Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des troubles anxieux

Par John H. Greist, MD, Clinical Professor of Psychiatry;Distinguished Senior Scientist, University of Wisconsin School of Medicine and Public Health;Madison Institute of Medicine

Les troubles anxieux sont constitués par un état de nervosité pénible, excessif par rapport aux circonstances, d’évolution chronique mais fluctuante.

  • Ils peuvent donner lieu à des sueurs, un essoufflement ou des vertiges, une accélération de la fréquence cardiaque, des tremblements ou faire éviter certaines situations.

  • Ces troubles sont généralement diagnostiqués grâce à des critères particuliers établis.

  • Les médicaments, la psychothérapie ou les deux peuvent considérablement aider certaines personnes.

L’anxiété est une réponse normale à une menace ou à un stress psychologique auquel nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre. L’anxiété normale prend ses racines dans la peur et représente une importante fonction de survie. Lorsqu’une personne doit affronter une situation dangereuse, l’anxiété déclenche une réponse dite de « lutte ou de fuite ». Toute une série de changements physiologiques est associée à cette réponse, telle qu’une augmentation du flux sanguin vers le cœur et les muscles afin de fournir l’énergie et la force nécessaires à l’organisme pour faire face à la situation dangereuse, comme fuir devant un animal agressif ou se battre contre un agresseur. Cependant, si l’anxiété se manifeste à des moments inappropriés, si elle se produit fréquemment ou si elle est si intense et durable qu’elle perturbe les activités normales d’une personne, elle peut être considérée comme un trouble.

Les troubles anxieux sont plus fréquents que toutes les autres catégories de troubles mentaux et on pense qu’ils affectent environ 15 % des adultes aux États-Unis. Souvent, les personnes atteintes ne les reconnaissent cependant pas et les professionnels de santé non plus ; ils sont donc rarement traités.

Les troubles anxieux comprennent :

La souffrance mentale qui survient immédiatement ou peu après avoir vécu ou assisté à un événement traumatisant accablant n’est plus classée comme un trouble anxieux. Ces troubles sont maintenant classés comme faisant partie des troubles associés à un traumatisme ou au stress qui comprennent le trouble aigu lié au stress et le trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Comment l’anxiété affecte la performance

Les effets de l’anxiété sur la performance peuvent être représentés par une courbe. Quand le niveau d’anxiété augmente, la performance augmente de façon proportionnelle, mais seulement jusqu’à un certain point. Si l’anxiété augmente au-delà, la performance diminue. Avant le pic de la courbe, l’anxiété est considérée comme adaptative, car elle aide la personne à se préparer à une crise et améliore sa performance. Passé le pic de la courbe, l’anxiété est considérée comme source d’une mauvaise adaptation, car elle provoque de la souffrance et altère la performance.

Causes

On ne connaît pas parfaitement les causes des troubles anxieux mais les facteurs suivants pourraient être impliqués :

  • Facteurs génétiques (y compris des antécédents familiaux)

  • Environnement (comme avoir vécu un événement ou un stress traumatique)

  • Constitution psychologique

  • Affection physique

Un trouble anxieux peut être déclenché par des stress environnementaux tels que la rupture d’une relation importante ou l’exposition à une catastrophe ayant mis sa vie en danger.

Quand la réponse d’une personne au stress est inadaptée ou qu’elle est submergée par les événements, un trouble anxieux peut apparaître. Par exemple, certaines personnes trouvent exaltant le fait de parler devant un groupe. Mais d’autres le craignent, devenant anxieuses et présentant des symptômes tels que de la transpiration, de la peur, une accélération du rythme cardiaque ou des tremblements. Certaines personnes peuvent éviter de parler, même devant un petit groupe.

L’anxiété présente souvent un caractère familial. Selon les médecins, cette tendance peut être en partie héréditaire, mais en partie probablement acquise en vivant avec des personnes anxieuses.

Le saviez-vous ?

  • Le trouble anxieux constitue le type de trouble mental le plus fréquent.

  • Une personne présentant un trouble anxieux présente un risque de dépression plus important qu’une autre.

Anxiété provoquée par un trouble physique ou par une drogue ou un médicament

L’anxiété peut aussi être provoquée par un trouble physique, la prise ou l’arrêt (sevrage) d’une drogue ou d’un médicament. Les troubles physiques pouvant être à l’origine d’une anxiété sont les suivants :

  • Troubles cardiaques, tels qu’une insuffisance cardiaque ou des troubles du rythme cardiaque (arythmies)

  • Troubles hormonaux (endocriniens), tels qu’une hyperactivité de la glande surrénale (hyperadrénocorticisme) ou thyroïdienne (hyperthyroïdie) ou bien d’une tumeur sécrétant une hormone, dénommée phéochromocytome

  • Troubles pulmonaires (respiratoires), tels que de l’asthme ou une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Même la fièvre peut provoquer une anxiété.

L’anxiété peut se manifester chez une personne mourante en raison de la peur de la mort, de la douleur ainsi que de difficultés respiratoires ( Symptômes d’une maladie mortelle : Dépression et anxiété).

Les drogues et médicaments susceptibles de déclencher de l’anxiété sont les suivants :

  • Alcool

  • Stimulants (amphétamines par exemple)

  • Caféine

  • Cocaïne

  • De nombreux médicaments sur ordonnance, tels que les corticostéroïdes

  • Certains produits amaigrissants en vente libre, tels que ceux qui contiennent du guarana (produit phytothérapique), de la caféine ou les deux

Le sevrage de l’alcool ou de sédatifs tels que les benzodiazépines (utilisées dans le traitement des troubles anxieux), peut provoquer une anxiété ainsi que d’autres symptômes, tels qu’une insomnie ou une agitation.

Symptômes

L’anxiété peut survenir soudainement, comme dans le cas d’une attaque de panique, ou progressivement sur plusieurs minutes, heures ou jours. La durée de l’anxiété peut varier de quelques secondes à des années. L’intensité du trouble peut varier d’un sentiment d’appréhension à peine perceptible à une véritable attaque de panique susceptible d’induire un essoufflement, des vertiges, une accélération du rythme cardiaque ainsi que des tremblements.

Un trouble anxieux peut entraîner une telle souffrance et perturber tellement la vie d’une personne qu’il peut conduire à une dépression Les personnes présentant un trouble anxieux (à l’exception de certaines phobies très spécifiques, telles que la peur des araignées) présentent un risque de dépression au moins deux fois supérieur aux autres. Parfois, les personnes atteintes de dépression développent un trouble anxieux.

Diagnostic

  • Une évaluation du médecin, sur la base de critères spécifiques

Il est parfois compliqué de décider quand l’anxiété est suffisamment sévère pour être considérée comme un trouble. La capacité à tolérer l’anxiété varie selon les personnes et il est parfois difficile de déterminer ce qui constitue une anxiété anormale. Les médecins utilisent généralement les critères spécifiques établis qui suivent :

  • L’anxiété est source d’une grande souffrance.

  • L’anxiété gêne le fonctionnement de la personne.

  • L’anxiété ne s’arrête pas d’elle-même en quelques jours.

Le médecin demande si des membres de la famille ont déjà présenté des symptômes similaires. Un antécédent familial de trouble anxieux (à l’exception d’un trouble de stress post-traumatique, résultant d’un événement particulier) peut aider le médecin à poser le diagnostic.

Le médecin pratique également un examen clinique. Il peut réaliser des analyses de sang ou autres afin de rechercher d’éventuels troubles physiques à l’origine de l’anxiété.

Traitement

  • Traitement de la cause le cas échéant

  • Psychothérapie

  • Traitement pharmacologique

Il est important de poser un diagnostic précis, car le traitement varie d’un trouble anxieux à un autre. Il convient également de distinguer les troubles anxieux de l’anxiété observée dans de nombreuses autres maladies mentales, nécessitant des approches thérapeutiques différentes.

Si la cause est un trouble physique ou un médicament, les médecins essaient de corriger la cause plutôt que de traiter les symptômes de l’anxiété. L’anxiété doit s’atténuer après le traitement du trouble physique ou lorsque le médicament en cause a été arrêté depuis suffisamment longtemps pour que les symptômes de sevrage disparaissent. Si elle persiste, on a recours à des médicaments anxiolytiques ou à une psychothérapie (telle qu’une thérapie comportementale).

Pour les personnes mourantes, de forts analgésiques, aux effets anxiolytiques puissants, tels que la morphine, sont souvent nécessaires. Aucune personne mourante ne doit subir d’anxiété intense.

Si un trouble anxieux est diagnostiqué, un traitement pharmacologique ou une psychothérapie (telle qu’une thérapie comportementale), seul ou en association, permet de soulager considérablement la souffrance et les dysfonctionnements de la plupart des personnes. Les traitements spécifiques dépendent du trouble anxieux diagnostiqué.

Médicaments utilisés pour traiter les troubles anxieux

Médicament

Utilisations

Quelques effets secondaires

Commentaires

Benzodiazépines

Alprazolam

Chlordiazépoxide

Clonazépam

Clorazépate

Diazépam

Lorazépam

Oxazépam

Trouble anxieux généralisé

Trouble panique

Troubles phobiques

Somnolence, problèmes de mémoire, mauvaise coordination et temps de réaction ralenti

Peut entraîner une pharmacodépendance

Type de médicament anxiolytique le plus fréquemment utilisé

Favorise la relaxation mentale et physique, en diminuant l’activité nerveuse du cerveau

Commence à agir rapidement, parfois dans l’heure

Ne doit pas être administré à une personne souffrant de dépendance à l’alcool

Buspirone

Trouble anxieux généralisé

Vertiges et céphalées

Pas d’effet sédatif ni d’interaction avec l’alcool

N’entraîne pas d’accoutumance

Peut ne commencer à agir qu’au bout de plusieurs semaines

Antidépresseurs*

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (tels que l’escitalopram)

Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (tels que venlafaxine)

Inhibiteurs de la monoamine oxydase

Antidépresseurs tricycliques (tels que la clomipramine)

Trouble anxieux généralisé

Trouble panique

Troubles phobiques

Trouble de stress post-traumatique

*Tous les antidépresseurs énumérés n’agissent pas sur l’ensemble des utilisations citées.

Ressources dans cet article