Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Tumeur hépatique métastatique

Par Steven K. Herrine, MD, Thomas Jefferson University;Sidney Kimmel Medical College

C’est une tumeur qui s’est localisée au foie depuis une autre partie de l’organisme.

  • Les premiers symptômes peuvent comprendre une perte de poids et d’appétit.

  • Le diagnostic repose sur les résultats des analyses de sang et généralement la biopsie.

  • Les médicaments de chimiothérapie et la radiothérapie peuvent également atténuer les symptômes, mais ne guérissent pas le cancer.

Les métastases hépatiques proviennent le plus souvent de tumeurs situées au niveau du poumon, du sein, du colon, du pancréas ou de l’estomac. Les leucémies (cancer des globules blancs) et lymphomes (cancer du système lymphatique), et en particulier le lymphome de Hodgkin, peuvent eux aussi s’étendre au foie.

Les cancers s’étendent au foie parce que le foie filtre la majeure partie du sang du reste de l’organisme, et lorsque les cellules cancéreuses s’éloignent du cancer primitif, elles pénètrent et se déplacent souvent dans la circulation sanguine. Parfois, l’identification de métastases hépatiques est le premier signe de la présence d’un cancer chez une personne.

Symptômes

Les premiers symptômes sont souvent vagues. Ils comprennent une perte de poids et d’appétit et parfois de la fièvre. En général, le foie est augmenté de volume et de consistance dure. Il peut être sensible et souvent bosselé. Parfois, la rate est augmentée de volume, en particulier si la tumeur naît dans le pancréas. Au début, la personne présente un ictère modéré (coloration jaune anormale de la peau et des sclérotiques) mais pas toujours, à moins que la tumeur n’obstrue les voies biliaires. Par la suite, on peut observer une distension abdominale due à la présence de liquide (ascite, Ascite).

Au cours des semaines précédant le décès, l’ictère s’aggrave progressivement. En outre, la personne peut présenter un état confusionnel et une somnolence, par accumulation de toxines dans le cerveau, car le foie est trop lésé pour les éliminer du sang. Cette pathologie s’appelle l’encéphalopathie hépatique ( Encéphalopathie hépatique).

Le saviez-vous ?

  • Parfois, l’identification de métastases hépatiques est le premier signe de la présence d’un cancer dans une autre partie de l’organisme.

Diagnostic

Le médecin peut suspecter des métastases hépatiques chez les personnes qui perdent du poids et présentent une augmentation du volume du foie, ou chez celles qui ont un cancer avec une tendance à se propager dans le foie. Cependant, le médecin a souvent du mal à diagnostiquer le cancer tant qu’il n’est pas à un stade avancé.

Si les médecins suspectent un cancer du foie, le bilan hépatique, qui consiste en de simples analyses de sang, est pratiqué pour déterminer si le foie fonctionne bien. Les résultats peuvent être anormaux, comme dans de nombreuses maladies. Ainsi, cela ne permet pas de confirmer le diagnostic. L’échographie est généralement utile, mais la tomodensitométrie (TDM) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) du foie permettent généralement de détecter plus précisément le cancer. Avant la réalisation de la TDM ou de l’IRM, un agent de contraste est injecté dans une veine. Il permet de rendre les anomalies plus visibles, le cas échéant. Cependant, les examens d’imagerie ne permettent pas toujours de détecter de petites tumeurs ou de distinguer entre le cancer et la cirrhose ou d’autres anomalies.

Une biopsie hépatique (prélèvement d’un échantillon de tissu hépatique au moyen d’une aiguille pour examen au microscope, Biopsie hépatique) peut être pratiquée pour confirmer un diagnostic incertain après les examens d’imagerie ou pour obtenir de plus amples informations afin de prendre les décisions relatives au traitement. Pour augmenter la probabilité de prélever du tissu cancéreux, le médecin effectue la biopsie à l’aiguille sous guidage échographique ou tomodensitométrique. Sinon, le médecin peut introduire une sonde souple à fibres optiques (laparoscope) dans une petite incision dans l’abdomen pour identifier et prélever du tissu cancéreux.

Traitement

Le traitement dépend de l’étendue du cancer et du type de cancer primitif. Les examens comprennent :

  • Médicaments de chimiothérapie : Ces médicaments peuvent être administrés pour réduire temporairement la taille de la tumeur et améliorer la survie, mais ces soins ne sont pas curatifs. Les médicaments de chimiothérapie peuvent être injectés dans l’artère principale du foie (artère hépatique), pour amener une grande quantité du médicament directement dans les cellules cancéreuses hépatiques. Grâce à cette méthode, le reste de l’organisme est moins exposé aux médicaments et les effets secondaires sont donc minimisés et plus légers.

  • Radiothérapie hépatique : Ce traitement peut parfois réduire des douleurs cancéreuses intenses, mais apporte peu d’autres bénéfices.

  • Chirurgie : En cas de métastase(s) hépatique(s) isolée(s), elles peuvent être enlevées, surtout si le site primaire est l’intestin. Cependant, tous les spécialistes ne sont pas d’accord sur ce type d’intervention.

Si le cancer primitif est une leucémie ou un lymphome, les médecins s’emploient à traiter ce cancer ( Présentation des leucémies : Traitement et Lymphome de Hodgkin : Pronostic et traitement).

Si le cancer est largement disséminé, tout ce que peut faire un médecin consiste habituellement à soulager les symptômes ( Symptômes lors d’une maladie mortelle). La personne peut exprimer par avance ses choix ( Directives anticipées) pour indiquer le type de traitement désiré, au cas où elle deviendrait incapable de décider de ses soins.

Ressources dans cet article