Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Trouble somatoforme

Par Joel E. Dimsdale, MD, Professor Emeritus, Department of Psychiatry, University of California, San Diego

Le trouble somatoforme est caractérisé par un ou plusieurs symptômes physiques chroniques associés à des niveaux importants de souffrance, d’inquiétude, et de difficulté à fonctionner au quotidien.

  • Les personnes atteintes de trouble somatoforme s’inquiètent de leurs symptômes et dépensent beaucoup trop de temps et d’énergie sur ces symptômes et sur leurs problèmes de santé.

  • Le médecin diagnostique le trouble lorsque la personne continue de s’angoisser et de s’inquiéter au sujet de ses symptômes alors que les troubles physiques ont été écartés ou lorsque sa réaction à un trouble physique est disproportionnée.

  • La psychothérapie, en particulier un traitement cognitivo-comportemental peut être utile, de même qu’une relation de confiance et de soutien avec un médecin.

Ce trouble remplace plusieurs diagnostics utilisés auparavant, notamment le trouble de somatisation, l’hypochondrie, le trouble douloureux, le trouble somatoforme indifférencié et d’autres troubles apparentés, tous impliquant des symptômes physiques (somatiques).

Les médecins diagnostiquaient ce type de troubles mentaux (parfois appelés troubles psychosomatiques ou somatoformes, Présentation des troubles somatoformes et apparentés) lorsque les personnes signalaient des symptômes physiques qu’un trouble physique ne pouvait pas expliquer. Toutefois, il est parfois difficile pour un médecin de déterminer qu’une personne n’est atteinte d’aucun trouble physique. En outre, il n’est généralement pas indiqué de diagnostiquer un trouble mental chez une personne simplement parce qu’on ne trouve aucune explication physique correspondant aux symptômes. Les résultats des analyses peuvent être erronés, ou les analyses effectuées peuvent ne pas être adaptées. Par ailleurs, de nombreuses personnes peuvent avoir un trouble physique qui contribue à leurs symptômes, mais leur réaction est tellement excessive ou inadaptée que l’on considère qu’elles sont atteintes d’un trouble mental. De plus, en établissant une distinction de ce type entre les symptômes physiques et les symptômes mentaux, la personne pense parfois que le médecin ne croit pas à la réalité de ses symptômes.

Pour toutes ces raisons, le médecin fonde maintenant son diagnostic de trouble somatoforme sur la réaction de la personne à ses symptômes ou sur ses inquiétudes au sujet de la santé. Le critère principal est que la personne est si préoccupée au sujet de ses symptômes physiques que cela provoque une détresse importante et perturbe sa vie quotidienne.

Les personnes atteintes d’un trouble somatoforme ne produisent pas intentionnellement ou ne font pas semblant d’avoir des symptômes, et les symptômes peuvent être ou non associés à un autre problème de santé. Les personnes atteintes du trouble somatoforme et d’une autre affection médicale peuvent réagir exagérément au problème médical. Par exemple après une crise cardiaque, elles peuvent se rétablir complètement physiquement, mais continuer à se comporter comme des invalides ou s’inquiéter constamment à l’idée de faire une nouvelle crise cardiaque.

La plupart des personnes atteintes de ce trouble ne sont pas conscientes qu’elles ont un trouble mental, et elles sont convaincues d’avoir des symptômes physiques qui nécessitent des soins médicaux. Par conséquent, elles continuent généralement à faire pression sur les médecins pour obtenir des analyses et des traitements supplémentaires ou pour refaire les analyses, même lorsqu’un examen approfondi n’a rien révélé ou rien de grave.

Le saviez-vous ?

  • Les personnes atteintes de trouble somatoforme peuvent passer d’un médecin à un autre, ou d’un hôpital à un autre, à la recherche de soins qu’elles jugent adaptés.

Symptômes

La personne atteinte de trouble somatoforme est préoccupée par ses symptômes physiques, en particulier par la gravité de ces symptômes. Les problèmes de santé des personnes atteintes de ce trouble régissent souvent une grande partie, si ce n’est toute leur vie.

Les symptômes physiques apparaissent souvent avant l’âge de 30 ans, parfois pendant l’enfance. La plupart des personnes présentent de nombreux symptômes, mais certaines n’ont qu’un symptôme grave, généralement la douleur. Les symptômes peuvent être spécifiques (comme les douleurs abdominales) ou vagues (comme la fatigue). L’inquiétude peut porter sur n’importe quelle partie du corps.

Les personnes s’inquiètent excessivement de leurs symptômes et de leurs éventuelles conséquences catastrophiques. Leurs inquiétudes sont disproportionnées par rapport aux symptômes. Elles peuvent interpréter des sensations normales ou de la gêne, comme les gargouillis de l’estomac, comme étant un trouble physique. Elles ont tendance à penser le pire au sujet des symptômes qu’elles présentent. Les symptômes eux-mêmes ou la crainte excessive associée sont particulièrement stressants et perturbent tous les aspects de la vie quotidienne. Certaines personnes sont en proie à la dépression.

Les personnes atteintes demandent parfois de l’aide et un soutien émotionnel et peuvent se fâcher si ces exigences ne sont pas satisfaites. Elles peuvent aussi menacer ou tenter de se suicider. Lorsque le médecin essaie de les rassurer, elles croient souvent que le médecin ne prend pas au sérieux leurs symptômes. Souvent insatisfaites de leur prise en charge médicale, elles passent généralement d’un médecin à l’autre pour obtenir des traitements auprès de plusieurs médecins en même temps. Dans la plupart des cas, le traitement médical est inefficace, il peut même parfois aggraver les symptômes. Les personnes sont parfois inhabituellement sensibles aux effets secondaires des médicaments.

L’intensité et la persistance des symptômes peuvent traduire un besoin intense d’être pris en charge. Les symptômes peuvent aider la personne à éviter les responsabilités, mais aussi l’empêcher de profiter d’activités et agir comme une punition, ce qui suggère qu’elle peut avoir des sentiments sous-jacents d’inutilité et de culpabilité.

Les symptômes peuvent s’atténuer ou empirer, mais ils persistent et disparaissent rarement totalement.

Diagnostic

Le médecin diagnostique le trouble lorsque la personne fait ce qui suit :

  • a des symptômes qui l’inquiètent à l’excès et/ou perturbent sa vie quotidienne

  • pense constamment à la gravité de ses symptômes

  • est extrêmement angoissée à l’idée de sa santé ou de ses symptômes

  • consacre beaucoup trop de temps et d’énergie à ses symptômes et à s’inquiéter au sujet de sa santé

Afin de déterminer si les symptômes sont dus à un trouble physique, le médecin procède à un examen approfondi et effectue souvent des analyses.

Le trouble somatoforme se distingue d’autres troubles mentaux similaires par ses nombreux symptômes persistants et les pensées et craintes excessives associées concernant les symptômes.

Le trouble peut passer inaperçu chez les personnes âgées, car certains symptômes, comme la fatigue ou la douleur, sont considérés comme faisant partie du vieillissement ou parce qu’on estime que s’inquiéter de ses symptômes est compréhensible pour une personne âgée, qui a généralement plusieurs problèmes médicaux et prend de nombreux médicaments.

Traitement

Même quand la personne a une bonne relation avec son médecin généraliste, celui-ci adresse souvent la personne à un psychiatre. La psychothérapie, en particulier la thérapie cognitivo-comportementale, est le traitement le plus efficace. Le cas échéant, la dépression est traitée.

Une relation de soutien et de confiance avec leur médecin bénéficie aux personnes atteintes de ce trouble. Le médecin peut coordonner leurs soins, proposer des traitements pour soulager leurs symptômes, les voir régulièrement, et les protéger d’analyses et de traitements inutiles. Cependant, le médecin doit garder à l’esprit la possibilité que la personne puisse développer une véritable maladie physique, nécessitant un examen et un traitement.

Ressources dans cet article