Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Vertige positionnel paroxystique bénin

(Vertige positionnel bénin ; VPPB)

Par Lawrence R. Lustig, MD, Howard W. Smith Professor and Chair, Department of Otolaryngology–Head and Neck Surgery , Columbia University Medical Center and New York Presbyterian Hospital

Le vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB) est un trouble fréquent provoquant de courts épisodes de vertige (fausse sensation de mouvements ou de tournis) en réponse à des changements de position de la tête qui stimulent le canal semi-circulaire postérieur de l’oreille interne.

  • Pendant un court instant (généralement moins d’une minute), les personnes ont l’impression de tourner ou que les choses autour d’elles se déplacent ou tournent quand elles bougent la tête.

  • Elles peuvent également avoir des nausées et vomir, et leurs yeux peuvent bouger anormalement.

  • Le diagnostic est basé sur les symptômes et les situations dans lesquelles ils se produisent ainsi que sur un examen clinique.

  • La manœuvre d’Epley, réalisée une ou deux fois, soulage les symptômes chez la plupart des patients.

Les personnes souffrant de vertige ont l’impression qu’elles-mêmes ou les choses autour d’elles ou les deux à la fois, se déplacent ou tournent. La plupart des personnes nomment cette sensation désagréable « étourdissement », bien qu’elles utilisent également souvent le terme « étourdi » pour d’autres sensations, comme le fait d’avoir une sensation de tête légère. Un vertige « positionnel » signifie qu’il survient lorsque les personnes changent de position, par exemple, lorsqu’elles sont allongées sur un lit et qu’elles tournent la tête. « Bénin » signifie que le trouble n’est pas dangereux.

Le VPPB affecte davantage les personnes lorsqu’elles vieillissent et peut sévèrement affecter l’équilibre chez les personnes âgées, ce qui peut entraîner des chutes et éventuellement des blessures.

Causes

Une modification de la position de la tête, comme retourner la tête sur l’oreiller au réveil ou basculer la tête en arrière pour atteindre une étagère en hauteur déclenche la plupart des épisodes de ce trouble. Le VPPB se développe habituellement lorsque des particules de calcium (otoconies) normalement intégrées dans une partie de l’oreille interne (utricule et saccule) sont déplacées vers une autre partie de l’oreille interne (le plus souvent le canal semi-circulaire postérieur).

L’oreille interne contient trois canaux semi-circulaires qui facilitent l’équilibre ( Anatomie de l’oreille). Contrairement au canal supérieur (également appelé canal antérieur) et au canal latéral, le canal postérieur est dans la meilleure position pour recevoir la plupart des particules mobiles par gravité pendant la nuit. En s’accumulant, celles-ci forment une sorte de coulis crayeux qui exagère le mouvement du liquide dans le canal lorsque la position de la tête change. Il en résulte une surstimulation des récepteurs nerveux (cellules ciliées) dans le canal postérieur, créant ainsi une fausse sensation de déplacement ou de tête qui tourne.

Les particules peuvent se déplacer de l’utricule et du saccule avec l’âge. Sinon, le déplacement peut être provoqué par :

  • Otites

  • Lésion de la tête ou de l’oreille

  • Alitement prolongé

  • Chirurgie de l’oreille

  • Autres troubles de l’oreille interne (tels que la maladie de Ménière)

  • Occlusion éventuelle d’une artère alimentant l’oreille interne

Symptômes

Symptômes du vertige positionnel bénin :

  • Courts épisodes de vertige, au cours desquels les personnes ont l’impression qu’elles-mêmes ou leur environnement bougent ou tournent

  • Nausées et/ou vomissements

Le vertige positionnel bénin peut être effrayant et inconfortable, mais il est généralement inoffensif et disparaît spontanément.

Le vertige est déclenché lorsque les personnes bougent la tête, comme en roulant dans leur lit ou en se penchant pour ramasser quelque chose. Chaque épisode de vertige ne dure que quelques secondes à quelques minutes. On peut avoir de nombreux épisodes sur quelques jours à quelques semaines, après quoi ceux-ci disparaissent progressivement et spontanément. Des nausées, des vomissements et un type spécifique de nystagmus (mouvement saccadé et rapide des yeux dans une direction en alternance avec un lent retour à la position normale) peuvent survenir lors des épisodes de vertige. Il n’y a aucune perte d’audition ni bruit dans les oreilles (acouphènes).

Bien que les symptômes ne soient pas dangereux, ils peuvent conduire à des chutes ou à d’autres accidents si un épisode survient alors qu’une personne se trouve dans une situation éventuellement risquée, par exemple, si elle est en train de conduire un véhicule.

Diagnostic

  • Manœuvre de Dix et Hallpike

  • Parfois examens d’imagerie

Le diagnostic est basé sur une description des symptômes et les circonstances dans lesquelles ceux-ci se produisent.

Généralement, le test utilisé est la manœuvre de Dix et Hallpike, qui permet de déplacer les particules d’une zone de l’oreille où elles causent le vertige à une autre zone de l’oreille où elles seront sans effet. La personne s’assoit sur la table d’examen, la tête tournée à 45 degrés vers la droite. Elle se couche ensuite sur le dos de manière à ce que la tête reste tournée à 45 degrés et dépasse sur le côté de la table d’examen d’environ 20 degrés. Dans le VPPB, il faut attendre environ 5 à 10 secondes avant que le vertige et le nystagmus ne se produisent (ce que l’on appelle latence), mais ce délai peut atteindre 30 secondes. Les symptômes durent entre 10 et 30 secondes, puis diminuent et disparaissent (ce que l’on appelle fatigue). Fixer le regard sur un point fixe (fixation visuelle) peut réduire ou même faire disparaître le nystagmus, si bien que la manœuvre est effectuée idéalement sur les personnes portant des lentilles de Frenzel (qui rendent la fixation visuelle impossible). Si la manœuvre est répétée plusieurs fois, l’intensité des vertiges et du nystagmus diminue chez les personnes atteintes de VPPB (c’est ce qu’on appelle l’épuisement). Toutefois, chez les personnes souffrant de vertiges en raison d’une affection cérébrale (p. ex., accident vasculaire cérébral ou sclérose en plaques), ce qui est plus grave, la manœuvre de Dix et Hallpike déclenche immédiatement les symptômes. Le vertige persiste aussi longtemps que la tête est maintenue dans la même position, et l’épuisement ne survient pas lorsque l’on répète la manœuvre.

Parfois, des tests d’imagerie (tels que l’imagerie par résonance magnétique avec injection de gadolinium) sont réalisés lorsque les médecins ne savent pas si le vertige est provoqué par une autre affection éventuellement dangereuse.

Traitement

  • Manœuvres de la tête pour repositionner les particules dans le conduit auditif

  • Aucun traitement médicamenteux n’est généralement recommandé

Le VPPB se soigne facilement. Les particules doivent simplement sortir du canal semi-circulaire postérieur et se loger dans une partie de l’oreille où elles ne causent pas de symptômes. Cela nécessite une manœuvre de quasi-culbute de la tête, appelée manœuvre de repositionnement des canalithes ou manœuvre d’Epley. Cette manœuvre améliore immédiatement les vertiges dans environ 90 % des cas. Le fait de répéter la manœuvre peut aider davantage de personnes. Chez certaines personnes cependant, les vertiges réapparaissent. Si c’est le cas, la manœuvre est répétée. On peut apprendre aux personnes à faire la manœuvre chez elles en cas de vertiges récurrents. Bien que le VPPB touche le plus souvent le canal semi-circulaire postérieur, le canal latéral est parfois affecté et les personnes peuvent alors rouler comme une bûche pour soulager les symptômes.

Les médecins peuvent prescrire des médicaments contre les vertiges, notamment la méclizine ou une benzodiazépine (telle que le diazépam ou le lorazépam), pour un soulagement à court terme, mais ces médicaments sont inefficaces à long terme et peuvent aggraver les symptômes.

Si les manœuvres de repositionnement ne sont pas efficaces, les médecins recherchent généralement d’autres troubles plus graves pouvant être à l’origine des symptômes.

Une chirurgie est très rarement nécessaire.

Manœuvre d’Epley : Remède simple pour une cause courante de vertiges

Certaines personnes éprouvent des vertiges lorsqu’elles bougent la tête rapidement, comme en roulant la tête sur l’oreiller, en regardant vers le bas pour lacer leurs chaussures ou en cherchant à atteindre un objet sur une étagère en hauteur. Ce vertige est généralement dû au vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB). Celui-ci se produit lorsque de minuscules particules de calcium (otoconies) sont déplacées de leur position normale pour former un coulis, en général dans le canal semi-circulaire postérieur (l’un des canaux de l’oreille interne). Le trouble peut souvent être guéri en recourant à la manœuvre d’Epley qui consiste à extraire les particules du canal et à les remettre à leur place initiale. Dans cette manœuvre, le corps et la tête des personnes sont déplacés dans différentes positions, l’une après l’autre. Chaque position est maintenue pendant environ 30 secondes pour permettre aux particules de se déplacer par gravité vers une autre partie du canal. Pour vérifier si la manœuvre a fonctionné, les personnes déplacent la tête dans la position qui a causé le vertige précédemment. Si le vertige ne se produit pas, la manœuvre a fonctionné. Après avoir effectué cette manœuvre, les personnes doivent rester debout ou en position semi-redressée pendant 1 à 2 jours.

La manœuvre est réalisée en suivant le sens des aiguilles d’une montre des flèches rouges ci-dessous :

Enfin, la tête et le corps sont tournés encore plus, jusqu’à ce que le nez pointe vers le sol. Les personnes s’assoient ensuite, mais gardent la tête tournée complètement vers la gauche. Une fois debout, les personnes peuvent regarder droit devant elles.

Les personnes sont d’abord assises la tête tournée à 45degrés vers la droite ou vers la gauche, selon le côté qui déclenche le vertige. Ensuite, les personnes s’allongent la tête penchée au-dessus du bord de la table (ou du lit) d’examen. Le vertige est déclenché par un signal exagéré au cerveau par le coulis calcaire.

La tête est tournée encore plus vers la gauche, de sorte que l’oreille soit parallèle au sol.

La tête est ensuite tournée de l’autre côté sous le même angle.

Ressources dans cet article