Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Œdème papillaire

Par James Garrity, MD, Mayo Clinic

Un œdème papillaire se produit en cas d’augmentation de la pression à l’intérieur ou autour du cerveau, qui entraîne un gonflement de la tête du nerf optique.

  • Les symptômes peuvent être de brefs troubles de la vision, des céphalées, des vomissement ou une combinaison de ces symptômes.

  • Les médecins posent le diagnostic en examinant l’œil à l’aide d’un ophtalmoscope.

  • La maladie responsable de l’augmentation de la pression au cerveau est traitée aussitôt que possible.

Causes

Cette maladie est habituellement causée par l’un des facteurs suivants :

  • Tumeur ou abcès cérébral

  • Blessure à la tête

  • Hémorragie au cerveau

  • Inflammation au cerveau (encéphalite) ou aux tissus recouvrant le cerveau (méningite)

  • Hypertension intracrânienne idiopathique (pseudotumeur cérébrale, qui n’est pas une tumeur, voir Symptômes communs de certaines tumeurs cérébrales)

En général, ces maladies provoquent un œdème papillaire bilatéral.

Symptômes

Au début, l’œdème papillaire peut être présent sans modification de la vision. Des fluctuations visuelles passagères (sensation de brouillard, vision double ou perte totale de la vision) durant quelques secondes, sont caractéristiques de l’œdème papillaire. D’autres symptômes peuvent être causés par l’élévation de la tension dans le cerveau. Des céphalées, des nausées, des vomissements ou une combinaison de ces symptômes peuvent survenir.

Diagnostic

Le médecin utilise un ophtalmoscope (une lampe comportant des loupes utilisées pour examiner la partie postérieure de l’œil) pour diagnostiquer l’œdème papillaire. Souvent, un ophtalmologiste (médecin spécialisé dans l’évaluation et le traitement des maladies des yeux) doit confirmer le diagnostic et aider à en déterminer la cause. Une tomodensitométrie (TDM (scanner)) et une imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être réalisées pour surveiller l’œdème papillaire, son traitement et trouver sa cause. Une ponction lombaire est réalisée pour mesurer la pression du fluide céphalo-rachidien à moins que quelque chose se voit sur l’IRM ou la tomodensitométrie et indique que la ponction lombaire n'est pas sans danger. L’échantillon de liquide céphalorachidien est étudié pour diagnostiquer une tumeur ou une infection cérébrale. Parfois, l’échographie de l’œil est réalisée pour distinguer entre l’œdème papillaire et d’autres maladies qui causent un gonflement apparent du nerf optique.

Traitement

La maladie responsable de l’augmentation de la pression au cerveau est traitée aussitôt que possible. Par exemple, si la pression élevée du fluide céphalorachidien est causée par une tumeur cérébrale, des corticostéroïdes peuvent être administrés. Mais la chirurgie pour enlever la tumeur et la radiothérapie pour rabaisser sa taille peuvent s’avérer nécessaires. L’œdème papillaire qui survient comme un résultat de l’hypertension intracrânienne idiopathique peut être traitée avec la perte de poids et un diurétique. Une infection, si elle est bactérienne, peut être traitée avec des antibiotiques. Un abcès cérébral est drainé et des antibiotiques sont administrés.