Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Effets du vieillissement sur le système immunitaire

Par Peter J. Delves, PhD, University College London, London, UK

Le système immunitaire évolue au cours de la vie.

Nouveau-nés

À la naissance, l’immunité acquise (spécifique) n’est pas complètement développée. Cependant, les nouveau-nés possèdent certains anticorps de la mère qui ont traversé le placenta pendant la grossesse. Ces anticorps les protègent contre les infections jusqu’à ce que leur propre système immunitaire se développe complètement. Les nouveau-nés allaités reçoivent également des anticorps de leur mère par le lait maternel.

Personnes âgées

Au fur et à mesure que l’on vieillit, le système immunitaire perd de son efficacité, des façons suivantes :

  • Il perd en partie sa capacité à faire la distinction entre les substances endogènes et les substances exogènes (c’est-à-dire à identifier les antigènes étrangers). Les maladies auto-immunes deviennent donc plus fréquentes.

  • Les macrophages (qui ingèrent les bactéries et autres cellules étrangères) détruisent plus lentement les bactéries, les cellules cancéreuses et les autres antigènes. Ce ralentissement peut expliquer en partie pourquoi le cancer est plus fréquent chez les personnes âgées.

  • Les lymphocytes T (qui se souviennent des antigènes déjà rencontrés) répondent moins vite aux antigènes.

  • Il y a moins de globules blancs capables de répondre à de nouveaux antigènes. Ainsi, lorsqu’une personne âgée rencontre un nouvel antigène, son organisme est moins à même de s’en souvenir et de s’en défendre.

  • Les personnes âgées possèdent moins de protéines du complément et n’en produisent pas autant que les personnes jeunes, en réponse aux infections bactériennes.

  • La quantité d’anticorps produits en réponse à un antigène est moindre et les capacités de l’anticorps à se lier à l’antigène sont réduites. Ces évolutions peuvent en partie expliquer pourquoi la pneumonie, la grippe, l’endocardite infectieuse ou le tétanos sont plus fréquents et entraînent plus souvent la mort chez les personnes âgées. Elles peuvent également expliquer en partie pourquoi les vaccins sont moins efficaces chez les personnes âgées et par conséquent pourquoi il est important que les personnes âgées fassent des vaccins de rappel (lorsqu'ils sont disponibles).

Ces évolutions de la fonction immunitaire peuvent contribuer à une plus grande sensibilité des personnes âgées à certaines infections et certains cancers.