Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Uvéite

Par Emmett T. Cunningham, Jr., MD, PhD, MPH, Professor of Ophthalmology;Director, Stanford University;The Uveitis Service, California Pacific Medical Center and Clinic

L’uvéite est une inflammation de n’importe quelle partie du revêtement pigmenté intérieur de l’œil, appelé uvée ou tractus uvéal.

  • L’uvée peut s’enflammer à cause d’une infection, d’un traumatisme, d’une maladie auto-immune systémique (le corps s’attaque à ses propres tissus) ou peut être idiopathique.

  • Les symptômes comprennent la douleur oculaire, l’érythème, la sensation de corps flottants dans l’œil, la perte de la vision ou une combinaison de ces symptômes.

  • Le traitement comprend généralement les corticostéroïdes (collyres, par voie orale ou injectés dans l’œil) et des collyres qui dilatent et relâchent la pupille de l’œil affecté.

Le tractus uvéal englobe trois structures :

  • L’iris

  • Le corps ciliaire

  • La choroïde

L’iris est un anneau coloré situé autour de la pupille noire. Il s’ouvre et se ferme comme le diaphragme d’un appareil photographique pour laisser passer plus ou moins de lumière à l’intérieur de l’œil.

Le corps ciliaire est un groupe de muscles qui, en se contractant, permet au cristallin de s’épaissir afin que l’œil puisse se concentrer sur les objets proches. En se relâchant, le corps ciliaire permet au cristallin de s’amincir afin que l’œil puisse se concentrer sur les objets éloignés. Ce processus est appelé accommodation.

La choroïde, tunique vasculaire interne du globe oculaire, s’étend du bord des muscles ciliaires jusqu’au nerf optique, dans la partie postérieure de l’œil. La choroïde est située entre la rétine, en dedans, et la sclère, en dehors. La choroïde est une couche vasculaire qui nourrit la portion la plus interne de l’œil, notamment la rétine.

Vue de l’uvée

Toute l’uvée, ou une partie de celle-ci, peut s’enflammer. L’inflammation limitée aux parties de l’uvée est dénommée en fonction de sa localisation :

  • L’uvéite antérieure est une inflammation du front du tractus uvéal, y compris l’iris.

  • L’uvéite intermédiaire est une inflammation de la partie médiane du tractus uvéal, qui en général implique également la substance gélatineuse qui remplit le globe oculaire (appelée humeur vitrée).

  • L’uvéite postérieure est une inflammation à l’arrière du tractus uvéal et peut impliquer la rétine et la choroïde.

  • La panuvéite est une inflammation qui affecte le tractus uvéal en entier.

Parfois, on fait référence à l’uvéite en utilisant le nom spécifique de la partie concernée par l’inflammation. Par exemple, l’irite (inflammation de l’iris), la choroïdite (inflammation de la choroïde) ou choriorétinite (inflammation qui atteint la choroïde et la rétine sus-jacente). Chez de nombreuses personnes, l’inflammation de l’uvée est limitée à un seul œil, mais elle peut affecter les deux yeux.

Causes de l’uvéite

L’inflammation a beaucoup de causes plausibles. Certaines causes sont limitées à l’œil, et d’autres sont des maladies qui affectent le corps entier. Dans la plupart des cas, la cause de l’uvéite n’est pas retrouvée. On parle alors d’uvéite idiopathique.

De nombreuses personnes présentant une uvéite sont porteuses d’une maladie systémique. Ces maladies comprennent les maladies inflammatoires comme le syndrome de Behçet, la spondylarthrite ankylosante, l’arthrite juvénile idiopathique, la sarcoïdose, l’arthrite réactive, les maladies inflammatoires de l’intestin (la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse) et, chez les Asiatiques et certains Hispaniques, la maladie de Vogt-Koyanagi-Harada. Certaines personnes souffrent d’infections disséminées, comme la tuberculose, la syphilis ou la maladie de Lyme.

D’autres causes plausibles comprennent des infections qui peuvent affecter seulement un œil, comme l’infection à l’herpès (le virus de l’herpès simplex), la varicelle, la toxoplasmose et le cytomégalovirus. Le cytomégalovirus survient principalement chez les personnes infectées au virus de l’immunodéficience humaine (VIH/SIDA).

Les lésions oculaires constituent une cause courante d’uvéite antérieure.

Bien que rares, certains médicaments (comme la pamidronate, la rifabutine, les antibiotiques sulfonamides et le cidofovir) peuvent causer l’uvéite.

Symptômes de l’uvéite

Les symptômes précoces d’uvéite peuvent être modérés ou graves, en fonction de la région de l’uvée atteinte et de l’importance de l’inflammation.

  • L’uvéite antérieure présente généralement les symptômes les plus pénibles. La douleur oculaire sévère, l’érythème de la conjonctive, la douleur à l’exposition à la lumière vive et un léger déclin de la vision sont habituels. L’ophtalmologiste peut retrouver des vaisseaux sanguins proéminents à la surface de l’œil près du bord de la cornée, des globules blancs flottants dans le liquide qui remplit la chambre antérieure de l’œil (humeur aqueuse) et des dépôts de globules blancs sur la face interne de la cornée.

  • L’uvéite intermédiaire est en général indolore. Une baisse d’acuité visuelle peut être observée et le patient peut percevoir des taches noires irrégulières et flottantes (corps flottants).

  • L’uvéite postérieure diminue généralement la vision et cause la sensation de corps flottants dans l’œil. Le décollement de la rétine peut aussi survenir. Les premiers symptômes de décollement de la rétine peuvent comprendre une perte de la vision périphérique et la vision floue. Le nerf optique peut s’enflammer ( Névrite optique). Les symptômes de cette inflammation comprennent la perte de la vision, qui peut varier d’une petite tache aveugle jusqu’à la cécité complète.

  • La panuvéite peut causer n’importe quelle combinaison de ces symptômes.

L’uvéite peut endommager rapidement l’œil. Elle peut évoluer avec le temps vers des complications qui altèrent la vision, notamment l’œdème maculaire, la lésion de la rétine, le glaucome et la cataracte. Plusieurs personnes présentent seulement un épisode d’uvéite. D’autres ont des récidives périodiques sur plusieurs mois ou des années.

Diagnostic de l’uvéite

  • Examen clinique

Le diagnostic repose sur les symptômes et l’examen clinique. Durant l’examen, le médecin utilise une lampe à fente. La lampe à fente est un instrument qui permet d’examiner l’œil avec un fort grossissement. Si le médecin suspecte une maladie qui affecte aussi les autres organes, des examens appropriés doivent être réalisés.

Traitement de l’uvéite

  • Corticoïdes

  • Médicaments pour dilater la pupille

  • Parfois, autres médicaments ou traitements

Le traitement de l’uvéite peut commencer tôt pour prévenir un dommage permanent. Le traitement comprend presque toujours la prescription de corticostéroïdes, le plus souvent administrés sous forme de collyres. Les corticostéroïdes peuvent aussi être administrés par voie orale ou être injectés dans l’œil. Les médicaments qui dilatent la pupille, comme l’homatropine ou le cyclopentolate, sont également utilisés.

D’autres médicaments peuvent être utilisés pour traiter des causes spécifiques de l’uvéite. Par exemple, si l’infection en est la cause, des médicaments peuvent être administrés pour éliminer le micro-organisme responsable.

Parfois, d’autres traitements sont nécessaires, comme la chirurgie, l’utilisation d’un laser, l’injection de médicaments dans l’œil, ou médicaments par voie orale ou intraveineuse qui dépriment le système immunitaire (immunosuppresseurs).

Ressources dans cet article