Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fugue dissociative

Par David Spiegel, MD, Professor, Jack, Lulu and Sam Willson, Stanford School of Medicine

Dans la fugue dissociative, la personne perd une partie ou toute sa mémoire et quitte souvent les lieux qu’elle fréquente habituellement, ainsi que sa famille et son travail. (le mot « fugue » vient du mot latin qui signifie « fuite ».)

La fugue dissociative est une forme d’amnésie dissociative. Une fugue dissociative peut durer des heures à des mois, parfois même plus longtemps. Si la fugue est brève, la personne peut simplement paraître avoir manqué quelques heures de travail ou rentrer tard chez elle. Si la fugue dure plusieurs jours voire plus, la personne peut s’éloigner beaucoup de chez elle, se forger une nouvelle identité, et débuter un nouveau travail, inconsciente des changements opérés dans sa vie.

De nombreuses fugues semblent correspondre à l’accomplissement déguisé d’un souhait ou la seule façon permise d’échapper à une situation de détresse ou de gêne profonde. Par exemple, un cadre traversant des difficultés financières quitte sa vie chaotique pour une vie d’ouvrier agricole à la campagne.

De ce fait, la fugue dissociative est souvent prise à tort pour de la simulation car ces deux pathologies peuvent constituer une excuse pour échapper à ses responsabilités (telles qu’un mariage non acceptable), pour éviter de répondre de ses actes ou pour réduire son exposition à un danger connu, tel qu’une bataille. Cependant, contrairement à la simulation, la fugue dissociative survient de façon spontanée et n’est pas feinte. Le médecin peut généralement faire la distinction entre les deux parce que les simulateurs, la plupart du temps, exagèrent et dramatisent leurs symptômes et ils ont des raisons évidentes financières, juridiques, ou personnelles (par exemple s’absenter du travail) pour simuler une perte de mémoire.

Symptômes de la fugue dissociative

Au cours de la fugue, la personne peut sembler normale et agir normalement ou ne paraître que légèrement confuse et n’attirer aucune attention. Toutefois, lorsque la fugue se termine, la personne se retrouve dans une nouvelle situation sans souvenir de comment elle y est parvenue ou de ce qu’elle faisait jusqu’alors. À ce stade, la personne se sent généralement honteuse et contrariée de ne pas pouvoir se souvenir de ce qui s’est passé. Certaines personnes prennent peur. Si elles se sentent confuses, elles peuvent attirer l’attention du corps médical ou des autorités judiciaires.

Une fois la fugue terminée, de nombreuses personnes se souviennent de leur identité passée et de leur vie jusqu’au début de la fugue. Pour d’autres, toutefois, les souvenirs pendront plus longtemps à revenir et le processus sera plus progressif. Certaines personnes ne se souviennent jamais de portions de leur passé. Dans de très rares cas, la personne ne se souvient de rien, ou n’a pratiquement aucun souvenir de son passé pour le restant de sa vie.

Diagnostic de fugue dissociative

  • Examen clinique

Un médecin peut suspecter une fugue dissociative quand une personne semble confuse à propos de son identité, reste perplexe quant à son passé, ou quand des vérifications factuelles contredisent son identité nouvelle ou son absence d’identité.

Parfois, la fugue dissociative ne peut être diagnostiquée tant que la personne n’a pas retrouvé subitement son identité antérieure et ressenti un sentiment d’angoisse en se retrouvant dans des circonstances inhabituelles.

Le diagnostic est généralement posé de façon rétrospective, en réexaminant l’histoire de la personne et en recueillant des informations sur les circonstances précédant la fugue, la fugue elle-même et l’installation dans la nouvelle vie.

Traitement de la fugue dissociative

  • Psychothérapie

  • Parfois l’hypnose ou des entretiens facilités par l’administration de médicaments

Lorsqu’une personne a connu une fugue dissociative, la psychothérapie, parfois associée à l’hypnose ou à des entretiens facilités par des médicaments (entretiens menés après l’administration intraveineuse d’un sédatif), peut être utilisée pour tenter d’aider la personne à se souvenir des événements de la période de fugue. Toutefois, ces efforts sont souvent inefficaces.

Malgré tout, un psychothérapeute peut aider la personne à découvrir comment elle gère le type de situations, conflits, et émotions qui a déclenché la fugue et à trouver de meilleurs moyens de réagir dans le futur. Cette méthode peut permettre d’éviter que les fugues ne se reproduisent.