Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Greffe de cellules souches

Par Martin Hertl, MD, PhD, Jack Fraser Smith Professor of Surgery, Director of Solid Organ Transplantation, and Chief Surgical Officer, Rush University Medical Center ; Paul S. Russell, MD, John Homans Distinguished Professor of Surgery;Senior Surgeon, Harvard Medical School;Massachusetts General Hospital

Les cellules souches sont des cellules non spécialisées dont peuvent dériver des cellules plus spécialisées. Elles peuvent être obtenues à partir du cordon ombilical d’un bébé après sa naissance (donné par la mère), de la moelle osseuse (greffe de moelle osseuse) ou du sang. Le sang constitue une source préférable à la moelle osseuse parce que l’intervention est moins invasive et que le nombre (numération) de cellules sanguines revient plus rapidement à la normale. Les cellules souches provenant de cordons ombilicaux ne sont généralement utilisées que chez les enfants car le sang de cordon ombilical ne contient pas suffisamment de cellules souches pour pouvoir être utilisé chez l’adulte.

La greffe de cellules souches peut être utilisée dans le cadre du traitement de troubles sanguins tels que la leucémie, certains types de lymphomes (notamment le lymphome de Hodgkin), l’anémie aplasique, la thalassémie, la drépanocytose ainsi que certains troubles métaboliques ou déficits immunitaires congénitaux (tels qu’une granulomatose septique chronique). Une greffe de cellules souches peut également être administrée à une personne ayant été traitée par de fortes doses de chimiothérapie ou de radiothérapie pour certains cancers, tels que le cancer du sein. Ces traitements détruisent la moelle osseuse qui produit les cellules souches. Il arrive de recourir à la greffe de cellules souches pour traiter des cancers sur des organes, tels qu’un cancer du sein ou un neuroblastome (cancer fréquent chez l’enfant, se développant à partir des tissus nerveux).

Environ 30 à 40 % des personnes ayant souffert d’un lymphome et 20 à 50 % de celles qui ont souffert de leucémie ne présentent plus de cancer après une greffe de cellules souches. Cette intervention prolonge la vie des personnes souffrant de myélome multiple. Elle est moins efficace pour le cancer du sein.

Les cellules souches peuvent être prélevées sur la personne même (autogreffe) ou sur un donneur (allogreffe).

Si une personne atteinte d’un cancer reçoit ses propres cellules souches, ces dernières sont prélevées avant la chimiothérapie ou la radiothérapie, susceptible de les endommager. Après le traitement, les cellules sont réinjectées dans l’organisme. Si les cellules souches proviennent d’un donneur, on administre au receveur des médicaments visant à supprimer le système immunitaire (immunosuppresseurs) avant la greffe de cellules souches.

Les cellules souches provenant d’un adulte peuvent être obtenues à partir du sang, lors d’une intervention ambulatoire. Le donneur reçoit d’abord un médicament qui provoque la libération d’une plus grande quantité de cellules souches par la moelle osseuse dans la circulation. Le sang est ensuite prélevé grâce à un cathéter inséré au niveau du bras, et circule dans un appareil qui extrait les cellules souches. Le reste du sang est réinjecté à la personne via un cathéter inséré dans l’autre bras. Environ six séances de 2 à 4 heures sont généralement nécessaires sur une période de plusieurs jours afin d’obtenir suffisamment de cellules souches. Celles-ci peuvent être congelées en vue d’une utilisation ultérieure.

Pour une greffe de moelle osseuse, le donneur subit une anesthésie générale ou locale. Ensuite, le médecin prélève la moelle à partir de son os iliaque à l’aide d’une seringue. Le prélèvement de moelle osseuse prend environ une heure.

Les cellules souches sont injectées dans une veine du receveur, sur une période d’une à deux heures. Elles migrent vers les os du receveur et commencent à s’y multiplier et à produire des cellules sanguines.

Complications

La greffe de cellules souches est risquée à cause de la destruction ou de la réduction du nombre de globules blancs du receveur par la chimiothérapie ou la radiothérapie. Par conséquent, le risque d’infection est très élevé pendant environ 2 à 3 semaines, tant que les cellules souches transplantées ne produisent pas une quantité de globules blancs suffisante pour protéger des infections. Le receveur reçoit des médicaments visant à stimuler sa production de cellules sanguines ainsi que des médicaments antimicrobiens afin de prévenir les infections.

Un autre problème consiste dans le fait que la nouvelle moelle osseuse obtenue à partir d’une autre personne peut attaquer les cellules du receveur, entraînant une réaction de greffe contre hôte ( Complications suite à une transplantation). Cette maladie entraîne la mort chez environ 20 à 40 % des personnes qui la développent. De plus, le trouble initial est susceptible de récidiver.

Le risque d’infection peut être réduit en maintenant le receveur en isolement pendant un certain temps (jusqu’à ce que les cellules transplantées commencent à produire des globules blancs). Pendant cette période, toute personne pénétrant dans la pièce doit porter un masque et une blouse et se laver soigneusement les mains. On administre au receveur des facteurs de croissance, qui stimulent la production de cellules sanguines, ainsi que des médicaments antimicrobiens pour contribuer à réduire le risque d’infection. Si les cellules souches proviennent d’un autre donneur, le receveur reçoit des immunosuppresseurs après la greffe afin de prévenir un rejet et une réaction de greffe contre hôte.

Le receveur d’une greffe de cellules souches reste généralement hospitalisé pendant un à deux mois. Après sa sortie de l’hôpital, des visites de suivi sont nécessaires à intervalles réguliers. La plupart des personnes ont besoin d’au moins un an pour récupérer.

Ressources dans cet article