Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Arthropathie neurogène

(Articulations de Charcot ; arthropatie neuropathique)

Par Roy D. Altman, MD, University of California, Los Angeles

L’arthropathie neurogène est causée par une destruction progressive des articulations, souvent très rapide, qui se développe car les personnes ne ressentent pas la douleur et ne sont donc pas conscientes des signes précoces d’atteinte articulaire.

Toutes les articulations peuvent être touchées selon la localisation de l’atteinte nerveuse. Les articulations les plus souvent affectées sont :

  • Le genou et la cheville

  • Chez les diabétiques, les articulations du pied

Souvent, une seule articulation est touchée et, habituellement, pas plus de deux ou trois.

Causes

Lorsque certains nerfs sont altérés, les personnes peuvent ne plus ressentir la douleur. Différents troubles, comme le diabète sucré, les maladies de la colonne vertébrale (lésions et cavités remplies de liquide dans la moelle épinière [syringomyélie]) et la syphilis, peuvent endommager ces nerfs. Les causes les plus courantes sont :

  • Diabète

  • Accident vasculaire cérébral

Les personnes présentant ces lésions nerveuses peuvent, sans s’en apercevoir, traumatiser une de leurs articulations. Ces traumatismes peuvent se produire pendant des années avant qu’un dysfonctionnement articulaire se manifeste. Cependant, une fois le dysfonctionnement survenu, les articulations peuvent être détruites définitivement en quelques mois.

Symptômes

Aux stades précoces, l’arthropathie neurogène s’apparente à une arthrose, car les articulations sont raides et du liquide s’y accumule. La douleur est fréquemment un des premiers symptômes. Cependant, comme la capacité à ressentir la douleur est fréquemment entravée, le degré de douleur est souvent modéré, contrairement à ce qu’on pourrait penser compte tenu de l’atteinte articulaire. Si la maladie évolue rapidement, la douleur articulaire peut devenir très intense. Dans ce cas, l’articulation augmente de volume du fait d’une accumulation de liquide et d’une croissance osseuse anormale. L’articulation peut être déformée par une fracture ou par une distension ligamentaire, qui permet un déplacement osseux (luxation). La mobilisation de l’articulation peut produire des bruits anormaux dus aux fragments osseux qui flottent dans l’articulation. L’articulation peut donner l’impression d’être un « sac d’os ».

Les différentes articulations sont touchées par différentes affections sous-jacentes. Par exemple, les complications d’une syphilis non traitée affectent le genou et la hanche, tandis que le diabète sucré touche le pied et la cheville. La syringomyélie affecte souvent la colonne vertébrale et les articulations des membres supérieurs, en particulier le coude et l’épaule.

Les personnes peuvent développer une arthrite causée par des bactéries (voir Arthrite infectieuse) et peuvent ou non avoir de la fièvre et une sensation générale de malaise, qui surviennent généralement dans l’arthrite infectieuse. L’arthrite infectieuse survient particulièrement chez les personnes diabétiques.

Les structures comme les vaisseaux sanguins, les nerfs et la colonne vertébrale peuvent être comprimées en raison d’une excroissance osseuse.

Diagnostic

  • Radiographies

Le diagnostic d’arthropathie neurogène est suspecté chez les personnes qui présentent un trouble affectant les nerfs et des symptômes caractéristiques de problèmes articulaires.

Les radiographies permettent de mettre en évidence les lésions articulaires, qui présentent souvent des dépôts calcifiés, des excroissances osseuses anormales et des déformations.

Prévention

  • Éviter de se blesser et utiliser des vêtements de protection, comme des attelles ou des chaussures orthopédiques

Il est parfois possible de prévenir l’arthropathie neurogène en évitant les traumatismes et en se protégeant les pieds.

Des attelles ou des chaussures orthopédiques peuvent parfois aider à protéger les articulations vulnérables.

Traitement

  • Traitement de la maladie neurologique sous-jacente

  • Chirurgie pour réparer ou remplacer une articulation

Le traitement du trouble nerveux sous-jacent peut parfois ralentir la lésion articulaire, voire la faire régresser. Le diagnostic, l’immobilisation des fractures non douloureuses et l’immobilisation des articulations déplacées ou instables peuvent limiter les lésions.

Les articulations de la hanche et du genou peuvent être réparées ou remplacées chirurgicalement. Cependant, les articulations artificielles peuvent se relâcher et se déplacer prématurément.