Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Oreilles

Par Debara L. Tucci, MD, MS, Duke University Medical Center

Anatomie de l’oreille

L’oreille, organe de l’audition et de l’équilibre, se compose de l’oreille externe, de l’oreille moyenne et de l’oreille interne. Ces trois parties fonctionnent ensemble pour convertir les ondes sonores en impulsions nerveuses, remontant au cerveau, qui les perçoit comme sons. L’oreille interne contribue également au maintien de l’équilibre.

Oreille externe

L’oreille externe est constituée de la partie externe de l’oreille (pavillon auriculaire) et d’un conduit (méat auditif externe). Le pavillon est constitué d’un cartilage couvert de peau, formé de manière à capturer les ondes sonores et à les acheminer à travers le conduit auditif vers le tympan, fine membrane qui sépare l’oreille externe de l’oreille moyenne.

Oreille moyenne

L’oreille moyenne est composée du tympan et d’une petite chambre remplie d’air, contenant une chaîne de trois petits os (osselets) qui relient le tympan à l’oreille interne. Le nom des osselets est inspiré de leurs formes. Le marteau (malléus) est collé au tympan. L’enclume (incus) est l’os intermédiaire entre le marteau et l’étrier (stapès) qui se fixe à la fenêtre ovale, fine membrane posée à l’entrée de l’oreille interne. Les vibrations du tympan sont amplifiées mécaniquement par les osselets et transmises à la fenêtre ovale.

L’oreille moyenne contient en outre deux petits muscles. Le muscle tenseur du tympan est inséré sur le marteau et contribue à l’adaptation et à la protection de l’oreille. Le muscle stapédien est attaché à l’étrier. Il se contracte en réponse à un bruit intense, rendant la chaîne ossiculaire plus rigide pour réduire l’intensité du son. Cette réponse, appelée réflexe acoustique, sert à protéger l’oreille interne fragile contre les lésions dues au bruit.

La trompe d’Eustache est un petit conduit qui relie l’oreille moyenne à la voie aérienne qui se situe à l’arrière du nez (rhinopharynx). Ce conduit permet à l’air de l’extérieur d’entrer dans l’oreille moyenne (derrière le tympan). La trompe d’Eustache, qui s’ouvre lorsqu’une personne déglutit, permet d’équilibrer la pression de l’air de part et d’autre du tympan et d’éviter l’accumulation de liquide dans l’oreille moyenne. En cas de différence de pression de l’air, le tympan peut se bomber ou se rétracter, ce qui peut être douloureux et altérer la perception auditive. La déglutition ou la manœuvre de Vasalva (qui consiste à se boucher le nez, à fermer la bouche et à souffler par le nez pour mobiliser volontairement les tympans) peut réduire la pression exercée sur le tympan après une brusque augmentation de la pression de l’air, comme p. ex. lors d’un voyage en avion. La connexion de la trompe d’Eustache à l’oreille moyenne explique pourquoi les infections de l’appareil respiratoire supérieur (telles que le rhume), qui enflamment et obstruent la trompe d’Eustache, peuvent entraîner des infections de l’oreille moyenne ou rendre douloureux les changements de pression.

Oreille interne

L’oreille interne (labyrinthe) est une structure complexe qui consiste en deux parties majeures : le limaçon osseux, qui est l’organe de l’ouïe, et le système vestibulaire, qui est l’organe de l’équilibre.

Limaçon osseux

Le limaçon osseux, un conduit creux enroulé en escargot, est rempli de liquide. À l’intérieur du limaçon osseux est situé l’organe de Corti, composé en partie d’environ 20.000 cellules spécialisées, appelées cellules ciliées. Ces cellules ont de petites projections ciliées (cils) qui sont plongées dans le liquide. Les vibrations sonores transmises par les osselets de l’oreille moyenne, à la fenêtre ovale de l’oreille interne, provoquent des vibrations du liquide et des cils. Les cellules ciliées des différentes parties du limaçon osseux vibrent en réponse à des fréquences sonores différentes , et convertissent les vibrations en impulsions nerveuses. Les impulsions nerveuses sont transmises au cerveau par les fibres du nerf cochléaire. La fenêtre ovale est un petit trou tapissé d’une membrane qui se situe entre le limaçon osseux plein de liquide et l’oreille moyenne. Cette fenêtre aide à réduire la pression causée par les ondes sonores dans le limaçon osseux.

Malgré l’effet protecteur du réflexe acoustique ( Oreille moyenne), un son très fort peut léser et détruire les cellules ciliées. Une fois détruites, elles ne se régénèrent pas. Une exposition prolongée à des sons intenses entraîne finalement une diminution progressive de l’acuité auditive, avec parfois l’apparition de bruits parasites ou de bourdonnements dans les oreilles (acouphènes- Tintement ou bourdonnement d'oreille).

Système vestibulaire

Le système vestibulaire consiste en deux sacs remplis de liquide dénommés le saccule et l’utricule et de trois conduits remplis de liquide appelés canaux semi-circulaires. Ces sacs et conduits recueillent les informations concernant la position et les mouvements de la tête. Le cerveau utilise ces informations pour aider à garder l’équilibre.

Le saccule et l’utricule contiennent des cellules qui perçoivent les mouvements de la tête dans une ligne droite, c’est-à-dire en avant et en arrière ou en haut et en bas.

Les canaux semi-circulaires sont trois conduits remplis de liquide, orientés à angle droit les uns par rapport aux autres, qui perçoivent les rotations de la tête. Une rotation de la tête engendre un mouvement du liquide dans les canaux. Selon la direction du mouvement de la tête, le mouvement du liquide sera plus important dans un des canaux que dans les autres. Les canaux contiennent des cellules ciliées qui répondent à ce mouvement de liquide. Les cellules ciliées produisent des impulsions nerveuses qui transmettent au cerveau le sens des mouvements de la tête, de façon à effectuer le mouvement approprié pour maintenir l’équilibre.

Si les canaux semi-circulaires fonctionnent mal, ce qui peut arriver lors d’une infection des voies respiratoires supérieures ou lors d’une maladie permanente ou temporaire, le sens de l’équilibre de la personne peut être perdu ou une fausse sensation de mouvement ou de pivotement (vertige- Etourdissements et vertige) peut se développer.

Ressources dans cet article