Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Maladies des glandes salivaires

Par Clarence T. Sasaki, MD, American Laryngological Association;Dysphagia;Yale University School of Medicine

  • Les glandes salivaires qui fonctionnent mal ou gonflent peuvent entraîner une diminution de la production de salive.

  • La diminution de la salive cause la sécheresse de la bouche et la carie.

  • Le débit de la salive peut être mesuré ou les médecins peuvent procéder à une biopsie du tissu des glandes salivaires.

  • Parfois, les médecins peuvent enlever les obstructions, mais certaines personnes ont besoin d’utiliser des subtituts à la salive.

Il existe trois paires de glandes salivaires principales dans la cavité buccale. Les plus grosses, appelées glandes parotides, sont situées juste derrière l’angle de la mâchoire, en avant et au-dessous des oreilles. Deux paires plus petites, les glandes sublinguales et les glandes sous-maxillaires, sont situées en profondeur dans le plancher buccal. Il existe également d’autres petites glandes salivaires accessoires réparties dans toute la cavité buccale. Toutes les glandes sécrètent de la salive qui participe à la digestion en dégradant les aliments.

Emplacement des principales glandes salivaires

Plusieurs types de maladies affectent les glandes salivaires :

  • Anomalies fonctionnelles des glandes salivaires

  • Calculs des glandes salivaires

  • Infections des glandes salivaires

  • Gonflement des glandes salivaires

Anomalies fonctionnelles des glandes salivaires

Une anomalie fonctionnelle des glandes salivaire est plus fréquente chez les adultes et implique généralement une insuffisance des sécrétrions salivaires. Lorsque le flux de salive est insuffisant ou presque absent, la bouche semble sèche. Cet état est appelé sécheresse buccale (xérostomie). Certaines maladies, infections, troubles, et aussi certains médicaments peuvent diminuer la production de salive.

Ces maladies comprennent la maladie de Parkinson, l’infection par virus de l’immuno-déficience humaine (VIH), le syndrome de Sjögren, la dépression, et la douleur chronique. Certains médicaments, comme les antidépresseurs, les antihistaminiques, les antipsychotiques (neuroleptiques), les sédatifs, la méthyldopa et les diurétiques, peuvent également diminuer la sécrétion de salive.

Les fonctions salivaires sont souvent perturbées après une chimiothérapie générale ou une radiothérapie de cancer de la tête et du cou. La sécheresse buccale après la radiothérapie est généralement permanente, surtout si la dose de rayons a été importante. La sécheresse buccale causée par la chimiothérapie est habituellement temporaire.

Cependant, tous les cas de sécheresse de la bouche ne sont pas dus à une altération fonctionnelle des glandes salivaires. Une consommation insuffisante de boissons et la respiration par la bouche peuvent entraîner une sécheresse buccale. L’anxiété ou le stress peuvent également mener à la sécheresse buccale. La bouche peut aussi devenir sèche avec l’âge, bien que ceci soit le plus souvent dû à une prise concomitante de médicaments provoquant une sécheresse de la bouche qu’au vieillissement lui-même.

Parce que la salive assure une protection naturelle contre la carie dentaire, toute diminution de la salivation entraîne un nombre plus important de cavités carieuses, notamment au niveau de la jonction entre la couronne de la dent et la racine (caries du collet). La sécheresse de la bouche, lorsqu’elle est importante, peut également gêner l’élocution et la déglutition.

Dans de rares cas, la sécrétion des glandes salivaires peut être trop abondante. Ce phénomène est en général de courte durée et il est dû à l’ingestion d’aliments spécifiques, comme des aliments aigres. Parfois, le simple fait d’évoquer la prise de ces aliments peut augmenter la sécrétion de salive.

Calculs des glandes salivaires

Un calcul peut se former à partir des sels contenus dans la salive. Les calculs ont particulièrement tendance à se former quand les personnes sont déshydratées ou prennent des médicaments qui diminuent la production de salive. Les personnes souffrant de goutte sont aussi plus prédisposées à former des calculs. Les calculs des glandes salivaires sont plus courants chez les adultes. Environ 25% des personnes ayant des calculs en ont plusieurs.

Les calculs des glandes salivaires causent des problèmes lorsqu’ils obstruent le tube (canal) qui transporte la salive de la glande vers la bouche. L’obstruction entraîne un reflux de la salive dans le canal, engendrant un gonflement de la glande salivaire. Le canal bloqué par le calcul et la glande gonflée par la stase salivaire peuvent s’infecter à cause de bactéries.

Un syndrome typique de l’obstruction d’un canal salivaire est le gonflement et la douleur au-dessus de la glande qui est affectée. La douleur et le gonflement empirent après le repas, particulièrement quand les personnes mangent quelque chose qui stimule le flux de la salive (comme des cornichons ou du jus de citron) parce que la salive ne sait où aller et que la glande gonfle quand le canal est obstrué. Le gonflement peut se rabaisser apès quelques heures et le canal peut relâcher un flot de salive. Certains calculs ne causent aucun symptôme.

Infection de la glande salivaire

La plupart des infections de la glande salivaire surviennent chez les personnes qui ont une obstruction du flux de salive (comme un calcul), ou qui ont un flux de salive très faible. L’organisme d’infection habituel est Staphylococcus aureus. Parfois, un amas de pus (abcès) se forme dans la glande.

La glande infectée est gonflée et très douloureuse. Souvent, la peau au-dessus de la glande est rouge et sensible au toucher. Parfois, une petite quantitée de pus sort du canal de la glande.

Gonflement des glandes salivaires

Les oreillons chez les enfants, certaines infecions bactériennes (par exemple, les infections des amygdales ou des dents), et d’autres maladies qui sont généralement plus fréquentes chez les adultes (comme le SIDA, le syndrome de Sjögren, le diabète sucré, la sarcoïdose et la boulimie) causent souvent des gonflements des glandes salivaires majeures. Le gonflement ou une tuméfaction peut également être du à une tumeur, bénigne ou maligne, des glandes salivaires. Souvent le gonflement de la glande lié à une tumeur est plus ferme que celui dû à une infection. Si la tumeur est un cancer, la glande peut être de consistance dure et être fixée fermement aux tissus environnants (voir Cancer de la bouche et de la gorge). La plupart des tumeurs non cancéreuses peuvent être enlevées.

Un traumatisme de la lèvre inférieure, comme une morsure accidentelle, peut léser une des glandes salivaires accessoires et bloquer l’évacuation de la salive. La glande affectée se gonfle alors et forme un petit nodule mou d’aspect bleuté (mucocèle). Le plus souvent, le nodule disparaît spontanément en quelques semaines.

Diagnostic

Il n’existe pas d’examens fiables pour quantifier une perturbation des fonctions salivaires. Cependant, en pressant les glandes salivaires (« traites »), on peut visualiser le débit de salive sortant des canaux.

Le gonflement par obstruction d’un canal salivaire est diagnostiqué en faisant le lien entre la prise alimentaire et la douleur. Les autres causes de gonflement peuvent être diagnostiquées par le dentiste ou le médecin à l’aide d’une biopsie pour examiner le tissu glandulaire au microscope . D’autres causes d’obstructions peuvent être identifiées par des techniques plus récentes qui utilisent de très petits tubes d’observation (endoscopes).

Si les médecins ne peuvent pas effectuer le diagnostic pendant l’examen clinique, ils peuvent aussi réaliser certains tests d’imagerie, comme la tomodensitométrie (CT), l’ultrasonographie et la sialographie. La sialographie est un type de radiologie qui est réalisé après l’injection d’une teinture visible aux rayons X dans les glandes et les canaux salivaires.

Traitement

Pour la sécheresse buccale, les personnes doivent éviter si possible les médicaments qui diminuent la production de salive. En raison du risque augmenté de caries, les personnes doivent se brosser les dents et utiliser un fil dentaire régulièrement, utiliser des rinçages fluorés, et se rendre chez leur dentiste pour des examens et un nettoyage plus fréquent que d’habitude (tous les 3 à 4 mois). Certains dentistes recommandent à leurs patients d’utiliser des couvertures dentaires en plastique remplies de gel de fluor pendant la nuit. Parfois, les médicaments qui augmentent la production de la salive, comme la céviméline ou la pilocarpine, contribuent à soulager les symptômes. Ces médicaments peuvent ne pas être utiles quand les glandes salivaires ont été endommagées par des radiations.

Pour les calculs des glandes salivaires, les peronnes peuvent prendre des analgésiques, boire plus de liquides, masser les glandes, appliquer des compresses chaudes et déclencher le flux de salive avec du jus ou des quartiers de citron, des bonbons acidulés ou un combinaison de ces derniers. Si les calculs ne partent pas d’eux-mêmes, un dentiste peut parfois éliminer le calcul en comprimant les deux côtés du canal. En cas d’échec, on peut utiliser un fil-guide métallique pour faire sortir le calcul. En dernier ressort, ce dernier est enlevé par chirurgie.

Pour l’infection de la glande salivaire, les médecins prescrivent des antibiotiques, le massage des glandes et l’application de compresses chaudes. Un abcès salivaire doit être incisé et drainé.

Le traitement du gonflement des glandes salivaires dépend de ses causes. Une mucocèle qui ne disparaît pas d’elle-même peut être enlevée par la chirurgie si elle devient gênante. De même, les tumeurs malignes ou bénignes des glandes salivaires peuvent généralement être enlevées par chirurgie.

Ressources dans cet article