Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Anxiété induite par des troubles physiques ou des médicaments ou des drogues

Par John H. Greist, MD, University of Wisconsin, School of Medicine and Public Health

L’anxiété peut être provoquée par un trouble physique, la prise ou l’arrêt (sevrage) d’une drogue ou d’un médicament. Les troubles physiques pouvant être à l’origine d’une anxiété sont les suivants :

  • Troubles cardiaques, tels qu’une insuffisance cardiaque ou des troubles du rythme cardiaque (arythmies)

  • Troubles hormonaux (endocriniens), tels qu’une hyperactivité de la glande surrénale ou thyroïdienne ou bien d’une tumeur sécrétant une hormone, dénommée phéochromocytome

  • Troubles pulmonaires (respiratoires), tels que de l’asthme ou une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Même la fièvre peut provoquer une anxiété.

Les drogues et médicaments susceptibles d’induire de l’anxiété sont les suivants :

  • Alcool

  • Stimulants

  • Caféine

  • Cocaïne

  • De nombreux médicaments sur ordonnance, tels que les corticostéroïdes

  • Certains produits amaigrissants en vente libre, tels que ceux qui contiennent du guarana (produit phytothérapique), de la caféine ou les deux

Le sevrage de l’alcool ou de sédatifs tels que les benzodiazépines (utilisées dans le traitement des troubles anxieux), peut provoquer une anxiété ainsi que d’autres symptômes, tels qu’une insomnie ou une agitation.

L’anxiété peut se manifester chez une personne mourante en raison de la peur de la mort, de la douleur ainsi que de difficultés respiratoires ( Symptômes lors d’une maladie mortelle : Dépression et anxiété).

Traitement

Le médecin doit traiter la cause de l’anxiété plutôt que les symptômes qu’elle entraîne. L’anxiété doit s’atténuer après le traitement du trouble physique ou lorsque le médicament en cause a été arrêté depuis suffisamment longtemps pour que les symptômes de sevrage disparaissent.

Si elle persiste, on a recours à des médicaments anxiolytiques ou à une psychothérapie (telle qu’une thérapie comportementale). Pour les personnes mourantes, de forts analgésiques, aux effets anxiolytiques puissants, tels que la morphine, sont souvent nécessaires. Aucune personne mourante ne doit subir d’anxiété intense.