Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Voyeurisme

(trouble voyeuriste)

Par George R. Brown, MD, Mountain home VAMC, Johnson City, TN;East Tennessee State University

Le voyeurisme consiste à s’exciter en regardant une autre personne qui se déshabille, qui est nue, ou qui pratique un rapport sexuel. Le trouble voyeuriste est caractérisé par une mise à exécution des pulsions ou fantasmes voyeuristes ou par une souffrance ou une incapacité de fonctionner provoquée par ces pulsions ou fantasmes.

Le voyeurisme est une forme de paraphilie. La plupart des personnes ayant des tendances voyeuristes ne souffrent pas de trouble voyeuriste.

Dans le voyeurisme, c’est l’acte d’observer (coup d’œil) qui fait naître l’excitation, non une activité sexuelle avec la personne observée. Le voyeur ne recherche pas de contact sexuel avec la personne qu’il observe. S’il observe des personnes qui ne se méfient pas, il peut avoir des problèmes avec la loi.

Le voyeurisme se manifeste généralement au cours de l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Un certain degré de voyeurisme est courant, en particulier chez les garçons et chez les hommes, mais de plus en plus chez les femmes. La société considère souvent les formes légères de ce comportement comme normales, lorsqu’elles impliquent des adultes consentants. Le fait de visualiser des images et des spectacles sexuellement explicites, aujourd’hui largement disponibles en privé sur Internet, n’est pas considéré comme du voyeurisme car il manque l’élément d’observation en secret, qui est la principale caractéristique du voyeurisme.

Le trouble voyeuriste est bien plus fréquent chez les hommes. Lorsque le voyeurisme est un trouble, le voyeur passe beaucoup de temps à rechercher des opportunités d’observation. En conséquence, il peut négliger des aspects importants de sa vie, et ne pas s’acquitter de ses responsabilités. Le voyeurisme peut devenir son activité sexuelle de prédilection et consommer d’innombrables heures d’observation.

Traitement

  • Psychothérapie, groupes de soutien, et certains antidépresseurs

  • Parfois d’autres médicaments

Le traitement commence généralement lorsque le voyeur est arrêté. Il peut consister en une psychothérapie, des groupes de soutien ou l’administration d’antidépresseurs dénommés inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS).

Si ces médicaments sont inefficaces, on peut recourir à ceux qui agissent sur la libido et réduisent les taux de testostérone. Ces médicaments comprennent le leuprolide et l’acétate de médroxyprogestérone. La personne doit donner son consentement éclairé à l’administration de ces médicaments et le médecin effectue régulièrement des analyses de sang afin de contrôler leurs effets sur la fonction hépatique, ainsi que d’autres tests (notamment un test de densité osseuse et des analyses de sang pour mesurer les taux de testostérone).