Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Ganglions

(kystes ganglionnaires)

Par David R. Steinberg, MD, Associate Professor, Department of Orthopaedic Surgery, and Director, Hand and Upper Extremity Fellowship, Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania

Les ganglions sont des gonflements sur les mains et les poignets, qui contiennent un liquide gélatineux.

En général, ils apparaissent spontanément entre 20 et 50 ans. Les femmes sont touchées 3 fois plus souvent que les hommes. Les ganglions se développent généralement sur la partie postérieure du poignet. Les ganglions se développent aussi sur la face antérieure du poignet et au dos des doigts, quelques millimètres derrière la cuticule (ils sont également appelés « kystes mucoïdes »).

On ne connaît pas les raisons pour lesquelles les ganglions se développent sur le poignet, même s’ils peuvent être liés à un traumatisme initial. En général, les ganglions du dos des doigts sont dus à l’arthrite des articulations distales. Cependant, dans la plupart des cas, la présence d’un kyste ganglionnaire ne signifie pas le développement d’une arthrite.

Les ganglions sont des gonflements durs, lisses et ronds ou ovales, qui dépassent de la surface de la peau. Ils contiennent un liquide transparent, gélatineux et généralement collant. En général, ils ne sont pas douloureux, mais ils peuvent parfois entraîner une gêne. Le médecin peut poser rapidement le diagnostic en examinant la main.

Le saviez-vous ?

  • Il est déconseillé de frapper un kyste ganglionnaire avec un livre.

Traitement

La plupart des ganglions disparaissent sans traitement, donc un traitement n’est pas forcément nécessaire. Cependant, s’ils deviennent inesthétiques, entraînent une gêne ou continuent de grossir, le liquide gélatineux qui les remplit peut être efficacement aspiré par le médecin à l’aide d’une seringue (« ponction »). La ponction est efficace dans 50 % des cas. Après la ponction, on injecte parfois un corticostéroïde en suspension pour réduire la gêne. La méthode classique utilisée pour éliminer un ganglion, qui consistait à placer la main sur une surface dure (comme une table) pour écraser le ganglion avec un gros livre ou un autre objet dur, est à déconseiller. Cette méthode peut provoquer des lésions et n’est pas fiable. Chez 50 % des personnes environ, l’ablation chirurgicale peut être nécessaire. Après l’ablation chirurgicale, le ganglion récidive dans 5 à 15 % des cas environ.

Ressources dans cet article