Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Greffe de pancréas

Par Martin Hertl, MD, PhD, Rush University Medical Center ; Paul S. Russell, MD, Harvard Medical School;Massachusetts General Hospital

La greffe de pancréas est pratiquée chez les personnes souffrant de diabète dont le pancréas n’est plus capable de produire d’insuline. Plus de 80 % des personnes souffrant de diabète bénéficiant d’une greffe de pancréas présentent des taux de glycémie normaux par la suite et n’ont plus besoin d’insuline, mais ce bénéfice se fait au prix de la nécessité de prendre des immunosuppresseurs, avec un risque d’infections ainsi que d’autres effets secondaires. L’insuline injectable constituant un traitement sûr et raisonnablement efficace du diabète, le fait de s’en libérer n’est pas considéré comme un motif suffisant à la transplantation de pancréas. On ne procède ainsi à cette intervention que si la personne diabétique souffre également d’une insuffisance rénale ou si elle ne parvient pas à maintenir sa glycémie dans une plage acceptable, en particulier si elle ne sent pas lorsque son taux de glycémie est trop faible. (Il peut arriver, si le taux de glycémie reste trop faible pendant trop longtemps, que des organes, y compris le cerveau, soient définitivement lésés.) Globalement, plus de 90 % des personnes qui reçoivent une greffe de pancréas reçoivent également un rein en même temps. La transplantation rénale nécessite une intervention de chirurgie abdominale ainsi que l’administration subséquente d’immunosuppresseurs, de sorte que la transplantation simultanée d’un pancréas ajoute peu de risques.

Une transplantation de pancréas peut s’avérer bénéfique aux personnes qui prennent de l’insuline mais dont le taux de glycémie reste élevé ou baisse dangereusement après avoir pris de l’insuline.

La transplantation de pancréas représente une intervention de chirurgie majeure nécessitant une longue incision de l’abdomen et une anesthésie générale. Le pancréas du receveur n’est pas retiré. L’intervention prend en général 3 heures environ, et l’hospitalisation dure de 1 à 3 semaines.