Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Cancer du larynx

Par Bradley A. Schiff, MD, Albert Einstein College of Medicine

  • Les personnes peuvent avoir une voix rauque ou une grosseur dans le cou ou des difficultés à respirer ou à avaler.

  • Une biopsie est nécessaire pour poser un diagnostic.

  • Le pronostic dépend de l’avance du cancer.

  • Le traitement est habituellement la chirurgie et/ou la radiothérapie, mais la chimiothérapie est parfois aussi utilisée.

Le larynx est la boîte vocale. Les cancers du larynx comprennent les cancers qui surviennent dans le larynx, les cordes vocales, et les structures environnantes.

Le carcinome malpighien ( Cancer de la bouche et de la gorge) est la variété la plus fréquente des cancers du larynx. Le cancer du larynx, espace cancéreux commun de la tête et du cou, est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. La plupart des hommes ont plus de 60 ans. Le tabagisme est le principal facteur de risque. Plus de 95 % des personnes touchées sont des fumeurs. L'abus d'alcool augmente également le risque. Le nombre de personnes, en particulier les hommes, qui développent un cancer du larynx diminue très probablement en raison des changements dans les habitudes de tabagisme.

Le saviez-vous ?

  • Une personne qui a une voix rauque pendant plus de 2 à 3 semaines doit être contrôlée par un médecin.

Symptômes et diagnostic

Ce cancer débute en général sur les cordes vocales ou les structures adjacentes et entraîne souvent une raucité vocale. Un sujet qui a une voix éraillée pendant plus de 2 à 3 semaines doit consulter un médecin. Un cancer dans d'autres parties du larynx peut entraîner une perte de poids, des maux de gorge, des douleurs à l'oreille, une voix de « patate chaude » (parler comme si un objet chaud est tenu dans la bouche), et des difficultés à avaler ou à respirer ou une combinaison des deux. Parfois cependant, il est possible qu’une grosseur dans le cou, liée à une métastase ganglionnaire du cancer primitif, soit remarquée avant tout autre symptôme.

Pour poser le diagnostic, le médecin inspecte d’abord le larynx avec un laryngoscope (un mince tube endoscopique utilisé pour la visualisation directe du larynx) et prélève un échantillon de tissus pour examen au microscope (biopsie). La biopsie est réalisée le plus souvent au bloc opératoire, sous anesthésie générale. Si le cancer est présent, les personnes peuvent également subir une tomographie calculée (CT) du cou et un balayage radiographique pulmonaire ou un scanner CT du thorax. Une tomographie par émission de positons (PET) peut également être effectuée. Les procédures CT et PET sont utilisées pour déterminer le cancer ( Symptômes et diagnostic).

Pronostic

Plus la taille de la tumeur primitive et la diffusion des métastases sont importantes, et moins le pronostic est bon. Si le cancer a aussi envahi les muscles, les os ou le cartilage, la guérison est peu probable. Près de 90 % des patients qui ont des cancers de petite taille qui n’ont pas métastasé survivent 5 ans, alors que moins de 50 % des patients qui présentent des métastases au niveau des ganglions lymphatiques locaux survivent. En présence de métastases au-delà des ganglions lymphatiques locaux, les chances de survie à plus de 2 ans sont faibles.

Traitement

Le traitement dépend du stade de la maladie et de la localisation exacte du cancer primitif dans le larynx.

En cas de cancer au stade précoce, le médecin peut traiter le patient par la chirurgie et la radiothérapie. Si les cordes vocales sont touchées, on peut privilégier la radiothérapie par rapport à la chirurgie, du fait de la possibilité de préserver ainsi une voix relativement normale. Cependant, en cas de cancer du larynx à un stade très précoce, la microchirurgie, parfois avec utilisation du laser, donne les mêmes pourcentages de guérison, avec la même préservation de la voix et en un traitement unique. L'utilisation d'un laryngoscope pour enlever une tumeur du larynx a gagné en popularité et est aussi une alternative viable aux radiations pour les tumeurs plus importantes. L'utilisation d'un endoscope pour éliminer le cancer réduit les problèmes de déglutition et de parole par rapport à la chirurgie réalisée par une incision du cou.

Les tumeurs qui ont envahi l’os ou le cartilage sont généralement traitées par une thérapie combinée. Un traitement combiné est constitué par l’association de la radiothérapie et de la chirurgie, afin d’enlever une partie ou la totalité du larynx et des cordes vocales (laryngectomie partielle ou totale). La radiothérapie est aussi communément associée à la chimiothérapie comme traitement principal pour les cancers avancés du larynx. Ce traitement aboutit à un taux de guérison comparable à celui obtenu par l’association de la radiothérapie et de la chirurgie (à condition que la tumeur n’ait envahi le cartilage et l’os que dans une mesure limitée) et préserve la voix chez un nombre significatif de patients. Cependant, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour éradiquer un cancer qui peut subsister après ce traitement. Si le cancer est trop avancé pour être traité par la chirurgie ou la radiothérapie, la chimiothérapie peut également être utile pour soulager la douleur et diminuer la taille de la tumeur, mais elle a peu de chance de guérir.

Le traitement a presque toujours des effets indésirables importants. La radiothérapie peut provoquer des lésions cutanées (commeune inflammation, un prurit et la perte de cheveux), des cicatrices, la perte du goût et une sécheresse de la bouche, voire, parfois, la destruction de tissus sains. Quand les dents doivent être exposées aux radiations, les personnes doivent se les faire soigner et faire enlever celles en mauvais état, car les radiations rendront vains les travaux dentaires ultérieurs, tandis que des infections graves des maxillaires peuvent survenir. La chimiothérapie provoque généralement une série d'effets secondaires, en fonction du médicament utilisé. Ces effets secondaires peuvent inclure des nausées, des vomissements, la perte d'audition, et des infections. Le traitement affecte souvent la déglutition et la parole. Dans de tels cas, une réadaptation est nécessaire. De nombreuses méthodes ont été développées pour permettre aux sujets sans cordes vocales de parler à nouveau ( Parole sans cordes vocales), souvent avec d’excellents résultats. En fonction du tissu spécifique enlevé, on peut effectuer une intervention chirurgicale reconstructrice.

Ressources dans cet article