Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des maladies auto-immunes du tissu conjonctif

Par Rula A. Hajj-ali, MD, Associate Professor;Staff Physician, Center of Vasculitis Care and Research, Department of Rheumatic and Immunologic Disease, Cleveland Clinic Lerner College of Medicine at Case Western Reserve University;Cleveland Clinic

Dans une maladie auto-immune, les anticorps ou les cellules produits par l’organisme attaquent ses propres tissus ( Maladies auto-immunes). De nombreuses maladies auto-immunes affectent le tissu conjonctif dans différents organes. Le tissu conjonctif est la structure qui apporte une résistance aux articulations, aux tendons, aux ligaments et aux vaisseaux sanguins.

Dans les maladies auto-immunes, l’inflammation et la réponse immunitaire peuvent endommager le tissu conjonctif, non seulement des articulations et des structures péri-articulaires, mais également d’autres tissus, dont des organes vitaux comme les reins et les organes du système gastro-intestinal. La poche qui entoure le cœur (péricarde), la membrane qui recouvre les poumons (plèvre) et même le cerveau peuvent être atteints. Le type et la gravité des symptômes varient selon le type d’organe atteint.

Une maladie auto-immune du tissu conjonctif (également appelée « maladie rhumatismale auto-immune » ou « collagénose auto-immune avec manifestations vasculaires ») est diagnostiquée d’après ses symptômes spécifiques, les résultats de l’examen clinique et les résultats des examens de laboratoire. Parfois, les symptômes d’une maladie recouvrent ceux d’une autre, de telle sorte que les médecins ne parviennent pas à faire la distinction. Dans ce cas, la maladie peut être considérée comme une maladie du tissu conjonctif indifférenciée ou une maladie associée.

De nombreuses maladies auto-immunes du tissu conjonctif sont traitées par des corticoïdes, d’autres médicaments inhibant le système immunitaire ou les deux. Les personnes qui prennent des corticoïdes présentent un risque de fracture lié à l’ostéoporose. Pour prévenir l’ostéoporose, ces personnes peuvent recevoir des médicaments pour traiter l’ostéoporose, comme des bisphosphonates et un supplément de vitamine D et de calcium. Les personnes immunodéprimées prennent souvent des médicaments pour prévenir les infections, par Pneumocystis jirovecii (un champignon), par exemple.