et ressemble à celle observée au cours de l’éveil. Les yeux bougent rapidement, et certains muscles sont paralysés pour que les mouvements volontaires soient impossibles. Cependant, certains muscles peuvent se contracter involontairement. La respiration est plus profonde avec un rythme plus soutenu.

Les rêves les plus vifs surviennent au cours du sommeil paradoxal. La plupart des phénomènes de somniloquie (parler pendant son sommeil), de terreurs nocturnes ou de somnambulisme apparaissent au cours du stade 3 qui est le sommeil lent.

Phases du cycle de sommeil

Les personnes passent par différentes phases de sommeil toutes les 90 à 120 minutes pendant la nuit : trois phases de sommeil lent (N) et une phase de sommeil paradoxal (MOR).

Le sommeil peu profond (stade N1) dure assez peu. La plus grande partie du temps de sommeil est consacrée au sommeil de stade 2. Le sommeil profond (stade 3) a souvent lieu au cours de la première moitié de la nuit. Le temps de sommeil MOR augmente au fur et à mesure que la nuit avance. De brèves périodes de réveil (appelés stade W) se produisent au cours de la nuit, mais la personne en ignore habituellement la plupart.

Troubles du sommeil

Les troubles du sommeil sont des anomalies qui affectent l’endormissement, le sommeil ou la vigilance, ou qui déclenchent des comportements anormaux au cours du sommeil, comme le somnambulisme. Le sommeil peut être perturbé par de nombreux facteurs, comme des heures de coucher irrégulières, des activités avant le coucher, le stress, le régime alimentaire, les maladies et les médicaments.

Les symptômes les plus fréquents de trouble du sommeil sont

Les personnes insomniaques ont des difficultés à s’endormir et à rester endormies et se réveillent en ne se sentant pas ressourcées. Elles peuvent se réveiller tôt. Le manque de sommeil rend les personnes somnolentes, fatiguées et irritables pendant la journée.

Les personnes présentant une somnolence excessive pendant la journée ont tendance à s’endormir pendant les heures normales d’éveil. Certains troubles du sommeil rendent les personnes incapables de résister au sommeil pendant la journée.

Certains troubles du sommeil impliquent des mouvements involontaires des membres ou d’autres comportements inhabituels (comme les cauchemars, les terreurs nocturnes ou le somnambulisme) pendant le sommeil. Les mouvements et comportements inhabituels pendant le sommeil sont appelés parasomnies.

D’autres symptômes peuvent inclure des problèmes de mémoire, de coordination et des émotions. Les personnes peuvent avoir de moins bons résultats scolaires ou dans leur travail. Le risque d’avoir un accident de la route ou de développer un trouble cardiaque est accru.

Une description détaillée du problème, parfois avec des informations provenant d’un journal du sommeil, indique habituellement le diagnostic, mais parfois des tests en laboratoire du sommeil sont nécessaires. Ces tests comprennent une polysomnographie.

Ressources dans cet article