Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Thyroïdite d’Hashimoto

(Thyroïdite d’Hashimoto ; thyroïdite auto-immune)

Par Jerome M. Hershman, MD

La thyroïdite d’Hashimoto est une inflammation auto-immune chronique de la thyroïde.

  • La thyroïdite d’Hashimoto est due à une réaction auto-immune par laquelle l’organisme attaque les cellules de la thyroïde.

  • En premier lieu, la thyroïde peut fonctionner normalement, être hypoactive (hypothyroïdie) ou, dans de rares cas, hyperactive (hyperthyroïdisme)

  • La plupart des personnes finissent par développer une hypothyroïdie

  • En général, l’hypothyroïdie provoque une fatigue et une incapacité à supporter le froid.

  • Le diagnostic est basé sur les résultats de l’examen clinique et des analyses de sang.

  • Les personnes qui souffrent d’hypothyroïdie doivent prendre une hormone thyroïdienne à vie.

La thyroïdite d’Hashimoto est le type le plus courant de thyroïdite et la cause la plus fréquente d’hypothyroïdie ( Hypothyroïdie). Pour des raisons mal connues, l’organisme réagit contre lui-même (réaction auto-immune, Maladies auto-immunes) ; La thyroïde est envahie par les globules blancs et des anticorps sont produits contre la thyroïde (anticorps anti-thyroïde). Chez environ 50 % des personnes qui sont atteintes de la thyroïdite d’Hashimoto, la thyroïde est initialement hypoactive. Chez les autres, la thyroïde est normale à première vue (malgré une hyperactivité thyroïdienne chez certaines), puis hypoactive.

Certaines personnes atteintes de la thyroïdite d’Hashimoto présentent d’autres troubles endocriniens, tels qu’un diabète, une insuffisance surrénale ou parathyroïdienne, ainsi que d’autres maladies auto-immunes, telles qu’une anémie pernicieuse, une polyarthrite rhumatoïde, un syndrome de Gougerot-Sjögren ou un lupus érythémateux disséminé (lupus).

La thyroïdite d’Hashimoto est plus fréquente chez les femmes, surtout chez les femmes âgées, et est souvent héréditaire. L’affection est plus fréquente chez les personnes qui souffrent de certaines anomalies chromosomiques, telles que les syndromes de Down, de Turner ou de Klinefelter.

Symptômes

La thyroïdite d’Hashimoto débute souvent par une augmentation du volume de la thyroïde indolore et ferme ou par une sensation de plénitude dans le cou. La glande a généralement une structure tendue, mais souple, et peut prendre parfois un aspect nodulaire. Si la thyroïde est hypoactive, les personnes peuvent se sentir fatiguées et intolérantes au froid et présenter d’autres symptômes d’hypothyroïdie ( Hypothyroïdie : Symptômes). Les quelques personnes qui ont une thyroïde hyperactive (thyréotoxicose, Hyperthyroïdie) peuvent initialement présenter des palpitations, une nervosité et une intolérance à la chaleur.

Diagnostic

Les médecins mesurent les taux sanguins d’hormones thyroïdiennes : la thyroxine (T4), la triiodothyronine (T3) et la thyréostimuline (TSH, une hormone produite par l’hypophyse stimulant la production d’hormones thyroïdiennes par la thyroïde) pour évaluer le fonctionnement de la thyroïde. Néanmoins, le diagnostic est basé sur un examen clinique et les résultats d’une analyse de sang pour déterminer si les personnes ont des anticorps antithyroïdiens qui attaquent la thyroïde.

Traitement

Il n’existe aucun traitement spécifique pour la thyroïdite de Hashimoto.

La plupart des personnes développent finalement une hypothyroïdie et doivent alors prendre un traitement substitutif par hormones thyroïdiennes à vie ( Hypothyroïdie : Traitement). Le traitement hormonal peut également être utile pour réduire la taille d’une thyroïde qui a augmenté de volume. Les personnes qui souffrent de thyroïdite d’Hashimoto doivent éviter une prise excessive d’iode (qui peut provoquer une hypothyroïdie) provenant de sources naturelles, telles que les comprimés de varech et les algues.