Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Troubles de la coagulation provoqués par des anticoagulants circulants

Par Joel L. Moake, MD, Professor Emeritus of Medicine;Senior Research Scientist and Associate Director, Baylor College of Medicine;J. W. Cox Laboratory for Biomedical Engineering, Rice University

Parfois, un dysfonctionnement du système immunitaire de l’organisme l’amène à produire des anticorps qui attaquent les propres tissus d’un individu (auto-anticorps— Maladies auto-immunes) au lieu d’attaquer des substances dangereuses ou étrangères. Les anticoagulants circulants sont généralement des auto-anticorps qui sont fabriqués spontanément (de leur propre chef et sans cause connue) et qui diminuent l’activité d’un facteur de coagulation spécifique (une protéine qui contribue à la coagulation sanguine) et ce qui, par conséquent, provoque un saignement. Par exemple, le système immunitaire peut produire un auto-anticorps contre les facteurs de coagulation VIII ou V. Ces anticorps sont appelés « anticoagulants circulants » parce qu’ils voyagent (circulent) dans la circulation sanguine.

Les anticoagulants circulants provoquent généralement un saignement excessif. Cependant, chez des personnes atteintes de certains types d’anticoagulants circulants, des caillots de sang se développent dans une artère ou une veine au lieu de donner lieu à un saignement excessif. Ces caillots sanguins peuvent couper le flux sanguin, provoquant une rougeur et un gonflement ainsi que des dommages aux tissus alimentés par le vaisseau sanguin.

Anticoagulants du facteur VIII

Des anticorps au facteur VIII se développent chez environ 15 à 35 % des personnes atteintes d’hémophilie A sévère ( Hémophilie). Le développement des anticorps est une complication de l’exposition répétée aux molécules de facteur VIII normales qui sont administrées pour traiter l’hémophilie. Les auto-anticorps au facteur VIII s’élèvent occasionnellement chez les personnes non hémophiles. Par exemple, les anticoagulants au facteur VIII peuvent se développer chez les femmes qui viennent d’accoucher ou chez les personnes atteintes de maladies auto-immunes, comme la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux disséminé. Parfois, les personnes âgées qui n’ont pas de maladie sous-jacente apparente développent des anticoagulants au facteur VIII. Les personnes ayant un anticoagulant au facteur VIII peuvent présenter un saignement menaçant le pronostic vital.

Des tests sanguins sont réalisés, qui incluent des mesures de la quantité de facteur VIII.

Les auto-anticorps chez les femmes en post-partum peuvent disparaître spontanément. Par ailleurs, Il est possible d’administrer aux personnes non hémophiles des médicaments comme la cyclophosphamide, les corticostéroïdes ou le rituximab afin de supprimer la production d’auto-anticorps. Les personnes ayant des anticorps au facteur VIII qui présentent un saignement peuvent aussi recevoir du facteur VII activé.