Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Kératite herpétique

(kératoconjonctivite herpétique)

Par Melvin I. Roat, MD, FACS, Jefferson Medical College, Thomas Jefferson University

La kératite herpétique est une infection cornéenne provoquée par le virus herpès simplex.

Le virus herpès simplex (qui cause l'herpès labial, Infections par le virus herpès simplex) ne quitte jamais le corps après une infection initiale (primaire). Plutôt, le virus reste au stade inactif dans les nerfs. Parfois, le virus se réactive et cause d’autres symptômes.

Les infections herpétiques primaires des yeux surviennent habituellement chez les enfants et causent une kératoconjonctivite bénigne. Les symptômes ressemblent généralement à ceux de la conjonctivite banale. Le diagnostic de l’herpès simplex n’est donc pas réalisé. L’infection se résout sans traitement. Cependant, si l’infection se réactive, elle peut affecter la cornée (couche transparente qui se situe au devant de l’iris et de la pupille) plus sérieusement et causer des symptômes plus sévères.

Les symptômes de la réactivation de l’infection herpétique comprennent une douleur oculaire, un larmoiement, un érythème, une sensation de corps étranger et une sensibilité à la lumière vive. Rarement, l’infection s’empire et la cornée s’enfle, voilant la vision. La probabilité de lésions supplémentaires à la surface de la cornée augmente avec le taux des récidives de l’infection. Les récidives peuvent aboutir à la formation d’ulcères profonds, de cicatrices permanentes et à une perte de la sensibilité au toucher. Le virus herpès simplex peut provoquer une néovascularisation de la cornée (apparition de vaisseaux) et, parfois, une perte de vision sévère. Pour diagnostiquer l’infection à herpès simplex, le médecin examine l’œil à l’aide d’une lampe à fente (voir Qu’est-ce qu’une lampe à fente ?). Parfois, le médecin peut effectuer un prélèvement sur la surface infectée afin d'identifier le virus (culture virale).

Le médecin peut prescrire un collyre antiviral, tel que la trifluridine ou le ganciclovir. L’aciclovir, un autre médicament antiviral, peut être administré par voie orale ou intraveineuse. Le médicament antiviral valacyclovir peut aussi être administré par voie orale. Le traitement doit commencer dès que possible. Les infections profondes qui causent une inflammation importante peuvent nécessiter l’usage de collyres de corticostéroïdes et de collyres de dilatation des yeux, tels que l’atropine et la scopolamine. Parfois, pour accélérer la guérison, après une anesthésie de l’œil, il se peut que l'ophtalmologiste (médecin spécialisé dans l’évaluation et le traitement – chirurgical ou non – des maladies des yeux) doit passer délicatement un coton-tige sur la cornée afin d’enlever des cellules infectées et endommagées.