Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Hypokaliémie (faible taux de potassium dans le sang)

Par James L. Lewis, III, MD, Attending Physician, Brookwood Baptist Health and Saint Vincent’s Ascension Health, Birmingham

Dans l’hypokaliémie, le taux de potassium dans le sang est trop faible.

  • Un faible taux de potassium peut avoir plusieurs causes, mais est généralement dû à des vomissements, une diarrhée, des troubles des surrénales ou à la prise de diurétiques.

  • L’hypokaliémie peut entraîner une faiblesse, des crampes, des contractions ou même une paralysie des muscles, et des anomalies du rythme cardiaque.

  • Le diagnostic est basé sur la mesure du taux de potassium dans le sang.

  • Habituellement, le taux de potassium peut être restauré grâce à l’ingestion d’aliments riches en potassium ou avec la prise de compléments alimentaires par voie orale.

Le potassium est l’un des électrolytes de l’organisme, des minéraux qui portent une charge électrique lorsqu’ils sont dissous dans les liquides corporels tels que le sang. Le potassium est nécessaire au fonctionnement correct des cellules, des muscles et des nerfs.

Causes de l’hypokaliémie

En général, le taux de potassium devient faible lorsque la quantité perdue dans le tube digestif, en raison de vomissements, de diarrhée ou d’une utilisation excessive de laxatifs, est trop élevée.

Parfois, l’excès de potassium est éliminé dans les urines, habituellement du fait de médicaments qui stimulent l’excrétion rénale du sodium, de l’eau et du potassium (diurétiques).

Dans de nombreux troubles des surrénales, tels que le syndrome de Cushing, les surrénales produisent un excès d’aldostérone, une hormone qui induit l’élimination rénale de grandes quantités de potassium.

Certains médicaments (tels que l’insuline, l’albutérol et la terbutaline) augmentent la quantité de potassium qui est déplacée du sang vers les cellules et peuvent induire une hypokaliémie. Toutefois, ces médicaments entraînent généralement une hypokaliémie temporaire, sauf si une autre pathologie provoque également une perte de potassium.

L’hypokaliémie se produit parfois avec un faible taux de magnésium dans le sang (hypomagnésémie), ou est causée par celui-ci.

L’hypokaliémie est rarement due à un apport de potassium insuffisant, car de nombreux aliments (tels que haricots, légumes verts à feuilles, pommes de terre, poisson et bananes) en contiennent.

Qu’est-ce qui fait baisser le taux de potassium ?

Cause

Troubles

Médicaments ou autres circonstances

Perte accrue depuis le tube digestif (plus fréquent)

Vomissements

Diarrhée

Utilisation prolongée de laxatifs

Excrétion accrue dans l’urine

Syndrome de Cushing

Production accrue d’aldostérone due à une tumeur des surrénales.

Faibles taux de magnésium (hypomagnésémie)

Syndrome de Gitelman

Syndrome de Liddle

Syndrome de Bartter

Maladie de Fanconi

Diurétiques (fréquent)

Réglisse (naturelle) consommée en grandes quantités

Tabac à mâcher (certains types)

Mouvement accru du sang vers les cellules

Hyperactivité de la glande thyroïde (hyperthyroïdie)

Insuline

Certains médicaments utilisés contre l’asthme : salbutamol, terbutaline et théophylline

Symptômes de l’hypokaliémie

Une diminution légère du taux de potassium est en général asymptomatique.

Une diminution plus importante entraîne une faiblesse, des contractions, voire une paralysie des muscles.

Des troubles du rythme cardiaque peuvent apparaître. Ils peuvent survenir même si la diminution est légère si les personnes souffrent déjà d’un trouble cardiaque ou prennent de la digoxine, un médicament à visée cardiaque.

Si l’hypokaliémie dure pendant une période prolongée, des problèmes rénaux peuvent se produire, ce qui provoque un besoin d’uriner plus fréquent et de boire de grandes quantités d’eau.

Diagnostic de l’hypokaliémie

  • Mesure du taux de potassium dans le sang

  • Électrocardiographie

  • Parfois mesure de la quantité de potassium dans l’urine

Le diagnostic est basé en mesurant un faible taux de potassium dans le sang. Les médecins tentent ensuite d’identifier la cause de cette diminution du taux de potassium.

La cause peut être claire en fonction des symptômes des personnes (tels que des vomissements) ou la prise de médicaments ou d’autres substances. Si la cause n’est pas claire, les médecins mesurent l’excrétion urinaire du potassium afin de déterminer si une excrétion excessive est la cause.

Comme des taux de potassium faibles peuvent entraîner des troubles du rythme cardiaque, les médecins pratiquent généralement une électrocardiographie (ECG) pour rechercher ce type d’anomalies.

Traitement de l’hypokaliémie

  • Supplémentation potassique

Si un trouble provoque une hypokaliémie, celui-ci doit être traité.

Habituellement, le potassium peut être remplacé par des suppléments potassiques par voie orale. La supplémentation potassique doit donc être administrée en petite quantité, pendant les repas et plusieurs fois par jour, plutôt qu’en grande quantité et en prise unique. Les présentations spéciales de supplémentation potassique, comme le chlorure de potassium, recouvert de cires ou micro-encapsulé, sont beaucoup moins irritantes pour le tube digestif.

Pour traiter l’hypokaliémie plus rapidement, du potassium est administré dans une veine (voie intraveineuse) dans les situations suivantes :

  • Le taux de potassium est dangereusement faible.

  • Le taux faible entraîne des troubles du rythme cardiaque.

  • La supplémentation par voie orale est inefficace.

  • Les personnes continuent à perdre une quantité potassium supérieure aux possibilités de remplacement à l’aide d’une supplémentation par voie orale.

La plupart des personnes sous diurétiques n’ont pas besoin de supplémentation potassique. Néanmoins, les médecins vérifient régulièrement le taux de potassium dans le sang de manière à administrer des suppléments si besoin. On peut également administrer des diurétiques qui aident les reins à retenir le potassium (diurétiques d’épargne potassique), comme l’amiloride, l’éplérénone, la spironolactone ou le triamtérène, mais uniquement si les reins fonctionnent normalement.

Lorsqu’une hypomagnésémie survient avec une hypokaliémie, celle-ci est également traitée.

Ressources dans cet article